Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Page d'accueil

01 mai 2017

Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens

Un roman tendre, fort et formidablement bien mené pour faire fi à la différence
et dire oui à la tolérance !

logo_323142-500x712.jpg

Simon aurait du faire davantage attention ce jour là quand il a consulté ses messages sur l’un des ordinateurs du lycée et qu’il a oublié de refermer sa cession Gmail. Du coup le suivant a tout découvert, fait une capture d’écran et commencer une approche de Simon et un début de chantage. Parce que ce que Martin Addison a découvert sur Simon n’est pas anodin. En lisant ses messages, il sait désormais que Simon est homosexuel et la tentation de tout révéler pourrait bien le démanger si il ne lui arrangeait pas un rapprochement avec la belle Abby de ses rêves.

Ainsi débute ce roman, entre légèreté et réalité parfois difficile à vivre, il nous plonge dans la vie de Simon qui va devoir peu à peu choisir de se dévoiler, poussé par son maître chanteur qui oscille entre le fera, le fera pas et sa propre envie de le partager avec sa famille, ses amis et le reste du monde. Mais  il n’est pas aisé de franchir le pas. Le texte est émaillé de chapitres,  d’échanges de mails entre le mystérieux Blue et Simon qui ignorent pendant une bonne partie du livre qui ils sont réellement. La vie d’un lycéen américain racontée de manière sensible, drôle et passionnante et qui risque fort de vous rendre accro. En  effet ce roman qui alterne sérieux et légèreté est difficile à lâcher d’autant plus que l’auteure sait mener son histoire de manière particulièrement ingénieuse, alternant révélations, coups de théâtre et suspens sur ce qui adviendra et qui sera qui ! Très agréable à lire ce roman est aussi celui d’un jeune homme qui va devoir affronter le regard des autres et assumer son orientation sexuelle poussé par le hasard et qui souligne qu’il est parfois difficile encore aujourd’hui d’assumer ce qui devrait être du domaine de la vie privée et de la normalité (notre monde a encore du travail à réaliser en matière de tolérance). Un roman fort et très réussi à lire et faire découvrir.

 

Jean-Luc  

 

logo_323142-500x712.jpg

Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens
Becky Albertalli
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) : Mathilde Tamae-Bouhon
le livre de poche jeunesse, 12 avril 2017, 6,9 €

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook


ECRIRE UN COMMENTAIRE

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.