Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 mai 2024

La fille renard et la merveilleuse boutique-sur-pattes

Une histoire merveilleuse qui réchauffera à coup sur votre petit coeur et vous fera passer un moment totalement magique. Un roman pétillant d'imagination et de trouvailles. On adore. 

La fille renard et la merveilleuse Boutique-sur-Pattes .jpeg

 

Naître avec des oreilles de renard, n’est pas forcément une bonne chose. La petite fille a d’ailleurs été abandonnée dans un cirque. Pas étonnant ensuite que Faye se laisse avoir et signe un pacte maléfique avec Maitre Chantepleure, roi démoniaque qui règne sur le Royaume des morts, mais Félicity ne pouvait pas le savoir. Peut-on  se débarrasser de ce genre de pacte ? 

C’est toute la question. Guidée par Madrigal un compagnon de sorcière, un non-oiseau, au caractère acariâtre, elle va rejoindre la merveilleuse Boutique-sur-Pattes dirigée par une sorcière de thé puissante Mademoiselle Dumpling. 

Commence alors vraiment une histoire merveilleuse, à la fois course poursuite contre le temps et l’éclat de glace qui grandit dans son coeur et apprentissage, découverte de sa véritable nature et la reconquête de ses pouvoirs, elle, qui a été trop longtemps au contact des humains et est devenue ce que les êtres magiques appellent une estrangeline. 

Vraiment ce tome 1 vaut le détour et la lecture, partout des trouvailles étonnantes, des créatures attachantes et surprenantes comme Pascal la théière torture ou le petit Jack garçon au museau de loup qui va devenir inséparable de Félicity. Vous allez adorer la gardienne conservatrice du Musée d’histoire surnaturelle ; découvrir le Royaume des morts et bien évidemment parcourir le monde dans cette Merveilleuse Boutique-sur-Pattes qui fera penser à plus d’un d’entre vous à une autre cabane magique des contes de notre enfance, mais bien moins accueillante, elle. 

On aime l’univers d’une richesse incroyable qui est créé dans cette histoire, on aime aussi le sous-texte de l’histoire qui rappelle qu'on peut travailler sur la confiance en soit, laisser parler son coeur et vaincre peur et autres sentiments toxiques qui feraient de nous des êtres peu recommandables. 

Un univers magique, surprenant et attachant à dévorer en attendant le début de l’été d’où surgira le tome 2 très attendu. Magique ! 

 

Jean-Luc 

 

 

La fille renard et la merveilleuse boutique-sur-pattes 
Andy sagar
Traduit de l’anglais (grande-Bretagne) : Emmanuel Gros 
Illustrations : Lucie Dessertine
Editions PKJ, 9 +, 14 septembre 2023, 14,90 €

 

A suivre le tome 2 annoncé pour le mois de  juin

 

tome2.jpeg

Poil de carotte

Il vient de revenir dans les bonnes librairies en format poche à vous de jouer pour ce texte délicieux et les illustrations sublimes d'un Ronan Badel  plus qu'inspiré . Clic pour tout savoir ! 

 

9782080445285_PoilDeCarotte_Couv_HD.jpg

Lire la suite

17 mai 2024

Lily et les créatures de la nuit

Une petite fille malade, un bébé à venir, une nuit où tout bascule et où d'étranges créatures semblent prendre le dessus. Étonnante histoire pour parler de la maladie et de l'acceptation. ❤️❤️❤️❤️❤️

156208_couverture_Hres_0.jpg

 

Un jardin où discute une taupe avec un corbeau,, une souris et un serpent : tous attendent l’arrivée d’une fille qui disent-ils, doit gagner. Mais gagner contre qui ? Contre quoi ? 

Non, ce n’est pas un conte fantastique, enfin presque. Lily est malade, elle a besoin d’une transfusion et le bébé qui arrive devrait pouvoir l’aider, sauf qu’elle au départ elle ne veut pas en entendre parler. 

Tout va changer la nuit où ses parents partent à la maternité et où elle était sensée dormir chez sa grand-mère. En pleine nuit elle va rentrer chez elle, pas loin, et voir de la lumière, lorsqu’elle frappe ses parents sont là mais ils ont de drôles de yeux noirs et ne la reconnaissent pas ou plutôt lui veulent du mal. 

