Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 octobre 2020

La ville sans vent, tome 1 : romans de vacances

Un premier tome addictif ! Un excellent titre pour bien commencer les vacances ! 
❤️❤️❤️❤️❤️

 

logo_17740.jpg

Une jeune fille perdue dans le brouillard d’un glacier qui sent, entend plus exactement venir vers elle, une étrange créature. Un serpent des glaces, qui en ferait bien son quatre heure, mais qui a aussi la particularité de connaître le passé, le présent et le futur. Elle s’appelle Arka et la petite, le serpent va l’apprendre à ses dépends est coriace. Une ville étonnante, protégée par un dôme, toute puissante en apparence, avec sept niveaux de vie entre lesquels circulent des tortues taxis : Hyperborée. Plus on monte bien évidemment plus l’air y est pur, plus on a de chances de rencontrer des mages plus ou moins puissants, plus ou moins dangereux. C’est l’un d’entre eux le jeun et brillant Lastyanax qui va nous guider dans ce monde en faisant échos à Arka qui bientôt le rejoindra. Dix-neuf ans, brillant, originaire d’un niveau inférieur et pourtant le voici bombardé ministre, dix jours après la mort de son mentor et de son accession au grade de mage avec une note jamais atteinte jusque là. 

Mais quand on vient d’un autre milieu et qu’on doit affronter les monstres du Basileus et l’empereur lui même, rien n’est vraiment simple. D’autant qu’il va se voir affublé d’une apprentie pas bien douée, remuante et dérangeante, la jeune Arka qui a réussi à rejoindre Hyperborée…

Les deux héros se font écho de pages en pages principalement en cédant parfois la place à d’autres personnages. Leur destin et leurs aventures nous font découvrir un monde fou, étonnant, dangereux où les complots et le danger rôdent à chaque canal franchi ou presque, dans lequel les femmes n’accèdent pas au pouvoir et où parfois la vie est un combat  de chaque instant. Un monde attachant avec des héros étonnants, des seconds rôles qui donnent encore plus de reps au récit et Eléonore Devillepoix nous embarque dans un univers foisonnante et étonnant. Ce roman est excellent ! Prenant dès les premières pages, il entraîne le lecteur dans un univers fou, avec une écriture à la fois légère et accrocheuse qui font qu’on a qu’une envie : lire sans s’arrêter jusqu’au bout. Une jolie réussite. 

 

Jean-Luc

 

logo_17740.jpg

 

 

 

 

La ville sans vent,  tome 1

Eléonore Devillepoix

Illustration de couverture : Guillaume Morellec

Editions Hachette, 3 juin 2020, 18 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A suivre : 

 

ville2.jpg

Coraline

Coup de coeur pour une version illustrée d'un roman indémodable ! A offrir pour le faire découvrir à la nouvelle génération ! Indispensable !  ❤️❤️❤️❤️

71VGrFzGOJL.jpg

 

Le roman de  Neil Gaiman est  de retour en version illustrée. C’est Aurélie Neyret  qui donne vie à une Coralie plus jeune fille que jamais avec des décors étranges, une plongée dans l’atmosphère du roman très réussie, qui nous ouvre vers de nouveaux horizons. L’occasion d’offrir un très beau roman illustré avec les couleurs, les émotions de l’illustratrice qui donne vie à nos peurs et les illusions nées de la lecture et bien évidemment de faire découvrir à une nouvelle génération de lecteurs : un roman absolument fantastique. 

Chronique du roman : « Coraline vient d'emménager dans une étrange maison et comme ses parents n'ont pas le temps de s'occuper d'elle, elle décide de jouer les exploratrices. Ouvrant une porte condamnée, elle pénètre dans un appartement identique au sien. Identique, et pourtant ... ».

 

Difficile de résumer davantage ce petit livre de quelques 150 pages sans en déflorer les mystères et réduire le plaisir de sa lecture à néant.

Sachez cependant que vous n'aurez qu'une envie : le terminer, pour savoir et pour (peut être) calmer l'angoisse, l'inquiétude qui monte au fil des pages. Du grand art pour un roman fantastique dont vous oublierez certains détails au fil du temps mais pas la chair de poule qui vous aura saisi au détour d'un chapitre ni  l'inquiétude au grincement d'un porte ou d'une lame de parquet dans votre appartement.

