Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 août 2015

Nouveauté album, Pastel : un ours à l'école

Jean-Luc Englebert revient avec un album tout en douceur sur la rentrée !
Mais qu'attendez vous ? 

 

51NooaX35HL.jpg

Un ours à l’école : C'est le dernier jour de l'automne, un petit ours se promène dans la forêt. Au détour d'un chemin, il découvre un joli bonnet coloré. « Qu'est-ce que c'est », se demande-t-il. Puis il reprend son chemin en sautillant et sort de la forêt qu'il n'a jamais quittée. Dans la cour de l'école, les enfants jouent. « Tiens, dit le petit ours, des copains ! » La cloche sonne et une fillette prend l'ourson par la main pour entrer en classe.  A partir de 3 ans.  L’école des loisirs Pastel

Publié dans #Albums, #prévisions de sorties, -divers | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

19 août 2015

C'est encore l'été : Mes chansonnettes - 6 chansons à écouter

Pour les petits bouts, pour passer de grands moments de tendresse ! 

A65739.jpg

 

Un adorable petit cube qui propose six chansonnettes connues à écouter, avec des voix d’enfants absolument adorables. C’est doux, c’est tendre et les illustrations sont totalement craquantes. Un livre sonore doux et magique qui chante tout seul en appuyant sur les boutons noirs faciles d’accès dans les pages et surtout un interrupteur très pratique qui permet de couper le son si on le souhaite pour économiser les piles. Un joli cadeau à offrir à nos chères petites têtes blondes.

 

Joseph   

 

A65739.jpg

 

 

 

 

Mes chansonnettes - 6 chansons à écouter. édition 2014
Elsa Fouquier
Editions Gallimard Jeunesse, Mes petits imagiers sonores, 20 mai 2014, 10,10 €

 

 

 

12 août 2015

Alice au pays des Merveilles

Cet été avant une rentrée de toute beauté et un début d'automne absolument éblouissant redécouvrez les merveilles des éditions Gautier Languereau 

 

AliceD.jpg

 

 

L’histoire vous la connaissez ! Il s’agit ici du texte intégral. Pour le reste, connaissez vous vraiment Alice au  pays des Merveilles ? Bien évidemment, certains vont râler en disant que c’est encore un livre sur Alice…  oui et non, car cette fois-ci,  il est illustré par Rébecca Dautremer. Et cela change tout …

On entre doucement dans l’histoire par le texte bien évidemment : « Mange Moi »… et par l’image, les crayonnés, cette jeune fille mollement appuyée sur un canapé et d’un coup, l’ouverture sur une double page aux couleurs pâles sauf pour le personnage principal en pleine action, presque sorti de la page, un lapin pressé, en retard… et tout s’enclenche.

Rébecca Dautremer joue avec les images, les crayonnés alternent avec les couleurs, des pages sobres, simples qui donnent de la profondeur à la page, au dessin, si menu soit-il ; elle joue aussi avec le texte, les encarts de présentations, les arabesques qui s’enroulent autour du titre à chaque tête de chapitre, et qui prennent la forme d’une théière, d’une montre gousset… avec les encadrés enfermant des slogans familiers (« Mange-Moi ; bois-Moi »…) un texte qui s’effiloche au hasard d’une page pour se terminer par une lettre.

Cet album est d’abord un superbe objet grand format, bordé de couleur sombre. Sa première de couverture nous donne à voir un visage aux yeux perdus dans on ne sait quel monde imaginaire. Et puis viennent ensuite, le choix des illustrations, le choix d’un monde particulier qui au final rend merveilleusement hommage au texte de Lewis Carrol : on y retrouve la folie du texte, de certains épisodes, le fantastique de certaines situations, certaines pages laissent apparaître tout un bestiaire fantastique. La main de Rébecca Dautremer,  transforme notre imaginaire, notre vision d’Alice imprégnée des images et des couleurs de Disney pour leur rendre, leur donner une autre profondeur, une grâce différente.Une nouvelle version qui donne une furieuse envie de se plonger de nouveau dans la lecture de cette histoire. 

 

En un mot comme en cent cet album est une pure merveille d’illustrations, d’inventivité, de construction. Cet  Alice au pays des Merveilles devrait bien vite devenir et pour longtemps un classique et une référence du genre. Un magnifique cadeau pour les fêtes de fin d’année. Pour ma part, mon choix est fait : ce sera lui ! 