Nick Lake  nous conte un drôle d’histoire pour parler de la maladie, d’acceptation des traitements en utilisant le conte et ces parents-choses inquiétants à souhait, avec des illustrations d’Emily Gravett  qui alliées à l’histoire vous feront certainement penser à une petit côté Neil Gaiman avec Coraline.Une histoire inquiétante juste ce qu’il faut, dont peu à peu on comprend les rouages et les ressorts pour suivre Lily confrontée à des choix difficiles. Un très beau et surprenant roman pour parler de la maladie autrement. 

 

Jean-Luc 

 

 

156208_couverture_Hres_0.jpg

 

 

 

 

 

Lily et les créatures de la nuit  
Nick Lake
Traduit de l’anglais : Thomas Leclere 
Illustré par : Emily Graawett 
Editions du Seuil Jeunesse, 5 avril 2024, 14,90 €

Les carnets de l’apothicaire, tome 2

Les suites sont parfois hasardeuses et décevantes. Rien de tout cela ici : un excellent tome 2 de quoi devenir accro aux aventures de la jeune apothicaire Mao Mao au savoir étonnant et aux capacités de déductions à nul autre pareil. ❤️❤️❤️❤️❤️

 

tome2.jpg

 

Un prologue inquiétant, une scène de famille étrange et puis bien vite Jinshi que l’on retrouve par une fin de nuit étouffante. Très vite par la suite arrivent dès le petit matin les retrouvailles avec  Mao Mao.  

L’histoire est désormais bien en place et le récit plus fluide. la tension semble monter progressivement au hougong, entre la grossesse de l’une des favorites dame Gyokyo impossible à cacher désormais, les petits riens qui deviennent une affaire d’Etat ou presque dans ce monde confiné où seules les femmes et les eunuques peuvent circuler presque librement en respectant un protocole et une hiérarchie stricte. On aime suivre Mao Mao, quand son cerveau tourne à plein régime et réfléchis sur les dangers, complots… et les différentes affaires dont elle va devoir prendre la charge. Des histoires de champignons toxiques, d’empoisonnements, de rivalités familiales venus de l’extérieure et qui sont dangereuses jusque dans ce monde fermé pour certaines jeunes femmes  ; l’histoire du miroir de verre qui montre comme d’autres l’ouverture de la Chine vers l’extérieur et l’Occident notamment avec les échanges voulus et parfois moins comme la circulation de certaines plantes et animaux ramenés par les caravanes de voyageurs.  Le hougong est un monde cruel dont les servantes sont chassées au-delà de trente ans. 

C’est un tome étonnant qui monte en puissance très vite, le quotidien et les histoires s’enchaînent et donnent des moment de grâce comme la réception de ces deux femmes émissaires d’une puissance étrangère avec la reconstitution d’un spectacle féérique et magique. 

Mao Mao change aussi, toujours inquiète, mais parfois plus sur d’elle aussi, elle a la confiance de nombreux personnages très hauts placés et participe à presque tout ce qui est important. La dernière aventure avec la partie de chasse va donner au lecteur la possibilité d’en apprendre un peu plus sur les principaux protagonistes. 

Un tome dense, aux intrigues qui s’imbriquent les unes dans les autres et qui font monter la pression jusqu’au final étonnant avec des personnages qui nous sont désormais familiers et dont on apprend toujours plus sur leur histoire et leur personnalité. Un tome 2, très réussi (pas évident parfois pour les suites) avec des illustrations superbes en noir et blanc au sein de l’histoire et quelques plantes en couleurs à la fin, de quoi ravir les fans. A suivre sans hésiter. 

 

Jean-Luc 

 

Les carnets de l’apothicaire, tome 2  

Natsu Hyuuga

Traduit du japonais : Jean-Baptiste Flamant, Sasha Boucheron

Editions Lumen, 22 février 2024,  à partir de 15 ans, 17 € 

 

clic pour retrouver le tome 1

 

tome1.jpeg

 

Annoncé pour le 23 juin 2024

 

tome3.jpg

16 mai 2024

Inheritance Games - tome 01

Le retour du tome 1 avec une magnifique version reliée avec une nouvelle inédite est l'occasion de vous parler de cette série addictive

 

relie.jpeg

 

Elle s’appelle Avery Grambs et sa vie de lycéenne sans histoire ou presque va bientôt basculer. Elle survit avec sa soeur Libby et dort dans sa voiture quand son mec, un beauf violent revient. Elle est une lycéenne discrète et plutôt douée mais est accusée d’avoir triché à un contrôle réputé infaisable et pourtant… Elle joue aux échecs avec un SDF et sa meilleure amie est partie loin et est très surveillée par ses parents.
Une vie cahin-caha qui va basculer avec l’apparition dans son champs de vision d’un jeune homme en costume impeccable (une vraie seconde peau) : Grayson Hawthorn vient la chercher pour l’ouverture de son grand-père le milliardaire Tobias Hawthorn, sa présence, à elle, est obligatoire pour l’ouverture du testament. Et là, tout bascule : le patriarche a globalement déshérité toute la famille au profit d’Avery et ils se retrouvent bloqués et contraints de vivre ensemble dans l’immense demeure familiale et ils n’ont pas le choix. 

