Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Page d'accueil

26 juin 2017

L'enfant du Jeudi

enfant.jpg

 

Sonya Hartnett est un auteur à part, à l’écriture singulière et envoutante. Une fois de plus après L’enfant du fantôme l’année dernière, les éditions des Grandes Personnes, nous offrent un de ses romans :  l’enfant du jeudi. C’est Harper Flute, l’une des héroïnes du roman qui nous conte l’histoire de sa famille pauvre, de sa sœur Audrey, de ses frères  Devon, le bébé Caffy et  de Tin. C’est Tin qui, vous le découvrirez, tient le rôle le plus particulier de cette famille. Un enfant pas comme les autres, qui sous le regard bienveillant de ses parents va connaître une vie, une destinée si particulière.

Harper nous guide au fil de la vie de la famille Flute de la naissance du bébé Caffy jusqu’au moment où elle sortira de l’enfance et ira vivre ailleurs, loin de la maison de son enfance. Une vie de labeur, de pauvreté, mais aussi d’amour et de liens familiaux indéfectibles, malgré les épreuves, les drames.

Sonya Hartnett nous entraine de nouveau dans un monde, à la fois réel et étrange (la vie de Tin), où l’on sent la volonté de décrire son pays, son histoire, les blessures et l’obsession de la guerre, du bruit du monde autour des Flute et des conséquences sur leur vie quotidienne et leur ligne de vie.

C’est un superbe roman, très bien écrit (traduit),  au parfum entêtant, qu’on ne lâche pas si facilement. Différent des autres productions ambiantes, c’est un petit moment de grâce et de plaisir à découvrir. 

 

Jean-Luc

 

3158843594.jpg

L’enfant du Jeudi ; Sonya Hartnett ; Traduit de l’anglais (Australie) : Valérie le Plouhinec ; Editions Les Grandes Personnes, septembre   2011, 16 €

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook


ECRIRE UN COMMENTAIRE

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.