 

Jean-Luc

 

Alice au pays des merveilles ; Lewis Carroll , ; Illustrations : Rébecca Dautremer ; 
Editions Gautier Languereau, 24 novembre 2010, 28 €

Publié dans #Albums, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le journal secret du Petit Poucet

En grand ou petit format, cet été il faut leur faire découvrir cette merveille ! 

 

ppg.gif

 

ppp.jpg

 

 

Philippe Lechermeier, Poucet
Illustration :
 Rebecca Dautremer, Poucet
Hachette Livre, Gautier-Languereau
Novembre 2009, 20€

 

Le Petit Poucet, dont les épouvantables aventures nous sont parvenues grâce à la diligence de M.Charles Perrault, s'empare du crayon pour nous raconter son histoire. Sur la trame du conte de PerraultPhilippe Lechermeier donne libre cours à son imagination débridée et construit page après page, jour après jour, un univers à la fois sombre, inquiétant, cruel et drôle à force d'absurde et de dérision.

Poucet est donc drôle, bien évidemment débrouillard, mais aussi tendre (son amour pour MaricrotteY Marigoult est absolument délicieux).

La poésie du texte, les trouvailles langagières et les situations drolatiques inventées par Philippe Lechermeier sont un véritable régal. Chaque jour est accompagné du nom d'un « saint » et d'un « adage » (ex. : sainte Éosine / saint Ôle). La famine est devenue Grande Privation. À l'école, se côtoient enfants des manants, des sarrasins, des chevaliers... Crémence, la fille du seigneur, est favorisée et énonce doctement que « les manants, c'est comme les Sarrasins, il y en a beaucoup trop dans le royaume ». Maître Maquart, enseignant rendu fou par l'absence de nourriture, finit par tenter de dévorer ses élèves. Des élèves nourris le plus souvent à la soupe aux graviers, aux pavés, aux os... Popette, l'épouvantable marâtre, est résolument odieuse, le père de Poucet est pathétique à souhait, les six frères de Poucet - Barnabé, Balthazar, Bertrand, Boris la saucisse (mais qu'il est bête !), Basile et Blaise, les jumeaux - sont dotés de personnalités distinctes. Et s'ils nous rappellent irrésistiblement les frères Dalton, est-ce bien un hasard ? Mme Bringuenaude, l'aubergiste et épouse de l'ogre Barrabas Barbak (Il fallait oser !), tient l'Auberge Rouge (Tiens, cela me rappelle quelque chose !). Et la crise finira par une révolte populaire... Non, Sire une révolution ! On s'attaquera d'abord à ceux qui accaparent la nourriture, puis à ceux qui ont le pouvoir mais ne font rien pour améliorer la situation du peuple. Et on redistribuera... les surplus de nourriture.

Ce journal est pour finir un hymne à la débrouillardise et à l'enfance.

Comme souvent chez Gautier-Languereau et sous le crayon de Rebecca Dautremer qui retrouve ici son complice Philippe Lechermeier, l'illustration de ce livre est extrêmement soignée,  pleine de petites trouvailles et de clins d'œil comme les scotchs de réparation des dessins abimés ou vieillis, le mélange d'illustrations douces si « classiques » chez Rebecca Dautremer, de cartonnés, , mais aussi les collages et les dessins plus « bruts », d'apparence moins travaillée, plus « potaches », enfantins... ceux du Petit Poucet, très certainement ! Ce projet a été en effet l'occasion pour Rebecca Dautremer de laisser libre cours à l'extraordinaire diversité de sa créativité artistique en tant qu'illustratrice et graphiste. Les très fameuses bottes de sept lieues ont ainsi été une maquette « grandeur nature » avant d'être intégrées aux dessins (Allez jeter un coup d'œil à son site web.: www.rebeccadautremer.com). Difficile de trouver un « repos visuel » au sein de cet ouvrage, les illustrations reflétant nettement le caractère parfois sombre, parfois plus amusant, décalé ou tendre du propos. Chaque page tournée révèle une nouvelle surprise. Quant à la première de couverture, elle se passe de commentaire !

 

Ne vous y trompez pas : ce Petit Poucet n'est pas vraiment pour les tout-petits. Il faut déjà avoir acquis de bonnes bases de lecture et de compréhension du second degré, de l'ironie ou l'humour noir pour accéder pleinement aux textes. Les plus grands et les moins jeunes en revanche y trouveront leur bonheur et sauront savourer chaque page comme il se doit.

Un petit bijou !