Une famille unie par la colère contre la nouvelle héritière. Quatre frères : Nash Grayson, Jameson, Xander. Avery va voir sa vie se transformer à la vitesse de la lumière : maison familiale aux multiples salles cinq bibliothèques et autres salles improbables chez le commun des mortels et trufée de labyrinthe ; une famille prête à tout, menaçante, soupçonneuse ; des lettres mystérieuses remises aux héritiers ; un testament qui impose la cohabitation ; des tentatives de meurtre ; un mystère à résoudre … 

Ce premier tome est une pépite étonnante, peu à peu on est embarqué dans une ambiance presque étouffante avec des énigmes des mystères et le tout qui risque de tourner au jeu de massacre. Avery comprendra-t-elle pourquoi elle a hérité ? Les Hawthorne comprendront-ils les raisons de leur mise à l’écart ? Qui va tenir jusqu’au bout ? Qui saura tirer son épingle du jeu ?
On aime l’ambiance, la maison délirante et pleine de pièces bluffantes, de cloisons  qui ouvrent sur des passages secrets, les personnages qui gravitent autour de l’héroïne (à qui peut-on faire confiance) et la course poursuite qui vous mènera vers une autre énigme. 

A dévorer en version classique ou en format relié avec un superbe jaspage. On aime définitivement. 

 

Jean-Luc 

 

71meDssK2bL.jpeg

 

 

 

 

Inheritance Games - tome 01 

Jennifer Lynna Barnes

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) : Guillaume Fournier

Illustrations © 2020, Katt Phatt. Couverture : Karina Granda

Editions Pocket Jeunesse, 3 février 2022, broché : 18,5 €, relié 2 mai 2024, 25 €

Le royaume des Trois : La joueuse de Cithare, tome 1

Le tome 2 devrait arriver le 23 juin. Un voyage en Chine étonnant et mouvant. ❤️❤️❤️❤️❤️

 

71Z-D4o97hL.jpg

 

Avec ce tome 1 qui réécrit en mettant principalement des personnages féminins un récit chinois dit des Trois Royaumes. Deux parties principales celles où le monde des humains va vers son destin avec les différents clans, les seigneuresses et leurs stratège qui vont s’affronter sur un échiquier mouvant, plein de rebondissements, d’aventures, d’erreurs, de trahisons.

Des destins qui se croisent, s’entrechoquent, des stratégies sur le fil du rasoir pour tromper l’ennemi aux aguets, qui guette le moindre détail, la moindre erreur de l’adversaire pour lire entre les lignes. A partir de la deuxième partie, vous verrez l’extraordinaire et le monde des dieux se mêle au destin des femmes en lutte pour subir ou contrôler leur destin.

Un roman rythmé, mêlant histoires ancestrales, mythologie, amour, ruse et stratégie, les joueurs de cithare, ne pas se laisser endormir par la paix et la sécurité et pour suivre le destin haletant de Zéphyr ascendant, de Ren, Miasma, Lotus, Choucas et de tous les autres… Un premier tome d’une duologie entêtante qui embarque le lecteur dans une Chine ancestrale, mouvante et étonnante.

 

Jean-Luc

 

71Z-D4o97hL.jpg

 

La joueuse de Cithare, tome 1 : le royaume des  trois
Joan He
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) : Raphaëlle Pache et Camille Cosson
Illustration : Kuri Huang
Editions Lumen, 9 février 2023, 16 €

 

tome 2 à paraître le 23 mai 2024

 

tome2.jpeg

Aurora Squad : Episode 01

Le retour de son autrice dans le catalogue Casterman jeunesse est l'occasion de vous lancer vers d'autres pistes.

Coup de ❤️❤️❤️❤️ pour un premier épisode rythmé et passionnant ! 