Une sensation durable. Un grand roman, véritable petit bijou, Coraline est indispensable à chaque lecteur feru de fantastique et à toute bonne bibliothèque.

On retrouve à la fin de l’ouvrage les mots de l’auteur sur ce roman et sa création et ceux de l’illustratrice : génial ! 

 

 

Jean-Luc 

 

 

 

 

71VGrFzGOJL.jpg

 

 

 

 

 

Coraline 

Neil Gaiman
Traduit de l'anglais (américain) par Hélène Colon

Illustré par Aurélie Neyret

Editions Albin Michel jeunesse, 30 septembre 2020, 19,9 €

Nouvelle Sparte : romans de vacances

Il est de retour depuis quelques jours dans la collection Pôle Fiction. A vous de choisir entre le grand format et le poche. L'histoire elle est toujours aussi réussie : un grand roman du grand Erik L'Homme

 

Un énorme coup de coeur ! Un roman exceptionnel ! Formidable ! 

 

J02534.jpg

 

Un monde d’avant, balayé il y a plus de deux siècles, ce qui reste de l’humanité s’est resserré sur l’Occidie, la Fédération et le Darislam principalement.

La Fédération c’est Nouvelle-Sparte : un lieu étrange entre modernité absolue (des prodiges de technologies à faire pâlir de jalousie le plus geek d’entre nous !) et le retour des grands dieux olympiens et de leur temple. Un monde entre la science fiction et la sagesse des anciens et une éducation très particulière, sévère, poussée, exigeante, un mélange de Sparte et d’Athènes.

C’est par ce monde en communion étroite avec la nature que nous faisons connaissance de Valère, Alexia, Dryss et Skelios.

Au moment où nous les découvrons ils sont en pleine mutation au moment où ils passent par un rite initiatique particulier dans le monde des adultes (filles et garçons à égalité). Nouvelle-Sparte un monde presque parfait, envié de ses dangereux voisins ? Et pourtant l’ambiance se dégrade avec une série d’attentats qui viennent endeuiller la communauté. Valère fils d’un fédéré et d’une occidienne ayant décidé de fuir son monde par amour notamment il y a bien longtemps va devenir le centre d’intérêt de la communauté. C’est à lui que les plus hauts dirigeant ont décidé de confier une mission d’espionnage de la plus haute importance en Occidie, envoyé dans sa famille maternelle chez son oncle Carl !

Pourtant rien ne se passera comme prévu et l’auteur va mettre nos nerfs à rude épreuve jusqu’au final.

Un roman d’Erik L’Homme est toujours un événement. Bien évidemment repéré et mis en avant au moment des fêtes, il est temps de vous donner notre avis. Plus mature, plus complexe et destiné à son public qui grandit, ce nouvel opus nous montre combien la palette de l’auteur est grande et talentueuse. Son jeu avec la langue qui est en partie bouleversée dans ses règles classiques de fonctionnement nous plonge de fait dans son univers, nous faisant perdre une partie de nos chaines et de nos habitudes, nous permettant de savourer pleinement et de nous immerger totalement dans ce nouvel univers.

Le travail sur la pensée, le passage à l’âge adulte, la sagesse, l’importance des livres, de la culture est un fil rouge vivace qui ravira les lecteurs quelque soit leur âge.

Tout fonctionne dans ce roman puissant, nerveux et profond à la fois. Les mondes nouveaux, les personnages absolument fantastiques, les lieux, les situations… un magnifique roman qui tout en nous permettant de nous évader nous fait réfléchir en renvoyant en écho sur le climat, la démocratie, la corruption du pouvoir, l’argent… notre monde qui semble parfois perdre ses repères.

Totalement bluffant ce superbe roman, intelligent et écrit avec une maestria peu commune est à mettre entre toutes les mains et tous les esprits curieux. Magnifique !

 

Jean-Luc

 

 

J00683.jpg

 

Nouvelle-Sparte

Erik L'Homme

Illustrateur de couverture : Antonin Faure

Editions Gallimard Jeunesse, 2 novembre 2017, 13,5 €

pôle fiction, 1/ 10 / 2020, 6,90 €

La Passe-miroir : romans de vacances

Un coffret exceptionnel pour les fans absolus de la série sur lequel nous attirons votre attention, puisque plus un cadeau pour les fêtes de fin d'année, mais qui sait,
certains petits gâtés auront le privilège de l'avoir avant ! 