Mathilde Piccoletti

Et parce que nous sommes fans : cliquez sur la suite

 

N'hésitez pas à aller voir sur le site de Rébecca Dautremer : http://www.rebeccadautremer.com/

 

 

 
P5.jpg
http://www.rebeccadautremer.com/
image5.jpg
http://www.rebeccadautremer.com/

 

Loups.jpg
http://www.rebeccadautremer.com/
 
P3.JPG
http://www.rebeccadautremer.com/
 
P4.JPG
http://www.rebeccadautremer.com/
 
P7.jpg
http://www.rebeccadautremer.com/
 
P8.jpg
http://www.rebeccadautremer.com/
 
P6.jpg
http://www.rebeccadautremer.com/

Publié dans #Albums, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le petit théâtre de Rébecca

A savourer le temps d'un été : 

 

Le petit théâtre de Rébecca ; Rébecca Dautremer ; 
Editions Gautier Languereau, 31 octobre 2012, 35 €

 

petittheatre.jpg

 

dautremerI.JPG

 

dautremerII.JPG

 

 

Sur la scène du petit théâtre imaginaire de Rébecca Dautremer, près de 100 personnages surgissent de page en page et prennent vie, grâce à la magie d'un spectaculaire jeu de découpes. Avec un livret « Bonus », véritable promenade commentée par Rébecca Dautremer sur les nombreux secrets de tous ses albums. Une petite merveille de talent, de dentelle et de poésie. Indispensable ! 

Publié dans #Albums, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Cirque Magique

Attention Mesdames et Messieurs : CIRQUE MAGIQUE

 

criquemagiqueRII.jpg

 

Coup de coeur pour un livre absolument merveilleux : à ne pas manquer ! clic...

 

 

Cirque magique - La malle aux étoiles Par Philippe Lechermeier Illustrations : Sacha Poliakova Editions Gautier Languereau, 19 octobre 2011, 19 €

 

 

D’abord, ouvrir l’album ! Quand le cirque arrive, avec une seule vieille roulotte, on est presque aussi déçu que la petite fille qui s’est mise à pleurer. Mais comme on s’est déplacé pour le spectacle on reste, on attend, on observe et puis la magie opère. Freddie Fresco déballe ses malles, ses boîtes grandes et petites et les voilà qui s’ouvrent une à une : et l’on se surprend dans la peau du Monsieur Loyal des cirques d’entant : que le spectacle commence ! D’abord un chapiteau magique qui se déploie, et nous entraine à la découverte de la fille aux papillons (féérique) ; Zora et Zina, le fakir, l’acrobate, la compagnie comme des bêtes (interdit aux plus petits !) … les pages se déplient, se déploient, nous emmènent dans des univers sombres, magiques lumineux, baroques, au point qu’on a envie de tout vous raconter, tout est tellement merveilleux, et on en veut toujours davantage.  Des pages à l’horizontale pour nous compter les tentatives de record de la grande, très grande, très très, très très très grande pyramide avec les Baraqués de Belleville, Moustique et ses acolytes, La compagnie des œufs cassés et enfin les Paléontologues.

Des moments de pure poésie, de légèreté, où l’on sent son cœur battre la chamade, des instants de fou rire formidables avec des situations et des textes d’une drôlerie (j’en ai encore le sourire aux lèvres) et toujours au détour d’une page une surprise, une nouveauté, qu’est-ce qu’on aimerait que cela ne s’arrête jamais.

Tout est soigné ici, de la mise en page, au choix des polices, des formats d’écriture, la table des matières et l’inventaire des malles, coffres et boîtes…Formidablement écrit par Philippe Lechermeier, merveilleusement illustré par Sacha Poliakova dont les pages passent de l’obscurité à la lumière éblouissante, des détails aux portraits géants… On aime aussi beaucoup cette idée de la tentative de record avec cette pyramide aux acteurs improbables, et les pages de la complainte du clown au nez rouge qui pour un court instant brisent le défilé, le rythme endiablé pour un moment plus dense où l’on retient son souffle. Avec le public, on tremble, on trépigne, on rit, on pleure et lorsque le maître de cérémonie referme ses malles une à une et les remet dans sa vieille roulotte, on aimerait lui crier que non, il ne faut pas partir ou alors nous emmener avec lui.

Pour tous les enfants jeunes et moins jeunes de quatre, dix, douze, quinze, vingt quarante ou quatre-vingt ans qui en sortiront bousculés, émerveillés, éblouis.

 

Plus qu’un grand merci et bravo pour ce moment de bonheur sans pareil !