 

 

tome1.png

 

 

Si parfois comme nous vous êtes en retard et que vous regardez vos PAL d’un oeil mi septique, mi désespéré, courage. Et puis surtout il ne faut jamais désespérer parce que comme dans ce cas avec l’arrivée du tome 3, vous allez vous lancer et découvrir une petite pépite.

Cet épisode 1 est génial : superbement écrit, avec beaucoup d’humour, des personnages creusés et attachants, irritants, énervants, drôles et qui au final collent si bien ensemble. Le pauvre Tyler Jones est l’un des élèves les plus brillants de de l’académie Aurora et promis par ses résultats à pouvoir choisir le jour de l’Affectation une équipe brillante et prometteuse. Mais rien ne va se passer comme il l’espérait, lui qui marche avec sa jumelle Scarlett dans les pas de son père, n’arrive pas à dormir la nuit précédent la cérémonie. Il obtient d’un de ses supérieur de pouvoir faire un tour dans l’Ellipse. Ce qui devait être une promenade de santé va se transformer en mission d’abord car un vaisseau y est signaler en perdition avec quelqu’un cryogénisé mais vivant à bord et parce qu’il rentrera trop tard pour assister à la cérémonie de l’Affectation et ne pourra donc pas faire valoir ses droits.
Pauvre Tyler, Alpha brillant qui baisse la tête et accepte son destin. Heureusement sa soeur Scarlett (négociatrice), sa meilleure amie Cat (l’as pilote) ont demandé à lui être affecté rejoignant ceux qui n’ont pas été choisis : Finn le mécano à l’humour 180ème degré, un Traskien, Mal le gros bras guerrier Syldrathis, et Zila (la cellule grise) scientifique sociopathe à la réputation détestable. Viendra les rejoindre dans leurs aventures, celle qu’il a sauvé, endormie depuis plus de 200 ans dans son vaisseau perdu dans l’Ellipse, qui s’est réveillée intacte ou presque de son long voyage : Aurora dite Auri.
La première mission du nouvel escadron semble bien terne et peu glorieuse à nos jeunes amis : porter secours à un groupe de réfugié Syldrathis fuyant la guerre aux frontières de leur univers. Mais c’est là que tout va basculer parce qu’ils sont sept à bord et non six. La hiérarchie de Tyler s’est arrangée pour qu’Auri soit à bord ; la mauvaise volonté des réfugiés ; l’arrivée d’un navire des Invaincus faisant craindre le pire avec à leur bord le Fléau des étoiles et surtout à la surprise totale de tout le monde un vaisseau de la Force de défense terrestre (FDT) avec des membres de l’AMR (agence mondiale de renseignement). A partir de là tout bascule, tout se complique et tout s’enchaine.

On adore l’intrigue, ses rebondissements et ses vraies surprises. On adore les personnages, leur rencontre, leur confrontation au groupe et aux épreuves. Le style est enjoué, l’histoire complexe et très bien écrite. Le livre est une belle publication avec des pages de rappel sur les personnages et leur fonction, certaines situations dans un décor et une couleur différente du récit. Ce premier épisode est un vrai petit régal. Une série à entamer sans hésiter et tarder pour ceux qui sont en retard, le tome 2 est déjà paru (on vous en parle bientôt) et le tome 3 final sort le 8 septembre prochain. Foncez c’est excellent !

 

Jean-Luc

 

tome1.png

 

Aurora Squad : Episode 01

Amie Kaufman / Jay Kristoff

Traduit de l’anglais (Australie) : Emmanuel Gros

Illustration de couverture : Charlie Bowater

Editions Casterman jeunesse, 5 février 2020, 17,9 €

 

tome2.png

 

tome3.png

 

la nouveauté de la semaine

 

71h1TR1beFL._SL1299_.jpg

Illuminae

Amie Kaufman est de retour cette semaine avec un nouveau titre. Mais avez vous lu les précédents  : clic sur les visuels pour partir à la découverte. 

