Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 avril 2017

Petite revue de presse non exhaustive des sorties de la semaine : romans

Des fins de séries, des surprises, du bonheur en page ! Foncez ! 

 

couv-Lecrivain-abominable-620x930.jpg

 

91lMgsDJH4L.jpg

Lire la suite

Le Jardin des Épitaphes, Aimez-moi – Tome 2

La fin du dytique de Taï-Marc Le Thanh 

08559_COV_JDE-T2.jpg

Le Jardin des Épitaphes, Aimez-moi – Tome 2 : Suite et fin de ce dyptique post-apocalyptique  à nul autre pareil ! Détonant ! Le road trip continue sur le sol américain. Hypothénuse,  héros protecteur et attachant, va sans s’en douter entraîner  son frère et sa soeur dans un piège fatal.  Une histoire à la Mad Max écrit par un auteur qui confirme  son talent et qui renouvelle profondément le genre en mêlant  tendresse, action et sens de la parodie. Didier Jeunesse

Parmi les vivants, tome 2 : Louise

La suite et fin est dans les bacs ! Foncez ! 

 

9782812612237.jpg

 

 

Parmi les vivants, tome 2 : Louise  Depuis qu’Abel est revenu parmi les vivants, plus rien n’est comme avant. Les animaux, les cœurs, tout se dérègle. Louise, c’est le prénom de celle qui s’invite à son tour dans la vie d’Esther, Vlad et Inoke. L’été est loin d’être terminé… Le deuxième tome d’un dyptique fantastique et amoureux, écrit à quatre mains, autour d’un trio d’adolescents bouleversés par l’irruption dans leur quotidien d’un couple d’amoureux remonté d’un lointain passé. Le Rouergue

Shikanoko - La Princesse de l'Automne

Yes la suite : en rayons ! 

A63825.jpg

Shikanoko - La Princesse de l'Automne : Aux sources du «Clan des Otoris»... Le deuxième livre de la nouvelle épopée fantastique de Lian Hearn. Le destin de Shikanoko s'est assombri. Le masque du cerf qui lui conférait ses pouvoirs magiques est brisé. Alors que les catastrophes naturelles se succèdent et que s'engage la bataille pour le Trône de Lotus, Shikanoko peut-il garder l'espoir de retrouver Akihime, la Princesse de l'Automne, et l'enfant empereur ? Gallimard Jeunesse

31 mars 2017

Petite revue de presse non exhaustive des sorties de la semaine : romans

Les romans de la semaine ... ils sont peu nombreux mais la qualité est là ! 

 

J00007.jpg

Lire la suite

27 mars 2017

Une fille au manteau bleu

Un roman magnifique, prenant qui nous emporte dès les premières lignes
vers un dénouement étonnant ! 

A66845.jpg

 

Une belle histoire d’amour et tout démarre ou plus exactement tout se détraque ! Le ton est donné d’emblé, l’héroïne du film va prendre contact avec l’ennemi lors d’une de ses innombrables courses dans la ville d’Amsterdam, nous sommes en janvier 1943. Hanneke mène la vie d’une de ces jeunes filles dont le passage à l’âge adulte a été bouleversée par l’arrivée de la guerre. Elle travaille chez un entrepreneur de pompes funèbres qui lui fait également faire quelques courses de marché noir en trafiquant notamment les tickets de rationnement des morts. Au cours d’une de ses livraison, lorsqu’elle passe chez une cliente habituelle Madame Janssen, celle-ci la retient et va lui demander son aide. D’abord réticente Hanneke va ensuite réfléchir et surtout se retrouver prise dans le tourbillon de ceux qui résistent et refusent le nouvel ordre établi par les nazis et leurs collaborateurs. Désormais son but ultime sera de retrouver la jeune Mirjam Roodveldt seule survivante d’une famille juive avant qu’elle ne soit retrouvée par ceux qui traquent ses coreligionnaires.

Avec Hanneke on plonge dans l’Amsterdam occupée de la Seconde Guerre mondiale. On y découvre la vie quotidienne, le lot de ceux que la guerre a bouleversé et peu à peu on comprend dans la toile du récit que tout n’est pas aussi simple. Les apparences peuvent souvent être trompeuses vous le verrez, et la réalité du sort réservé au juifs par contre elle est sinistrement réelle.