Le travail sur les couvertures et le livret spécial en valent la peine.
Et la série de romans est géniale 

 

J02953.jpg

 

Au-delà de cette parution exceptionnelle, vous pouvez retrouver les romans en grand format et aussi en poche chez le même éditeur. Ne pas se priver d'une réelle très bonne série.

 

 

La Passe-miroir : quatre tomes 
+ livret spécial
Christel Dabos
Editions Gallimard Jeunesse, 15 octobre 2020, 80 €

18 octobre 2020

Nouveautés Didier Jeunesse

Avez vous vu que de nouvelles merveilles étaient sorties chez Didier Jeunesse ! ❤️❤️❤️❤️ nous oui ! et on compte bien vous en reparler très vite ! 

trois stars au moins en action 

 

 Pierre Delye ❤️❤️❤️❤️❤️ Ronan Badel 

 

9782278097791-001-T.jpg

 

 

Delphine Jacquot ❤️❤️❤️ Emmanuel Tredez 

9782278097777-001-T.jpg

 

Nathalie Somers ❤️❤️❤️❤️

9782278098408-001-T.jpg

 

 

12 octobre 2020

Lecture de vacances de la Toussaint : Les Aventures involontaires des Soeurs Mouais – Hissez haut !

Pour fêter leurs cinq ans, les éditions Little Urban lancent une série de romans pour les 9 12. ans et c'est particulièrement réussi ! Voici le premier tome d'une trilogie prometteuse, drôle et bien menée ! ❤️❤️❤️❤️ et bientôt d'autres univers et d'autres aventures. 

 

51AfMyBgAaL.jpg

 

Deux jumelles dont les parents sont partis un jour en voyage et qui ne sont jamais revenus. Les ont-ils abandonnés ? Les filles se sont organisées se nourrissant de sandwich au fromage payés par les chaussettes qu’elles raccommodent pour le voisinage. Une petite vie bien tranquille pour Aubépine qui s’habille en gris et Clémentine en marron.

Et puis un jour, se produisit quelque chose qui ne s’était jamais produit, on frappa à leur porte. Stupeur, que faire ? Jamais elles n’avaient ouvert à qui que se soit , toute leur petite vie s’était repliée sur la maison, comme figée dans l’attente, au point qu’elles n’avaient jamais relevé le courrier non plus. Les filles pèsent le pour et le contre et décident contre toute attente et surtout contre toute prudence d’ouvrir. Elles se retrouvent face à une femme pirate qui très vite va les piéger et les enlever. Commencent alors des aventures sur le bateau de cet équipage de pirates très particulier puisqu’il est constitué uniquement de femmes.

A bord, elles vont être traitées à la dure, sans être maltraitées, se jouer des pirates en modifiant progressivement la direction du bateau, obtenir des nouvelles de leurs parents, se faire même une ou deux amies en utilisant les tensions entre les femmes du bord. Car les deux jumelles sont pleines de ressources et si dans leurs poches se cache un livre et quelques objets en apparence désuets, ils seront bien utiles comme par exemple fabriquer une boussole de fortune.

Ce premier tome annoncé d’une trilogie est un petit bonheur de lecture. C’est. frais, avec un humour très particulier,  les héroïnes attachantes dès les premières pages, les personnages secondaires absolument irrésistibles et l’autrice construit tout un univers aventureux et étonnant qui plaira aux lecteurs notamment à la tranche d’âge à laquelle ils sont destinés, entre 9 et 12 ans et bien plus encore. On aime l’histoire ; le fait qu’elle soit au féminin avec des héroïnes qui ne servent pas de faire valoir aux hommes pour une fois ;  les protagonistes et leurs  aventures, ; on aime le format et sa couverture cartonnée et illustrée avec bonheur ;  on aime la typographie, la construction du texte et sa mise en page. Une vraie réussite pour l’un des premiers romans de cette nouvelle collection créée à l’occasion des cinq ans de la maison d’édition Little-Urban. Un pari réussi et on attend avec impatience la suite des aventures des Soeurs Mouais.