 

71Jd9GIMhSL._SL1322_.jpg

 

I2.jpeg

 

i3.jpeg

 

La nouveauté de la semaine 

 

71h1TR1beFL._SL1299_.jpg

13 mai 2024

L’ourson qui aimait prendre son temps

61wu1-JzZlL._SL1453_.jpg

Les éditions Flammarion  jeunesse publient ce petit bijou qui n’avait jamais été publié en français. L’occasion de découvrir tout le talent de Geoffrey Hayes.  Le héros de l’histoire c’est un petit ours et son récit est celui du bonheur de vivre, de la légèreté, du plaisir d’être seul, de se promener, de rêver avant de retrouver son quotidien. Les illustrations superbes sont d’une légèreté et d’une modernité étonnante avec des couleurs claires des cadres à la profondeur incroyable. Véritable ode à la douceur de vivre, au laisser aller et au plaisir de la vie qui coule doucement loin de l’agitation et du bruit. Magique 

 

Jean-Luc 

 

61wu1-JzZlL._SL1453_.jpg

 

 

 

 

L’ourson qui aimait prendre son temps  
Geoffrey Hayes
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) : Nadine Robert 
Editions Flammarion jeunesse, 1 mai 2024, 12,50 €

Paris

Les éditions Casterman jeunesse ressortent en ce mois de mai 2024, quatre titres de M. Sasek sur Venise, Londres, New-York et Paris. Publiés pour la première fois en 1960, ces albums sont de petits bijoux d’illustrations montrant à un moment T ces grandes agglomérations mondiales. Clic sur lire la suite pour découvrir les autres titres. 

 

81WDn5qPERL._SL1500_.jpg

 

 

Paris est l’un des volumes réédités. Avec le trait et la mise en page et en couleur de M. Sasek qui a inspiré tant de générations d’illustrateurs après lui, dans notre capitale comme nous ne pouvons plus la voire aujourd’hui avec quelques clichés désuets et des situations qui n’existent plus actuellement. Notre Dame et sa flèche ouvrent le bal. Des autobus étranges, un métro organisé de manière si différente de la notre, les halles encore vivantes et présentes véritable ventre de Paris, et tant d’autres aspects qui se sont effacés progressivement. 

C’est épatant. On aime l’histoire et le regard vers le passé qu’il nous offre, le trait de crayon si vif et dynamique qui croque un monde aujourd’hui effacé et nous permet de faire une promenade presque hors du temps dans notre capitale. 

A découvrir et faire découvrir aux nouvelles générations, pour ouvrir leurs yeux sur d’autres formes d’expressions et d’illustrations, et nous faire découvrir avec les autres titres les grandes et belles villes mondiales. 

 

Jean-Luc 

81WDn5qPERL._SL1500_.jpg

 

 

 

Paris 
M. Sasek
Texte français de Pierre Servais
Editions Casterman jeunesse, 1 mai 2024, 19,90 €

Lire la suite

Indigo

9782812624292.jpg

 

Il est né en 1789, et il pose beaucoup de questions notamment celle-ci, essentielle : « Est-ce que les adultes ne s’en posent plus  ou qu’ils sont juste là pour nous apporter des réponses toutes faites ? ». Il c’est Gaspard qui très vite va se choisir un ami imaginaire à qui il va donner un prénom de roi Mage à lui aussi : Melchior. 

Gaspard est né dans une famille d’artisans qui travaillent le tissu. Ce sont des « indienneurs » ces ouvriers qui fabriquent des « indiennes » c’est à dire des tissus imprimés qu’ils vendent un peu partout et qui parfois partent à l’autre bout du monde, monnaie d’échange pour un trafic abominable : la traite négrière. 

C’est cela que va découvrir Gaspard, en dessinant son ami sur les indiennes en lui donnant vie et en le voyant partir un jour sur un bateau, il fouille retrouve des planches en apparences non utilisées et se fait surprendre par son père. Furieux, celui-ci va lui expliquer et répondre aux reproches scandalisés de son fils sur leur complicité face au trafic qu’ils diffusent les tissus et les histoires d’esclaves en secret pour que l’information se répande et que c’est leur façon de résister. Ainsi Gaspard va apprendre une forme de  désobéissance particulière : savoir dire non et le faire à sa façon pour progressivement améliorer le monde. 

Au fil des pages découvrez leur histoire, leur évolution et la disparition progressive de Melchior qui va comme souvent les amis imaginaires s’estomper alors que son créateur grandit. 

Cet album est magnifique. Son texte d’abord nous fera rentrer  le lecteur de manière curieuse dans la découverte du trafic d’esclave, de l’autre bout du monde par le biais du commerce qui a enrichit nombre de ports français comme la ville de Nantes. Les illustrations de Charles Dutertre  sont parfaites, elles se marient merveilleusement bien avec l’idée des indiennes, les personnages prennent vie d’une page à l’autre, les représentations des navires négriers sont saisissantes et l’ensemble prend peu à peu l’aspect d’une lutte épique et d’une course contre la montre faisant écho à l’indignation du jeune Gaspard lors de sa découverte. Des couleurs chaudes, puissantes, des traits qui nous entrainent loin, si loin : magnifique travail. 