Le retour du grand frère de son amoureux Bas, la recherche de la jeune Mirjam dans laquelle Hanneke va finir par se lancer à corps perdu, le théâtre Hollandsche Schowburg ou l’on parque les juifs arrêtés avant de les transférer vers les camps et qui « sent la mort » (sic)… tout nous entraine dans ce roman dès les premières lignes. La guerre en toile de fond, les vies brisées et les espoirs fous d’autre chose, les remords, une histoire d’amour qui s’est arrêtée trop vite, tout est passionnant et mène le lecteur dans un récit minutieux, très bien écrit qui tisse sa toile peu à peu réservant de multiples surprises et rebondissements. Un roman d’amour, de vie et de résistance passionnant qui fait bien évidemment penser au récit de la jeune Anne Franck dont le fantôme n’est jamais très loin, qui est une pleine réussite. A dévorer sans hésitation et faire partager ! Superbe !

 

Jean-Luc

 

A66845.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Une fille au manteau bleu
Monica Hesse
Traduit de l’anglais : Anne Krief
Editions Gallimard Jeunesse, 27 octobre 2016, 16€

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Résister pour survivre : Charles Palant

Un récit témoignage prenant et puissant ! A lire et faire lire ! 

 

9791021402737FS.gif

Le récit commence par l’arrestation du héros du livre, de sa mère et de sa sœur qui sont conduits à la prison Montluc de Lyon pour être interrogés. Il est résistant et a été visiblement dénoncé et de plus ils sont juifs. Interrogés, parqués, ils vont ensuite être conduits à Drancy. Puis à Auschwitz !

Eric Simard donne vie et parole au récit de Charles Palant. Au fil des pages on se retrouve à ses côtés pour découvrir et suivre son destin terrible et se rendre compte s’il le fallait qu’il a su, lui, rester un Homme, droit, debout. L’histoire nous est contée avec un lucidité terrible. Les allées et retour sur le passé comme pour s’accrocher à la vie qui doit continuer alors que tout autour de lui pousse vers la mort permettront au jeune lecteur de se repérer dans le contexte et la vie de l’époque, d’en savoir davantage sur ce jeune homme qui est revenu de l’horreur et a su, pu se reconstruire, rester debout et toujours se battre notamment contre la seul haine qu’il revendique : celle du nazisme.

Une lecture fluide, salutaire et essentielles ! Un témoignage essentiel à faire découvrir.

 

Jean-Luc

 

9791021402737FS.gif

Résister pour survivre : Charles Palant  
Eric Simard
Editions Oskar, Histoire et Société, collection témoignage, 30 janvier 2015, 9,95 €

Publié dans #Ados, #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Terre-Dragon : Le souffle des pierres, tome 1

La série géniale d'Erik L'Homme sort en folio junior l'occasion de la découvrir ou de la redécouvrir ! Formidable ! 

TDP1.jpg

 

Terre-Dragon est la nouvelle trilogie d’héroïc fantasy d ‘Erik l’Homme. On retrouve ici toute sa verve, son imagination et son écriture pétillante.

Sheylis a été confiée à sa grand-mère, qu’elle déteste, sur le territoire des puritains de Shogh-le-Pieux. Sa grand mère est en fait une sorcière qui a fait de Sheylis son apprentie.

Peu aimée des villageois malgré les services qu’elle rend, elle sait très vite au début de l’histoire qu’ils vont lui faire payer l’épidémie de peste rouge qui ravage le cheptel sans qu’elle puisse rien y faire. Elle va pousser sa petite fille à prendre la fuite ce jour là avant qu’il ne soit trop tard.

Dans le monde de Terre-Dragon d’autres personnages, vont voir leur destin basculer quasiment au même moment.

AEgir, jeune garçon, prisonnier d’Ishkar, pour ses capacités hors normes qu’il ne connaît pas encore lui même : c’est un Dakan. On rencontrera également Doom le scalde, Gaan- le-fou, sorcier gris ; des prêtres du crâne ; des soldats Naatfarirs et également des Qamdars (démons)…Tous ces personnages vont se croiser, et vivre des aventures terrifiantes et magiques à la fois. Saurez-vous déchiffrer ou échapper à l’art magique des thun-lawz ? Si comme nous vous avez attendu la sortie en poche pour lire cette série formidable foncez puisque le tome 2 qui existe déjà en grand format arrive très vite en folio junior. Des personnages et des destins qu’on ne peut plus lâcher. Génial !

 

Jean-Luc

 

TDP1.jpg

Terre-Dragon : Le souffle des pierres, tome 1

Erik L'Homme

Editions Gallimard jeunesse, collection folio junior, 25 août 2016, 6,7€

Publié dans #Ados, #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24 mars 2017

Petite revue de presse non exhaustive des sorties de la semaine : romans

Tout sur les romans de la semaine ou presque ! A vos marques ! 