 

 

Jean-Luc

 

51AfMyBgAaL.jpg

 

Les Aventures involontaires des  Soeurs Mouais – Hissez haut !

Kara Lareau

Illustré par : Jen Hill

Traduit de l’anglais (américain) : Rosalind Elland-Goldsmith

Editions Lillte-Urban, 3 juillet 2020, 12, 9 €

Lecture de vacances de la Toussaint : Mytho story

Retrouvez le mythe d'Ariane et du Minotaure. Mais dans notre monde !
Un roman dynamique et étonnant, parfait  pour de futures vacances  ! ❤️❤️❤️

 

61+98w0vBEL.jpg

Emily Roberson offre à la nouvelle génération une plongée en mythologie avec la revisite du mythe du Minotaure. Après avoir été vaincue Athènes doit envoyer tous les ans des jeunes gens pour affronter le monstre dans le labyrinthe. Or depuis si longtemps le résultat est le même. Malgré la bravoure et / ou l’inconscience des candidats, la fin est écrite : s’ils ne meurent pas dans les pièges de Dédale, l’architecte concepteur du labyrinthe, c’est le Minoraure qui s’en charge. C’est par les yeux et la bouche d’Ariane l’une des filles du roi de Crète que nous allons relire l’histoire. Car l’autrice a eu la bonne idée de remettre tous les protagonistes dans notre monde contemporain. Les filles de Minos et leur mère font la une des réseaux sociaux et des télé-réalités rappelant des familles de starlettes américaines célèbres. Seule Ariane semble échapper à cette folie, protégée par son père. Pourtant elle est quand même celle qui escorte ceux qui vont affronter son frère Astérion, le Minotaure avec qui elle a une relation très particulière. On redécouvre donc au fil de cette aventure, qui utilise notre monde et s’inspire aussi des Hunger Games,  l’histoire d’Ariane, sa rencontre avec Thésée… Mais l’autrice y a également mis sa patte en renforçant coups bas et trahisons. Les dieux semblent bien lointains dans le roman, parfois évoqués. L’essentiel se concentre sur cette dernière confrontation entre les jeunes Athéniens qui à la surprise générale, dans le roman, vont être représentés par le prince d’Athènes Thésée et sur la relation qu’il va tisser avec Ariane.

Trahison, espionnage permanent (le palais de Minos est truffé de caméras…), souffrance liées à cette histoire hallucinante, violence renforcée par les réseaux et la nécessité,  la volonté de toujours faire plus de buzz, Icare et Dédale devenus producteurs et spécialistes des médias…

En plongeant cette histoire millénaire dans notre société contemporaine, l’autrice en fait un mythe très actuel et très crédible. C’est un réussite à découvrir avec grand plaisir.

 

Jean-Luc

 

 

61+98w0vBEL.jpg

 

 

 

Mytho story

Emily Roberson

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) : Antoine Pinchot

Editions PKJ, 20 août 2020, 17,9 €

Lecture de vacances de la Toussaint : Phalaina

A découvrir ou redécouvrir le temps des vacances bientôt ...
Très gros coup de coeur pour un roman différent, subtile et étonnant
❤️❤️❤️❤️❤️❤️

 

Phalaina.jpg

Les premières pages vont vous happer et vous donner envie de tout lâcher. Qui est cette petite « fille », que se passe-t-il ? Et très vite l’histoire passe un coup d’accélération. Dans ce roman écologique et animalier, l’autrice nous plonge dans un Londres de. La fin du XIXème siècle, affolé encore des meurtres de Jack l’éventreur, monde où la science et la raison le disputent à la religion, aux croyances et aux superstitions.

La petite fille va resurgir un jour, recueillie par un brave homme, et confiée suite à de nouvelles mésaventures (porterait-elle malheur) à un convent qui recueille des jeunes filles abandonnées. Car cette enfant est particulière vous l’aurez compris et trop de monde la cherche. Qui sont ces gens ? Que veulent-ils ?

Construit en plusieurs livres qui rythment le roman, l’histoire se densifie progressivement, alterne avec les courriers du professeur Humphrey, envoyée à son ami Charles (Darwin) qui peu à peu nous dévoile la vraie nature de l’enfant et ses origines.

Mâtiné de fantastique, construit sur des chapitres courts, peuplé de personnages secondaires minutieusement construits, on plonge dans un monde oublié et fantasmé à la fois que l’autrice anime progressivement, remettant en place les pièces du puzzle.

Passionnant et étonnant, ce roman est des très bonnes surprises de la rentrée. A découvrir et savourer sans modération aucune.

 

Jean-Luc

Phalaina.jpg

 

 

 

 

Phalaina

Alice Brière-Haquet

Illustration de couverture : Patrick Connan

Editions du Rouergue jeunesse, collection épik, 26 août 2020, 15€

Lecture de vacances de la Toussaint : Les yeux du dragon

Pour les vacances, la semaine prochaine ... un classique du genre ! Superbe ! 

 

❤️❤️❤️❤️❤️ Le roman qu'il faut avoir lu ! 
A lire absolument 

 

2020.jpg

 

Le roi Roland avait déjà la cinquantaine quand sa mère mourut. Flagg son conseiller l’incita à se marier, parce qu’un roi âgé sans héritier rend ses sujets nerveux et méfiants. La reine Sasha lui donna deux fils et mourut à la naissance du second.

Peter et Thomas étaient désormais les deux princes de ce Roi et de son étrange royaume.

Au fil des pages Stephen King vous prend à partie, vous lecteur. Il revient sans cesse, comme dans ces vieux contes pour enfants, lancinant sur les faits, sur ce qui est arrivé et doit se produire. Les personnages sont mis en avant les uns après les autres, permettant de découvrir leur personnalité, leur histoire et tout ce qu’ils vont faire ou non avec autant de conséquences pour la suite. Il termine sa tournée des personnages par le mystérieux Flagg et là peu à peu l’ambiance se transforme, les rouages du destin sont en marche. Mais vous serez déjà depuis longtemps pris au piège de ces pages, de ce ton, de cette histoire qui dévoile ses secrets au fur et à mesure. Tout est passionnant, la façon de raconter l’histoire, cette dernière et ses rebondissements, les personnages secondaires, les alliances et jusqu’au bout on tremble en se disant que Flagg pourrait parvenir à ses fins. Mais pour le savoir, il va falloir vous précipiter sur ce formidable roman dans lequel on rentre intrigué tout d’abord, pensez donc Stephen King ! Et puis très vite on sait qu’on ne le lâchera plus. Un petit mot sur les illustrations de Nicolas Duffaut sombres, parfaites pour l’histoire, faites de formes étranges, parfois d’ombres jouant entre le blanc, le gris et le noir de suie qui suinte des pages par moment et puis en fil rouge cette épine qui revient à chaque début de chapitre.

Oscillant entre conte de fée traditionnel : « il était une fois un roi qui vivait dans le royaume de Delain, avec ses deux enfants » ; puis plongeant peu à peu en histoire de fantasy médiévale à l’ambiance inquiétante, mêlant magie et réalité comme dans les meilleures saga ce roman est passionnant et bluffant avec un suspens savamment distillé . Impossible à lâcher, vous allez adorer plonger dans Les yeux du dragon.

 

Jean-Luc 

 

2020.jpg

 

 

Les yeux du dragon
Stephen King
Traduit de l’anglais : Evelyne Châtelain
Illustrations : Nicolas Duffaut
Editions Flammarion, 10 juin 2020, 14 €

 

Lectures de vacances de la Toussaint : L’étrange sort de Tig & Corps

Un petit tour sur la lande ? surveillez vos arrières 

 

Et si vous partiez à la rencontre d'un héros insupportable et de leprechauns ? 

71TQWwF-LuL.jpg

 

Tig O’Cathain est un jeune irlandais, riche héritier, qui brûle sa jeunesse à courir les bars et boire  quand il ne séduit pas les jeunes femmes de la région. Un soir il séduit la belle Moira Collins qui au matin se retrouve abandonnée. L’autre caractéristique de ce fêtard invétéré c’est aussi de tricher aux cartes et de provoquer bagarres sur bagarres au point d’être un jour convoqué par son redoutable père. Là, une surprise l’attend…

Il va avoir la nuit pour réfléchir et reprendre son destin en main. Dans un premier temps, fort contrarié par la tournure des évènements, il pense laisser faire mais une drôle de rencontre l’attend quelque part dans la lande. Auriez vous oublié que le petit peuple des légendes peut être farceur, vengeur et dangereux ? Il va se le rappeler à ses dépends en croisant la route (est-ce vraiment un hasard ? ) d’une troupe de leprechauns qui tentaient de se débarrasser d’un cadavre qu’il vont confier à Tig avec une mission précise : il doit être enterré dignement s’il ne veut pas mourrir avant le lever du soleil.

L’aventure accélère alors, véritable course contre la montre. Mais qu’à donc pu bien faire le cadavre dont il doit se débarrasser pour provoquer ainsi la colère des vivants et des morts ? Leurs aventures sont drôles, feront frémir au détour d’un page et apporteront au final un très bon moment de lecture pour un roman bien écrit, rythmé agréable et frais. A signaler les illustrations qui donnent un atmosphère très particulière et réussie à l’ensemble. A découvrir sans hésiter pour tous les amateurs de légendes.

 

Jean-Luc

 

71TQWwF-LuL.jpg

 

 

L’étrange sort de Tig & Corps

Jérémy Behm

Illustrations : Raphaël Beuchot

Editions Casterman jeunesse, 19 août 2020,  10,9 €

11 octobre 2020

Des nouveautés chez Albin Michel jeunesse

Des cadeaux, des albums, des romans, du plaisir en page .... faites vos jeux, les sélections de fin d'année ont commencé ! A votre avis ? 

 

71VGrFzGOJL.jpg

 

9782226443533-j.jpg

 

9782226449290-j.jpg

 

9782226450173-j.jpg

 

9782226450623-j.jpg

 

9782226451217-j.jpg

 

9782226451538-j.jpg

 

9782226452337-j.jpg

25 septembre 2020

Concours d'écriture

ac4847ac-00ca-4cb8-b291-5cb209707542.jpg

 

Courage, quatrième tome des aventures du Royaume de Pierre d’Angle
sortira en librairie le 27 janvier 2021.

Pour célébrer la sortie de ce dernier opus et prolonger le voyage, les éditions du Rouergue lancent un grand concours d’écriture.
Le principe ? Proposer une nouvelle inspirée de l’univers du Royaume de Pierre d’Angle.
L’autrice, Pascale Quiviger, l’éditeur des romans jeunesse et l’équipe du Rouergue sélectionneront le texte gagnant.

À la clef, le dernier tome du Royaume de Pierre d'Angle dédicacé par l'autrice
+ un an de livres épik à gagner
+ la publication en ligne de la nouvelle
+ un déjeuner avec l’autrice et son éditeur Olivier Pillé.
 

Alors laissez libre cours à votre imagination et soumettez votre texte avant le 30 novembre 2020.
 
    •    Longueur du texte : 15 000 signes maximum (espaces compris)
soit, approximativement, 5 pages (format A4 Times corps 12)
 •    Participation réservée aux résidents en France métropolitaine

Pour participer et envoyer votre texte, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.
Vous pouvez aussi envoyer directement votre texte par mail sur concours@lerouergue.com

ou, le cas échéant, par courrier (en précisant bien vos nom et adresse) à :
Éditions du Rouergue - Concours Pierre d’Angle
47, rue du Dr Fanton - 13200 Arles

 

 

6ab37922-411a-493a-85ce-39b9be124fa9.jpg

c0687cce-caba-402d-a9de-fea677badec8.jpg


 

réglement du jeu concours

 
 

Publié dans #Ados, #SF et Fantastique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

31 août 2020

Phalaina

Très gros coup de coeur pour un roman différent, subtile et étonnant
❤️❤️❤️❤️❤️❤️

 

Phalaina.jpg

Les premières pages vont vous happer et vous donner envie de tout lâcher. Qui est cette petite « fille », que se passe-t-il ? Et très vite l’histoire passe un coup d’accélération. Dans ce roman écologique et animalier, l’autrice nous plonge dans un Londres de. La fin du XIXème siècle, affolé encore des meurtres de Jack l’éventreur, monde où la science et la raison le disputent à la religion, aux croyances et aux superstitions. 

La petite fille va resurgir un jour, recueillie par un brave homme, et confiée suite à de nouvelles mésaventures (porterait-elle malheur) à un convent qui recueille des jeunes filles abandonnées. Car cette enfant est particulière vous l’aurez compris et trop de monde la cherche. Qui sont ces gens ? Que veulent-ils ? 

Construit en plusieurs livres qui rythment le roman, l’histoire se densifie progressivement, alterne avec les courriers du professeur Humphrey, envoyée à son ami Charles (Darwin) qui peu à peu nous dévoile la vraie nature de l’enfant et ses origines. 

Mâtiné de fantastique, construit sur des chapitres courts, peuplé de personnages secondaires minutieusement construits, on plonge dans un monde oublié et fantasmé à la fois que l’autrice anime progressivement, remettant en place les pièces du puzzle. 

Passionnant et étonnant, ce roman est des très bonnes surprises de la rentrée. A découvrir et savourer sans modération aucune. 

 

Jean-Luc

Phalaina.jpg

 

 

 

 

Phalaina 

Alice Brière-Haquet

Illustration de couverture : Patrick Connan

Editions du Rouergue jeunesse, collection épik, 26 août 2020, 15€

Comment j’ai tué mon ange gardien

Et vous, avez vous vraiment conscience qu'un ange gardien veille sur vous ? 

9782081511828_CommentJaiTueMonAngeGardien_Couv_HD.jpg

La vie d’Antoine est un désastre, lui semble-t-il, sa copine vient de le larguer et lui qui n’a rien vu venir, n’a pas bien compris comment il était possible qu’un homme se retrouve dans son appartement en face de lui alors que quelques minutes avant, il était seul avec son smartphone et ses réseaux. Parce que comme si une catastrophe n’arrivait jamais seule, l’homme n’est pas n’importe qui : c’est son ange gardien. Merveilleux me direz vous ? Oui, ils existent, on en a tous un, mais ils ne se matérialisent que dans certaines circonstances particulières et notamment quand il y a un danger. Voilà pour le cadre général. 

A partir de là, Antoine, va devoir vivre avec Charles à ses côtés et lui apprendre à gérer sa nouvelle forme humaine, ce qui donne des moments de décalage et de dérision très réussis. Ce roman est agréable à lire, il plaira et parlera très clairement à la génération habituée à surfer sur différents réseaux et dont le portable vibre de multiples notifications qui sont une partie des dialogues du roman. 

Il se complexifie peu à peu en se mâtinant de fantastique avec les anges gardiens, les parasites qui semblent vouloir tous les détruire… le tout relié aux vies des protagonistes et à leurs amours notamment, mais aussi à leur famille. Une pincée de fantastique, une bonne dose d’humour caustique, des vies qui semblent foncer dans le mur, la valse des sentiments, l’importance des souvenirs, des racines. Peut-être un peu confus au départ, l’auteur réussit cependant à rectifier le tir et à construire un récit qui prend en rythme et en épaisseur comme ses personnages, Antoine, ses amis, sa famille… On se prend au jeu et on vibre et tremble avec la montée du danger et les décisions ultimes qui devront être prises. Alors Antoine a-t-il tué son ange gardien ? A vous de le découvrir dans ce roman agréable et léger pour bien commencer en cette rentrée. 

 

Jean-Luc

 

9782081511828_CommentJaiTueMonAngeGardien_Couv_HD.jpg

 

 

 

Comment j’ai tué mon ange  gardien

Thomas Hercouët

Editions Flammarion, 26 août 2020, 14,5 €

Les yeux du dragon

❤️❤️❤️❤️❤️ Le roman qu'il faut avoir lu ! Il est ressorti en juin, dans le trouble du déconfinement !
A lire absolument 
Très belle rentrée et bon courage à tous 

 

2020.jpg

Le roi Roland avait déjà la cinquantaine quand sa mère mourut. Flagg son conseiller l’incita à se marier, parce qu’un roi âgé sans héritier rend ses sujets nerveux et méfiants. La reine Sasha lui donna deux fils et mourut à la naissance du second.

Peter et Thomas étaient désormais les deux princes de ce Roi et de son étrange royaume.

Au fil des pages Stephen King vous prend à partie, vous lecteur. Il revient sans cesse, comme dans ces vieux contes pour enfants, lancinant sur les faits, sur ce qui est arrivé et doit se produire. Les personnages sont mis en avant les uns après les autres, permettant de découvrir leur personnalité, leur histoire et tout ce qu’ils vont faire ou non avec autant de conséquences pour la suite. Il termine sa tournée des personnages par le mystérieux Flagg et là peu à peu l’ambiance se transforme, les rouages du destin sont en marche. Mais vous serez déjà depuis longtemps pris au piège de ces pages, de ce ton, de cette histoire qui dévoile ses secrets au fur et à mesure. Tout est passionnant, la façon de raconter l’histoire, cette dernière et ses rebondissements, les personnages secondaires, les alliances et jusqu’au bout on tremble en se disant que Flagg pourrait parvenir à ses fins. Mais pour le savoir, il va falloir vous précipiter sur ce formidable roman dans lequel on rentre intrigué tout d’abord, pensez donc Stephen King ! Et puis très vite on sait qu’on ne le lâchera plus. Un petit mot sur les illustrations de Nicolas Duffaut sombres, parfaites pour l’histoire, faites de formes étranges, parfois d’ombres jouant entre le blanc, le gris et le noir de suie qui suinte des pages par moment et puis en fil rouge cette épine qui revient à chaque début de chapitre.

Oscillant entre conte de fée traditionnel : « il était une fois un roi qui vivait dans le royaume de Delain, avec ses deux enfants » ; puis plongeant peu à peu en histoire de fantasy médiévale à l’ambiance inquiétante, mêlant magie et réalité comme dans les meilleures saga ce roman est passionnant et bluffant avec un suspens savamment distillé . Impossible à lâcher, vous allez adorer plonger dans Les yeux du dragon.

 

Jean-Luc 

 

2020.jpg

 

 

 

 

Les yeux du dragon
Stephen King
Traduit de l’anglais : Evelyne Châtelain
Illustrations : Nicolas Duffaut
Editions Flammarion, 10 juin 2020, 14 €

 

L'auberge entre les mondes tome 1 et 2

Deux romans coup de coeur d'une série dont on aimerait bien qu'il y ait une suite un jour !

❤️❤️❤️❤️

D'un. clic sur chaque visuel retrouvez nos chroniques : du bonheur en page ! 

 

L'auberge entre les mondes T1.jpg

 

9782081415317_LaubergeEntreLesMondes_T02_PerilEnCuisine_Couv_BD.jpg

24 août 2020

Monstr’hôtel, tome 2 : le secret du lac

Le tome 2 d'une série comme on les aime : addictive ! ❤️❤️❤️

MH2.jpg

Olivia et ses amis sont de retour pour un tome 2 trépidant. Après avoir dormi chez son ami Lucas et profité des nouvelles installations balnéaires du lac, elle a assisté à une drôle de scène, une femme a hurlé prétendant avoir vu un monstre dans le lac, peu après des hommes armés et mystérieux ont surgi. Olivia le sait bien elle que la femme a surement vu Gertrude le monstre du lac. 

De retour chez elle, dans un hôtel prêt à ouvrir et en pleine effervescence elle vérifie auprès de Zébulon son mirageur que tout va bien et fonce rejoindre ses amis de l’autre côté du monde. 

Elle va très vite pouvoir rencontrer Gertrude et une fois de plus se sera une rencontre merveilleuse. 

Gertrude en plus d’être une légende à elle toute seul, protège un tiers de la pierre d’Onophior convoitée par des forces inquiétantes qui dans ce tome vont tout faire pour s’en emparer. 

Vieux château médiéval, couloirs secrets, mirageurs de compétition, hommes dotés de pouvoir étranges, grange et parchemins mystérieux… la lutte fait rage ! Mais parfois on ne lutte pas à armes égales et quand la nuit s’achève peuplée de cauchemars pour de nombreux habitants du coin, quelque chose d’étrange se produit.

Un deuxième tome trépident, des mais en lutte, des secrets éventés, des décors étonnants, des surprises, de la magie. Toujours aussi bon, toujours aussi bien. A lire et relire, la suite arrive cette semaine. 

 

Jean-Luc 

 

 

MH1.jpg

 

tome 1 : d'un clic ! 

 

 

 

Monstr’hôtel, tome 2 : le secret du  lac. 

Carina Rozenfled

Illustrations : Xavier Colette

Editions Gulfstream, 4 juin 2020, 13,9 €