Un album superbe, puissant par le message qu’il transmet : la curiosité, l’empathie pour les humains quels qu’ils soient et la lutte et la dénonciation de l’esclavage. Totalement indispensable. 

 

Jean-Luc 

 

9782812624292.jpg

 

 

 

Indigo 
Alex Cousseau
Illustrations : Charles Dutertre
Editions du rouergue jeunesse dès 7 ans, 1 mai 2024, 18 €

Tali et le monstre d’Odin

71VZ0JZml5L._SL1500_.jpg

Tout a commencé comme une belle histoire. Une famille heureuse, deux frères, le grand et le petit qui s’aiment, jouent et chahutent ensemble. Et puis un soir le petit Tali voit venir son frère Odin qui lui semble si différent, froid, distant et qui se met à le toucher dans le noir. Alors peu à peu l’esprit de Tali semble sortir de son corps, fuir pour ne plus vivre ce qu’il supporte et lui si vif, perd ses réflexes semble rapetisser, comme si son corps c’était mis en pause et qu’il refusait de grandir dans ces conditions. L’histoire terrible nous dit aussi que parfois les adultes ne veulent ou ne peuvent pas croire. Comment imaginer que ce grand frère aurait fait du mal à son petit frère ? Heureusement sa grand-mère est là et va aider Tali à exorciser ses peurs, lutter contre les monstres, le monstre et mettre des mots sur ce qui lui arrive. Il va parler et son frère sera puni. 

Cette histoire est magnifique, elle vous prend aux tripes. Elle dit la souffrance, la douleur, la terreur de ceux qui subissent, la difficulté de parler d’oser affronter les grands et de se faire croire, comprendre. Le texte est magnifique, il progresse peu à peu et par l’utilisation de la grand-mère permet peu à peu de dénouer la situation. Les illustrations semblent avoir pris le contre pied en quelque sorte de l’histoire puisqu’à l’exception de quelques pages plus sombre où la menace et le drame se jouent elles semblent prendre feu, apporter la lumière et la force nécessaires pour Tali et lui permettre de dire non et d’affronter celui qui fut son frère.  Un magnifique album à utiliser en classe sans hésiter pour permettre de libérer la parole et faire comprendre aux enfants que malgré le drame qu’ils vivent, ils ne sont pas seuls et que les adultes sont capable de les écouter. 

 

Jean-Luc


71VZ0JZml5L._SL1500_.jpg

Tali et le monstre d’Odin  
Marie de Monsabert
Illustrations : Clémence Pollet
Editions Milan jeunesse, dès 6 ans, 24 avril 2024, 13,90 €

Nos maisons

71ZMUJlFqiL._SL1500_.jpg

 

Quel bonheur de parcourir ces pages et de se laisser emporter avec un goût d’été et de vacances futures, réelles ou fantasmées, déjà là. 

Une petite fille dont la fenêtre de son immeuble s’ouvre dans la page et qui nous dit son attente et sa nostalgie de la maison familiale des vacances, le moment où tout le monde se retrouve, tout le monde s’amuse et part à l’aventure va nous embarquer avec elle. 

Difficile de vous raconter l’album juste vous dire que vous allez participer à une construction pas comme les autres, partir à l’aventure avec des enfants à l’imagination débridée et savourer comme jamais un été qui une fois l’album refermé vous ramènera à la réalité de ce début de printemps laborieux comme si vous aviez plongé le temps d'une lecture dans un monde merveilleux. 

Il émane du travail d’Elise Peyrache un charme fou, un gout de vacances d’enfance passée ou à venir, d’aventures extraordinaires. Les illustrations sont superbes les personnages et les décors dessinés avec finesse ont parfois un petit air de  François Place. Les découpes dans les pages les troncs et les branches des cabanes qui s’entrelacent offrent à eux seuls un véritable voyage entre les pages. 

Véritable ode à l’été, cet album doit absolument être l’un de ceux qui vous accompagnera vous et vos enfants lors d’un été chaud et merveilleux pour tout oublier de la grisaille du monde. Formidable réussite. 

 

Jean-Luc 

 

 

71ZMUJlFqiL._SL1500_.jpg

 

 

 

Nos maisons 
Elise Peyrache
Editions Saltimbanque, 10 mai 2024,
dès 6 ans, 16,90 €

Dix dans le lit

71fuZLm2OTL._SL1500_.jpg

 

Insupportable cette poule tachetée. Ils étaient dix dans un lit, mais elle a décidé qu’ils étaient trop serré. Donc que tout le monde devait se pousser. Et voilà c’est parti pour un très bon moment de comique de répétition, merveilleusement mis en image par la construction des pages, puisque vous le verrez la partie centrale de l’album est découpée en rabats qui s’ouvrent au fur et à mesure que les animaux se poussent et tombent du lit. Au final, la poule change d’avis, trouve qu’ils lui manquent tous et hop les rappelle et cette fois-ci c’est pour un bon dodo dans un très très grand lit dans lequel ils sont dix. Frais, léger, drôle, illustré et mis en couleur avec bonheur : on aime ! 

 

Jean-Luc 

 

71fuZLm2OTL._SL1500_.jpg

Dix  dans le lit 
Katrina Charman
Illustrations : Guilherme Karsten
Editions Bayard jeunesse, dès 2 ans, 2 mai 2024, 12,90 €

Peuples gardiens de la nature

61XJSZ4rIeL._SL1000_.jpg

Youpi, c’est un nouvel album de la collection Mosquito. Couverture épaisse, papier épais au grain si particulier qui absorbe les couleurs et donne une ambiance si particulière. Cette fois-ci nous partons à la découverte des peuples gardiens de la nature. Connaissez vous les Changpa, habitants du toit du monde ; les Moken nomades de la mer entre la Thaïlande et la Birmanie ou les Seri, descendants des géants et bien d’autres encore. Certains nous sont plus familiers comme les aborigènes d’Australie ou les Touaregs et les Kayan (les célèbres femmes-girafes). Plus d’une vingtaine de peuples, dont vous découvrirez la localisation, les coutumes, la résistance à la modernité ou à des situations trop contraignantes. Des textes courts présentent leurs habitudes et leurs actions. Et puis les illustrations pleine page sont superbes. A chaque page une ambiance particulière avec un fond coloré qui vous transporte dans un autre endroit de la planète et des représentations de ces peuples parfois en danger comme la nature qu’ils préservent, magnifiques. Un album empli de surprises, de découvertes, pour partir autour du monde et apprendre à découvrir notre planète et ses habitants. 

 

Jean-Luc 

 

61XJSZ4rIeL._SL1000_.jpg

Peuples gardiens de la nature 
Sam G. C. 
Illustrations : Raquel Martin
Traduit de l’espagnol : Philippe Godard
Editions Nathan jeunesse, album Mosquito !,  7 +, 2 mai 2024, 19,95 €

Et si ma mère était une sorcière ?

 

71lggYLQf8L._SL1500_.jpg

Une petite fille se demande si ça mère ne serait pas une sorcière. Alors elle va étape par étape essayer de nous le prouver. Au fil des pages vous saurez retrouver quantité de situations qui vous feront sourire et être d’accord au presque avec elle. C’est étrange quand même, ces prises de positions, cette façon se se comporter. Et même si vous pensez le contraire, de toute façon pas la peine de lutter, elle est têtue la petite fille et n’en démordra pas. 

Alors maman est-elle une sorcière et si oui de quel type de sorcière s’agit-il ? A vous de le découvrir… à moins que ?

Un album drôle, malin illustré avec vivacité et magie (oui je sais c’est louche) et de pages en pages des détails, des décors, des mises en page superbes. A dévorer un soir de pleine lune pour forcer le sort et savoir enfin. 

 

Jean-Luc 

 

 

71lggYLQf8L._SL1500_.jpg

 

 

 

 

 

 

Et si ma mère était une sorcière ?  
Myriam Bendhif-Syllas
Illustrations : Mayana Itoïz
Editions Saltimbanque, dès 3 ans, 3 mai 2024, 14,50 €

L’enfant chat

71aGLCHIxyL._SL1500_.jpg

C’est l’été, déjà et Anne Cortey entraîne le jeune lecteur dans un moment de calme entre réalité et monde étrange et merveilleux. Le soleil cogne, l’heure de la sieste, bébé et les parents dorment et Neko en profite pour creuser un tunnel. A la sortie, un chat curieux et câlin qui vient se frotter à l’enfant avant de l’accompagner vers le bébé qui réclame son biberon.

C’est une histoire étrange, les formes sont mouvantes, les tailles des personnages s’inversent peu à peu au fil de l’histoire et le tunnel vous mènera aussi là où vous embarquera votre imagination. Le travail d’illustrations de  Charlotte Lemaire  est pour beaucoup dans l’aspect fantasmagorique de l’histoire. Les pages riches de couleurs de formes comme sorties d’un tableau en plus grand format, ouvrent des portes à l’imaginaire du lecteur qui peut se projeter, imaginer, se rappeler et penser déjà à d’autres moments qui vivra cet été. 

Un album chaleureux, avec quelque chose de presque langoureux comme si déjà la chaleur de l’été avait déjà tout engourdi et provoquait au loin des mirages propices à  l’imagination la plus débridée. Formidable 

 

Jean-Luc 

 

71aGLCHIxyL._SL1500_.jpg

L’enfant chat 
Anne Cortey
Illustrations : Charlotte Lemaire
Editions Sarbacane, dès 3 ans, 1 mai 2024, 15,50 €

Léonard de Vinci

619ttVtCJ9L._SL1000_.jpg

Tout commence par de célèbres reproductions de tableaux mais aussi des dessins du maître. Et ensuite, comme dans tous les Kididocs, il y a des pages de quiz, de jeux des rabats qui s’ouvrent sur des merveilles, un pop-up central sur la Cène et tant d’autres choses. Des créations phares, des inventions ou la pré-science avant le monde contemporain d’engins, des rencontres et bien évidemment quelque part dans les pages Mona Lisa, incontournable. 

C’est un documentaire passionnant que nous livre l’autrice et l’illustratrice par les choix qui sont faits, les illustrations qui savent se fondent et mettre aussi en valeur les oeuvres présentées avec une superbe qualité d’impression. Une réussite une fois de plus me direz vous pour un petit livre ludique, malin et qui donne envie de remonter le temps de bien des manières. Superbe. 

 

Jean-Luc 

619ttVtCJ9L._SL1000_.jpg

 

 

 

Léonard de Vinci 
Sylvie Baussier
Illustrations : Amandine Meyer
Editions Nathan jeunesse, collection Kididoc, 6+, 25 avril 2024, 14,95 €

Ma cape

71J6RTFk95L._SL1404_.jpg

 

Quand on casse les pieds à tout le monde avec sa cape, qui n’en est pas vraiment une (chut !), on finit par avoir les plus beau des cadeaux. 

Papa, maman, papi, mamie n’y connaissent rien : ce n’est ni une serviette ou un manteau ou une nappe ou n’importe quoi d’autre : c’est une cape. Et comme toutes les capes, elle est magique : elle vole, rend invisible (pratique pour les buffets de desserts) et bien d’autres choses encore. Un album sur l’imagination, la complicité entre les générations, avec de belles illustrations auxquelles le papier et l’utilisation des couleurs donnent presque un petit côté vintage et intemporel. A découvrir pour les petits malins mono-maniaques et les autres. 

Jean-Luc 

 

Ma cape
Julia Thévenot
Illustrations : Anne-Hélène Dubray
Editions Sarbacane, dès 2 ans, 1 mai 2024, 14, 90 €

Rêveries

81vKamHTQFL._SL1500_.jpg

Nous avions adoré le premier album de Sandrine Kao. Voici une nouveauté tout aussi réussi qui va vous entraîner cette fois dans le monde du rêve, pour grandir des étoiles plein les yeux. 

Ses délicieuses bestioles nous entraînent de nouveau à la recherche de ce qui est doux, beau, merveilleux. Les sons qui apaisent et peuvent aussi nous emporter très loin ou nous remémorez des souvenirs heureux. Avoir la tête dans les étoiles et savoir savourer comme le dit une des doubles pages, les moments précieux de la vie comme autant de forces pour plus tard. Mais parfois il y a du sombre dans la vie, des instants difficiles, mais toujours aller de l’avant, partir loin, revenir et se nourrir de tout ce qui arrive pour en faire une force. Un album grand format superbement illustré avec des couleurs douces et chaudes à la fois. Des illustrations qui laissent la place aussi entre les vignettes à la respiration et au vagabondage pour s’émerveiller et sourire à la vie. Un album pour grandir heureux ! A partager sans hésiter. 

 

Jean-Luc 

 

81vKamHTQFL._SL1500_.jpg






Rêveries  
Sandrine Kao
Editions Grasset jeunesse, dès 4 ans, collection lecteurs en herbe, 24 avril 2024, 19,50 €