A58817.jpg

 

mosquitoland.jpg

 

9791021405547.jpg

 

La Vallee Des Mammouths.jpg

Lire la suite

Nouveauté roman Oskar éditeur : Le lien du faucon

C'est Angélique qui nous le dit : ce roman est fantastique ! Alors je crois que nous allons foncer ! 

9791021405547.jpg

Le lien du faucon : Mélissandre rêve de devenir maître fauconnier. Son stage à la Volerie des Rapaces du château de Kratzberg va lui permettre de concrétiser son voeu le plus cher. Alors qu’elle prend soin de Gemma, une vieille fauconne qui semble habiter les lieux depuis toujours, la jeune fille découvre un journal de dressage rédigé trois siècles auparavant par un fauconnier du nom de Louis. Que cache ce carnet dont de nouvelles pages s’écrivent chaque nuit, comme par enchantement ? Et si, défiant les siècles et unis par la même passion, les destins de Mélissandre et de Louis étaient liés à celui de Gemma ? Oskar

Publié dans #Ados, #romans junior, #SF et Fantastique, -lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17 mars 2017

Petite revue de presse non exhaustive des sorties de la semaine : romans

Les romans de la semaine du 16 mars 

 

laffaire-des-oiseaux.jpg

 

71sit8IjR+L.jpg

Lire la suite

10 mars 2017

Nouveauté roman: Je suis ton soleil

Le nouveau roman de Marie Pavlenko est dans les bacs ! A découvrir sans faute ! 

Je suis ton soleil.jpg

Je suis ton soleil : « S’il n’y avait pas quelqu’un qui aime, le soleil s’éteindrait. » Victor Hugo, Les Misérables Le bac est en ligne de mire, Déborah entame sa terminale. Mais le pire, c’est sa mère qui se fane, et la découverte de son père, au café, en train d’embrasser une inconnue. Il va falloir de l’aide, des amis, du courage et beaucoup d’humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil. Le personnage principal « Déborah a 18 ans. Elle est attentionnée, fantasque malgré elle, à la fois bourrée d'énergie lumineuse et d'engouement pour la noirceur. Mais ce qui la caractérise vraiment, c'est son humour. Elle a une façon bien à elle de voir et de dire le monde, elle invente, contourne, mêle fantasme et réalité. Son amour de la langue et des mots fait jaillir un vocabulaire très personnel, qui permet de décrire et de déshabiller le réel. Elle est à la fois mâture, fragile, et naïve. Elle est une sinusoïde ; elle est, j'espère, unique et universelle.» MP Flammarion Jeunesse

Publié dans #Ados, #prévisions de sorties, -divers | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Nouveauté roman : Didier Jeunesse : Roslend

A découvrir dès cette semaine ! 

9782278085538-001-T.jpg

Roslend – Tome 1 : En pleine Seconde Guerre mondiale, deux adolescents, Lucan et Catriona, se retrouvent au coeur d’un secret d’Etat. Le dossier Roslend est classé confidentiel : compréhensible quand on sait qu’il s’agit d’un univers parallèle et fantastique, dont le destin est étroitement lié à celui de Londres. Le sort des deux mondes repose désormais entre les mains de Lucan et de son amie. Didier Jeunesse

08 mars 2017

Journée internationale des droits des femmes 8 mars 2017 : Les trois soeurs et le dictateur

Un roman fort qui raconte la vie et le destin tragique de trois soeurs qui se sont battues pour vivre dans la dignité et la liberté ! 

 

9782812606175FS - copie.gif

 

Connaissez vous l’origine du « 25 novembre, journée internationale de lutte 
contre la violence faite aux femmes ? »

 

Une île paradisiaque, où tout pousse, où le soleil  brille, une vraie carte postale de vacances. Et pourtant lorsque Mina jeune californienne met les pieds pour les première fois en République dominicaine, le pays natal de son père, elle ne se doute pas que c’est toute l’histoire de sa famille qu’elle va découvrir et celle de son peuple, de ses origines.
Accueillie chaleureusement par le bel Antonio son cousin qui découvre très surpris, que son père ne lui a jamais rien raconté de l’histoire familiale, il décide de lui faire rencontrer Abela sa grand-tante qui elle va lui dévoiler ce passé si douloureux et glorieux à la fois.
Car la grand-mère de Mina, celle dont son père ne parle jamais, est en réalité Minerva Mirabal l’une des figures emblématiques de la lutte contre la tyrannie.

Abela fait ainsi la connaissance de la jeune fille les larmes aux yeux tant elle ressemble à sa sœur aînée disparue trop tôt. Elle va alors lui conter la mémoire de la famille, de tout un peuple en lutte.
Elle lui parle alors du dictateur Trujillo, des horreurs qu’il a commises et de son intérêt pour les jeunes et belles femmes. Elle lui raconte comment Minerva est tombé sous son regard et comment cela a entrainé la catastrophe pour toute la famille, l’entrée dans la résistance et la lutte pour les trois sœurs aînées de la famille Mirabal…

Elise Fontenaille nous embarque ici presque sur la pointe des pieds dans un récit qui au départ pourrait nous sembler léger. Mais très vite avec la rencontre entre ces deux générations de femmes c’est tout un pan tragique de l’histoire de la République dominicaine qui s’ouvre devant nous, toute une histoire de lutte et de courage.

C’est un court mais fort récit que nous livre ici l’auteure, sur le courage, l’engagement et la place des femmes. Une histoire « formidable » qui emporte, émeut et pose bien des questions essentielles. Un roman à lire absolument

 

Jean-Luc

 

  

Les trois soeurs et le dictateur
Elise Fontenaille
Editions le Rouergue jeunesse, collection doado, 8 janvier 2014, 8,7 €

 

Pour Amandine

 

IMG_0284.JPG

 

Publié dans #Ados, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journée internationale des droits des femmes 8 mars 2017 : Calpurnia

9782211205337.jpeg

  

La chaleur étouffante d'un été au Texas, une héroïne formidable, un roman éblouissant à ne manquer sous aucun prétexte. Calpurnia de Jacqueline Kelly est tout simplement une petite merveille ! 

 

 

 

 Imaginez : la chaleur étouffante d’un été, où même l’air vibre et ondoie. Fermez les yeux… ouvrez les maintenant : il fait chaud, les chiens de l’extérieur n’ont même plus la force d’aboyer et de se ruer vers vous. Vous êtes quelques part à quelques kilomètres d’Austin, aux Etats-Unis, en plein Texas en 1899, sur la propriété des Tate,  entre deux mondes (l'ancien qui s'efface lentement et le nouveau porté et poussé par la modernité et les inventions) . Cet été va être mémorable pour Calpurnia Tate l’héroïne de ce roman magnifique. Par sa voix, par ses aventures et mésaventures nous allons découvrir celle d’une famille (elle a six frères), des parents, un grand-père… de l’évolution d’une société. Car si la chaleur étouffe et assomme tout au dehors, le monde bouge cependant et si vite. En pleine révolution industrielle, les découvertes se multiplient et Calpurnia se désespère bien souvent d’être une fille, elle qui rêve de devenir une scientifique, alors qu’on la destine à la couture, au tricot et à la cuisine. Mais a onze ans, on a encore la chance surtout quand on a un grand-père aussi merveilleux que le sien de pouvoir se dire que tout n’est pas perdu et qu’il reste peut-être un moyen de partir ailleurs pour se construire autrement.

Jacqueline Kelly nous offre ici un instantané de la société américaine dans un XIXème siècle finissant, à l’aube d’un XXème qui offre tous les espoirs. On rentre chez les Tate sur la pointe des pieds à la suite de Calpurnia, et on découvre :  les premiers émois amoureux de ses frères ; les gaffes d’une petite sœur curieuse et aimante ; une société figée sur ses principes et les conventions mais qui sent qu’elle se transforme peu à peu  ; mais une société dans laquelle le doute s’insinue avec les progrès techniques (le premier téléphone de la région, quel émoi ! ) les livres de Darwin, les sociétés de géographie de naturalistes à la recherche de nouvelles espèces ; les ballades au bord de cette rivière toute simple entre une petite fille et son grand-père. Au fil du temps, des pages on s’attache totalement à Calpurnia et on vibre avec elle de ses espoirs, ses déceptions, on rit et pleure avec elle. Ce roman est éblouissant et magique. Si vous ne deviez en lire qu’un cet été : permettez nous de vous conseiller celui-ci.

 

Enorme coup de cœur pour un roman totalement maîtrisé qui donne l’espoir d’une société meilleure, éduquée et intelligente toujours plus forte que la bêtise et la bassesse.