 

 

Jean-Luc

 

criquemagiqueRII.jpg

Publié dans #Albums, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La Panthère Blanche

Cet été faites vous plaisir, redécouvrez des albums de rêve ! 

 

51RyAHpORBL.jpg

 

Jackie Morris
Editions Gautier Languereau, octobre 2007, 16 €
Collection Les petits bonheurs, 7,5 €

 

Cet album paru depuis quelques années déjà est d'une pure beauté. La Panthère Blanche, un esprit protecteur, se retrouve en charge de la protection d'une petite fille seule survivante de la destruction de son village. Les nouvelles amies ne se quittent plus et vivent en harmonie ; la Panthère Blanche éduquant la petite fille aux mystères de la vallée, des animaux, de la nature... Jusqu'à la transmission ultime...

Outre un conte magnifiquement écrit et à la sagesse presque orientale, peuplé d'esprits protecteurs, les Mergicham, ce livre est somptueusement illustré. Les dessins aquarelles sont à la fois amples et précis, et occupent avec élégance les doubles pages. Ils contribuent grandement à la douceur de l'album. Le très grand format de ce dernier met encore un peu plus en valeur l'ampleur de l'illustration et sa majesté.

 

 

Tout simplement magnifique.

 

Mathilde Piccoletti

Publié dans #Albums, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les échasses rouges

Les échasses rouges d'Eric Puybaret en grand format et on adore !

echassesrouges.jpg

 

La ville de Maraicume posée sur l’eau dont les rues sont des rivières et les avenues de fleuves. Des habitants vivant sur des échasses au ras de l’onde pour les plus timorés au dessus des lampadaires pour les plus téméraires.
Celles qui sont les plus hautes ont été taillées dans un peuplier au bois rouge et sont la propriété de Léopold. Et puis vint la grande fête de l’hiver, celle que tout le monde attend, tout le monde prépare, sauf Léopold qui vit là haut avec les nuages. Et puis à un moment il va se pencher vers la ville vers la fête et intervenir pour  la sauver.

C’est une belle histoire que nous conte là Eric Puybaret, mais c’est aussi une invitation au rêve et à l’évasion. Ses illustrations prennent leur pleine ampleur avec cette belle réédition en grand format. Des surprises vous attendent au fil des pages à déployer pour rêver avec Léopold, là haut. Si comme nous vous êtes fans de cet auteur illustrateur de grand talent, nul doute que vous ayez déjà repéré cet album. Si ce n’est pas encore le cas, vous avez trouvé un très beau cadeau de fin d’année. Avec en prime un superbe cadeau à l’intérieur de l’album : une illustration !

 

Magnifique et indispensable ! A découvrir et offrir pour Noël

 

 Joseph

 

Les échasses rouges ; Eric Puybaret ; 
Editions Gautier Languereau, réédition Grand Format, 19 octobre 2011, 15 €

Publié dans #Albums, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Graines de cabanes : Philippe Lechermeier / Eric Puybaret

grainesdecabanes.gif

 

 

 

Il s’appelle Alphonse Cagibi et sous vos yeux ébahis, il va vous conter ses voyages extraordinaires à la recherche des graines de cabanes. Lisez l’introduction de l’album et vous serez définitivement pris au piège des redoutables filets de  Philippe Lechermeier et Eric Puybaret  

 

Alors c’est parti : tout commence dans les airs, mais n’est pas récoltant de graines de cabanes qui veut, du côté des cabanes d’oiseaux : zéro ! Et du côté récolte vous le verrez Alphonse n’est pas tout à fait au point : entre celles qu’il se fait chiper, qu’il perd, qu’il boulotte ce gourmand, la récolte ne sera pas fameuse.

 

Mais pour nous, pour vous si ! Parce que vous allez au devant de la découverte de merveilles, des cabanes de rêve pour les jours de gris, pour les jours de soleil, des cabanes en voies de disparition ou disparues, des bien vivantes avec des formes, des endroits tous plus fabuleux. Ainsi au détour d’une page on découvre donc des maisons disparues ou en voie de disparition, mais aussi soyons pratiques celle des métiers à la construction des cabanes, ces des outils, une carte merveilleuse pour toutes les retrouver… et à la fin la page où l’on plante une graine, et on assiste à sa naissance !

 

Entre temps vous aurez découvert des cabanes de Babel, de Carabosse, de Pêcheurs,, en cubes, de sorciers, caméléon, de sable , aux mille et une portes, d’ombre et de lumière, des trois petits cochons, de glace, de Troie, au bord de la falaise, de nuit, en carton, de pain d’épices, russes, à livres (la plus triste disent les enfants)…

 

Petit rappel pour ceux qui l’ont découvert au moment de sa sortie et pour les nouveaux qui vont l’adopter :  Philippe Lechermeier qui écrit les textes est un magicien des mots, ses phrases, ses histoires nous embarquent ailleurs avec grâce et poésie ;  Eric Puybaret que bon nombre d’entre nous ont découvert avec cet album et jamais plus quitté depuis est lui aussi une sorte d’hommes aux pouvoirs puissants et merveilleux : ses cabanes sont aériennes, inventives, pleines de grâce et de poésie. Un illustrateur à la patte inimitable.

 

Un album qui n’a pas pris une ride et reste toujours aussi beau. Des histoires à raconter le soir ou en journée au fur et à mesure ou alors au gré des envies. Un magnifique voyage irremplaçable à offrir aux futurs petits architectes pour qu’ils grandissent avec un grain de folie et de poésie.

 

 

Jean-Luc  

 

 

Graines de cabanes
Philippe Lechermeier, Eric Puybaret
Editions Gautier Languereau, 17 mai 2006, 19,9 €

 

grainesdecabanes.gif

 

 

 

"Voilà. Cela fait longtemps que je prépare ce voyage. Depuis le jour où j'ai entendu parler des graines de cabanes. Des graines qu'il suffirait de planter et d'arroser pour voir une cabane pousser. Mes bagages sont bouclés depuis longtemps. Je suis prêt. Prêt à découvrir les cabanes du monde entier, à rassembler les graines les plus extraordinaires. Le voyage peut commencer... Alphonse Cagibi. A travers ce carnet de voyage peu banal, suivons le célèbre explorateur Alphonse Cagibi, qui nous entraîne dans un parcours enchanteur à la découverte de cabanes aussi étonnantes que variées : la cabane en pain d'épices d'Hansel et Gretel, la cabane dans les arbres, la cabane d'escargot, ou encore la cabane du bout du monde..."   Gautier Languereau

Publié dans #Albums, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le petit elfe Ferme-l'oeil

Et si cet été vous leur racontiez des histoires merveilleuses ?
Sept histoires pour s'endormir et partir dans le monde des rêves avec Ole Ferme-L'Oeil ! 

 

petitelf.jpg

 

 

Clic magique... bel été avec les Sandales 

 

 

Il s’appelle Ole Ferme-L’Oeil et le soir alors que les enfants s’apprêtent à aller au lit, il arrive et les endort d’un coup avant de leur raconter de belles histoires. Mais attention, pas n’importe quelles histoires : de celles dans lesquelles vous aurez l’impression de faire un rêve éveillé et de partir à l’aventure. Car en fait c’est ce qui se passe. Il vous touche de se seringue magique et hop vous voilà parti dans des aventures extraordinaires et magiques dans lesquelles il entraine le petit Viktor. Mais ces histoires pour chaque jour de la semaine ont aussi un but certain sous la plume d’Hans Christian Andersen : ils disent aussi au petit garçon qu’il faut être sage et travailleur, parce qu’il existe aussi un autre Ole, une sorte de double inquiétant qui est son frère. En fait c’est la mort et lui aussi peut venir raconter des histoires aux enfants, mais il n’en connaît que de deux sortes : une merveilleuse qui provoque le ravissement et le bonheur de ceux qui l’entendent et l’autre sorte horrible qui rend fou de douleur et d’angoisse les malheureux qui devront les entendre.

Cet album est une jolie surprise. Dans l’histoire de base se cachent d’autres contes et récits fantastiques faits pour nous emporter dans le monde du rêve et du voyage et puis il est illustré de façon magistrale par   Eric Puybaret qui nous offre ici des illustrations délicates en version monochrome dont la tonalité évolue avec chaque histoire. Comme à son habitude, il sait accompagner l’histoire tout en lui donnant ce petit supplément d’âme nécessaire. Un très bel album à la couverture matelassée qu’on peut lire le soir avant de dormir mais qui risque fort une fois terminé d’appeler d’autres demandes et d’autres histoires pour rêver encore et encore. Formidable

 

Jean-Luc

 

 

 

 

petitelf.jpg

 

 

Le petit elfe Ferme-l'Oeil - 7 contes pour s'endormir
Hans Christian Andersen
Illustrations : Eric Puybaret
Editions Gautier Languereau, 23 octobre 2013, 14,95 €

Publié dans #Albums, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook