Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Page d'accueil

03 septembre 2018

Les enquêtes d’Emily Evans : l’héritière disparue

Coup de coeur pour une nouvelle série et une héroïne qui sait mener sa barque comme personne ! 

C'est la rentrée, faites le plein de bonnes lectures ! 

9782226401687-j.jpg

Vous allez adorer faire la connaissance d’Emily Eleanor Evans, jeune orpheline qui vit chez sont oncle et sa tante. La jeune orpheline a droit à une chambre tout en haut, tâchée d’humidité. Une jeune orpheline, une cousine disparue à l’âge de deux ans, une tante éperdue, une voyante qui organise des séances de spiritisme, un oncle par alliance irascible, des voisins, une jeune lady pro suffragette et tout cela nous entraine dans le Londres du début du XXème siècle juste avant la catastrophe.

L’auteure tisse patiemment sa toile et mine de rien nous embarque dans une sombre histoire de complot, d’héritage, d’enfant disparue et revenue avec une héroïne jeune certes, mais avec un caractère bien trempé, des neurones qui fonctionnent à cent à l’heure, un brin de romantisme et c’est parti. Sous ses dehors malins et de roman policier, c’est aussi un portrait pas vraiment tendre de la société anglaise du début du XXème siècle avec la place des femmes pas vraiment enviable, la montée de la contestation pour obtenir le droit de vote, la pauvreté, les premières automobiles…

Fort bien mené, du rythme, des histoires qui se croisent, des personnages creusés et attachants, cette nouvelle série a tout pour plaire ! Formidable ! A adopter sans hésiter.

 

Jean-Luc

 

 

 

9782226401687-j.jpg

 

 

 

 

 

Les enquêtes d’Emily Evans : l’héritière disparue

Patricia Elliott

Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) : Cécile Moran

Editions Albin Michel jeunesse, 30 mai 2018, 14,5 €

Publié dans #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook


ECRIRE UN COMMENTAIRE

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.