 

Jean-Luc

 

Calpurnia
Jacqueline Kelly
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) : Diane Ménard
Editions l’école des loisirs, Médium, 19 mars 2013, 19 €

 

 

 

9782211205337.jpeg 9782211205337.jpeg 9782211205337.jpeg 

 

Pour Amandine 

IMG_0284.JPG

 

Publié dans #Ados, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journée internationale des droits des femmes 8 mars 2017 : Elyssa de Carthage

 

COV_Elyssa.jpg

 

Coup de coeur pour un grand roman ! 

Eric Senabre  est de retour en cette fin février avec un nouveau roman. Eric  nous l’avons tous découvert avec la trilogie Sublutetia qui mêlait subtilement mondes imaginaires et histoires, références et inventions. C’est peu de dire qu’il était attendu avec son nouveau roman. Pour se démarquer de ce qui a été écrit avant, il nous entraine dans un tout autre monde, celui de l’Antiquité.  Plongez avec délice dans la Rome antique du IIIème siècle avant notre ère et immiscez vous dans la haine mortelle entre Rome et Carthage.

Ganymède l’ancien esclave, devenu affranchi, conseiller de son ancien maître Marcellus qui lui même épousera la jeune Elyssa son ancienne esclave carthaginoise devenue une belle jeune femme, sera le narrateur de l’histoire. Ces trois la auraient pu couler des jours heureux à l’abri de la fortune du riche patricien si des forces obscures et puissantes n’en avaient décidé autrement, utilisant d’abord Marcellus, puis Elyssa et Ganymède dans la lutte et la haine d’un certain Caton l’Ancien contre la rivale Carthage et son obsession à la détruire.

C’est ainsi que va s’enflammer devant vos yeux un roman à la fois d’aventure, de rivalités, d’espionnage, de recherche d’identité aussi. Au fil des pages tremblez pour le destin et l’avenir des héros, émerveillez vous avec eux en découvrant Carthage l’orgueilleuse, partez à la recherche des mystères, laissez vous emporter avec le cœur d’Elyssa et stoppez les battements du votre le temps d’une rencontre dans les bas quartier de Carthage, hurlez de souffrance avec Ganymède face aux épreuves…

Dès les premières pages, le ton est donné, l’auteur ne nous lâchera pas et lance ses héros dans un roman palpitant, fonçant à cent à l’heure des navires quittant Rome pour affronter les pirates, découvrir les secrets des Carthaginois, s’enivrer de la vie si douce et capiteuse des fêtes de la ville entre Orient et Occident, penser avoir découvert et revenir en arrière pour toucher au but et croire que tout est perdu.

 Eric Senabre  confirme tout le bien qu’on pensait de lui et de ses talents d’écrivain dans  ses premiers romans. Avec Elyssa de Carthage,  il sait se renouveler et nous faire frémir de plaisir. A dévorer en urgence et sans délais pour un roman qui laisse ce petit gout amer au final parce qu’il est terminé et auquel on pense encore longtemps après la dernière page tournée, des images pleins la tête ! Magnifique ! Valete Monsieur Senabre.

 

Jean-Luc  

 

COV_Elyssa.jpg

 

Elyssa de Carthage
Eric Senabre
Illustration de couverture : Raphael Gauthey
Editions Didier Jeunesse, 25 février 2015, 14,2 €

 

Pour Amandine 

 

IMG_0284.JPG

Publié dans #Ados, #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journée internationale des droits des femmes 2017 : Pas assez pour faire une femme

Un roman sensible et fort sur la passage à l'âge adulte ! 

 IMG_4528.jpg 

 

Peu de chose à vous dire sur cette histoire qui en fait ne se raconte pas vraiment, si ce n'est le plaisir de sa lecture. Un choc de générations à la fin des années 1960, la découverte de la liberté, du corps, de la possibilité de séduire, d’exister en dehors du carcan familial, de réfléchir, d’être indépendant, de se révolter pour être soi.  Jeanne Benameur nous offre ici un texte à l’écriture sensible et douce qui pourtant nous entraine avec la force d’un fleuve vers l’ailleurs où son héroïne devra se trouver pour devenir totalement femme, adulte. Un très beau roman sensible et fort à recommander.

 

Joseph

 

 
9782364743090FS.gif

 

Pas assez pour faire une femme
Jeanne Benameur
Editions Thierry Magnier, 21 août 2013, 12,8 €

 

IMG_4528.jpg

 

Et parce qu'elle part samedi soir : pour Amandine ... 

 

IMG_0284.JPG

Publié dans #Ados, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook