Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 octobre 2009

Wariwulf Tome I

wariwulf.jpg

Bryan Perro
Tome I : le premier des Râjâ
Mango, septembre 2009, 18 €

 

 

« « La Bête » est un jeune esclave doté d'une force surhumaine. Il est violent, mutique et se comporte comme un animal. Maltraité par son maître mésopotamien, il est bientôt enlevé par le chef d'une tribu nomade qui veut en faire le prochain champion des Olympiades. Récompensé pour ses prouesses physiques, il reçoit des pierres de lune qui lui révèlent son destin... La grande épopée du peuple des Loups-garous peut commencer... »

 

La plongée dans la nouvelle saga de Bryan Perro, Wariwulf, est immédiate, dès les premières lignes l'auteur va nous entrainer dans un univers d'une richesse rare : de la meute de loups au fond d'une forêt à l'Egypte antique au sud où un mage de la secte de Thot et son apprenti Sénosiris ont lu dans les étoiles les prémices d'un événement sans précédent, en passant par la Mésopotamie et Babylone ses jardins suspendus puis en remontant vers le nord avec Byzance la culture grecque, les jeux olympiques et enfin le pays des Thraces (au nord de la Grèce actuelle en bordure de la Mer Noire) et sa capitale Veliko Tarnovo, ville étrange sur laquelle règne Hitovo le Chien, étrange souverain adepte de l'orphisme.

Suivez la vie de « la Bête », Varka ou Avatah, cet esclave presque inquiétant et de son étrange destin, du pays des loups à l'Anatolie. Un monde où se mêlent légendes et mythologies grecque et mésopotamienne, monde de la magie avec les mages et les chamanes.

Un roman sans cesse en action, dont le suspens monte en puissance et dans lequel les secrets des différents personnages sont révélés peu à peu par des « flashback » réguliers qui permettent de construire l'histoire et d'en découvrir les origines.

Particulièrement bien documenté, Bryan Perro nous fait revivre par le moyen de petites histoires courtes racontés par ses personnages, ces héros et légendes d'un autre temps. Un monde cruel, violent, où la vie des hommes compte si peu parfois. Un monde où l'ambition des grands, les luttes intestines, les haines, les vengeances s'entremêlent de façon à construire un roman passionnant et rythmé. Les personnages sont nombreux, bien construits, attachants, sans mièvrerie ni compromission. Les descriptions détaillées et saisissantes.

Bryan Perro, maîtrise l'art du récit et nous dépayse totalement avec ce premier tome d'une série annoncée de huit par les éditions Mango. Découvrez bien vite ce qu'est la légende du premier des Râjâ : la légende prétend qu'il s'agit d'un humain moitié homme, moitié loup.

Ce premier tome est clairement une réussite et une excellente surprise de la rentrée en littérature jeunesse. Il devrait certainement être l'un des tous meilleurs romans dans sa catégorie avec une suite annoncée en 2010 qui on l'espère sera à la hauteur de ce premier opus : la barre est haute !

 

Rythmé, passionnant de bout en bout, un vrai dépaysement : une belle réussite !

 

Chronos

06 octobre 2009

Etranger à Berlin

couvberlin.jpgPaul Dowswell

Traduit de l'anglais par Nathalie Peronny

Naïve. septembre 2009. 18 E

 

En 1941, après la mort de ses parents Piotr Bruck est envoyé dans un orphelinat à Varsovie. En raison de son physique aryen et d'une ascendance allemande dans la famille de sa mère il est adopté par une famille allemande et nazie.

Il découvre alors la vie facile à Berlin dans l'Allemagne victorieuse, le fanatisme nazi dans sa famille adoptive, l'embrigadement dans les jeunesses hitlériennes puis il rencontre Lena Reiter dont la famille participe avec quelques autres à la résistance contre ce régime.

Ils survivront en fuyant en Suède.

 

C'est un roman qui revient sur plusieurs points importants du régime nazi :

  • Le retour forcé en Allemagne des ressortissants étrangers dont les familles avaient des ascendances allemandes

  • Les théories pseudo scientifiques raciales

  • Les programmes de purification de la race soit par extermination soit par expérimentation et dont les allemands furent aussi victimes

  • La difficile résistance à Hitler d'opposants allemands dans un pays majoritairement fanatisé.

L'expérience que Piotr a eu de la guerre en Pologne, le changement radical de sa vie quand il arrive en Allemagne expliquent nombre de ses interrogations , de ses hésitations. Il vit de l'intérieur le fanatisme hitlérien qui s'est emparé de la population et découvre par lui-même petit à petit les perversions extrêmes de ce régime.

Un roman historique bien documenté, pour des lecteurs déjà avertis, qui montre à quel point l'idéologie nazie a bouleversé les modes de pensée, les modes de vie dans ses aspects les plus intimes.

 

Mireille

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Bleu Cauchemar Tome I

Bleucauchemar.jpg

Laurie Faria Stolarz
Traduit de l'anglais (américain) par Valérie Le Plouhinec
Albin Michel, Collection WIZ, avril 2OO9, 13€

 

« Ce n'est pas la plus belle fille du lycée. Ni la plus populaire. Pourtant, elle est unique : elle a le don de prémonition ».

Bienvenue dans le monde de Laurie Faria Stolarz. Vous allez plongez dans le campus d'un petit lycée américain entouré de bois. Un lycée banal somme toute, avec sa cafétéria, sa bibliothèque, son équipe star de hockey, son internat, ses cours...

Vous y ferez la connaissance de Lucy Ann Brown et de ses condisciples Drea, Amber, Veronica pour les filles et PJ, Donavan et Chad pour les garçons.

Le livre et l'intrigue tournent autour de la petite bande et notamment de Lucy qui dès le début du livre a juste un problème : elle est en proie à des cauchemars plus qu'inquiétants qui provoquent chez elle de l'incontinence.

Plus inquiétant encore, ses cauchemars concernent sa meilleure amie Drea et un proche destin funeste.
A partir de là, le livre va évoluer principalement autour de cette intrigue : qui est le mystérieux admirateur de Drea, que veut-il ? Représente-t-il un réel danger ?

Ce livre peut être agaçant par un certain nombre d'aspects : ces campus américains peuvent lasser à la fin et si ce n'est définitivement pas votre passion : passez votre chemin. De même pour l'impression de plonger dans une de ces séries américaines à la mode avec médium à la clef de l'enquête. Par contre si vous êtes fan : foncez !

Pour le reste, il y a quelque chose dans ce roman qui fait qu'on le lit malgré tout jusqu'au bout. Et vous pourriez bien pour certains d'entre vous, vous laisser prendre au piège et le lire d'une traite en sursautant au moindre bruit.

L'histoire de Lucy Ann Brown, de son héritage familial, de son lien avec sa grand-mère sont intéressants (une influence locale ? Laurie Faria Stolarz est en effet originaire de la ville de Salem), tout comme son évolution en terme de confiance en soi, en ses capacités de « sorcière », en sa possibilité à séduire le plus beau garçon du lycée...

L'intrigue bien mince à priori tient cependant la route et vous tiendra en halène jusqu'au bout ou presque (vous risquez de découvrir même d'où vient le danger, mais à un moment où il n'est plus forcément nécessaire pour l'histoire de le garder caché) : rivalité, intrigues, le danger et la tension qui montent peu à peu. Drea survivra-t-elle ?

Suspens, amitié, amour !

Un tome I d'une série de quatre qui mérite tout de même le détour par bien des aspects positifs qui l'emportent au final. Une impression suffisamment agréable pour avoir envie de lire la suite : pas de panique pour les amateurs, elle arrive en octobre 2009 avec Blanc fantôme chez Wiz bien évidemment.

Jean-Luc Clerc

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Monstrologie

monstrologie.jpg

Docteur Ernest Drake
Adaptation de l'anglais par Emmanuelle Pingault
Milan, Collection Les Mondes secrets, septembre 2009, 23€50

 

Un nouveau volume de la collection des Mondes secrets nous est offert en ce début septembre 2009. Vous en avez assez de votre poisson rouge, vous trouvez votre cocker banal et lassant avec ses yeux si doux, votre chat agaçant avec ses câlins et ses ronronnements continus, ce livre est pour vous. Enfin de vraies bestioles avec du caractère.

Cette fois-ci le livre est découpé en plusieurs parties : une première qui permet à l'auteur de nous assurer de son professionnalisme tout en dénonçant certains des charlatans du métier et en nous invitant à nous méfier de ces bandits qui gâchent le métier. Une superbe carte vous permettra ainsi que les rabats qui l'entourent de suivre et de localiser les voyages sur le navire l'Hydra et les lieux de villégiature préférés des animaux fabuleux qu'il a observés.

Viennent ensuite quatre parties. Les créatures terrestres : licornes, nues (ou chimera japonicus), le baku ( baku somnicibu) dont la légende prétend qu'il se nourrit de cauchemars, ainsi que les chimères et la famille des yétis...

Les monstres aquatiques vous permettront de rencontrer les kraken, Léviathan et autres hydres...

Celle sur les bêtes volantes vous rendra incollables sur les griffons et les hippogriffes : non ce n'est pas la même chose ! Vous serez également invités à vous méfier des cockatrices.

Les bêtes humaines font le tour des harpies, manticores, sphinx, vampires et autres lycanthropes...

Les dernières parties sont consacrées aux techniques d'observation de photographie, de sauvegarde et protection ou alors aux formules magiques avec une double page sur les propriétés des différents animaux.

Et enfin avant la conclusion un rappel très sérieux des monstrologues de l'histoire dont Ernest Drake est un très éminent disciple : Isidore de Séville, Pline l'Ancien ou Charles Darwin pour ne citer que les plus célèbres.

Un final en forme de cadeau avec une page collée façon moucharabiés du Moyen Age qui laisse deviner quelques merveilles. A vous de les découvrir.

Un livre merveilleux, pour le rêve, l'imagination sans retenue sur les animaux et autres êtres fantastiques qui peuplent notre imaginaire. Illustrations délicieuses, croquis savoureux, encarts qui délivrent énigmes façon sphinx ou poils de licorne selon la formule consacrée et réussie de cette collection.

La toute fin vous le verrez laisse libre cour à l'imagination et pourquoi pas à la succession d'Ernest Drake : avis aux amateurs.

Un livre superbe, texte et illustrations, tout y est réussi. Pour rêver, sourire et imaginer. A consommer sans modération.

Bonne nouvelle, la collection devrait s'agrandir dans les semaines qui viennent : génial !

Jean-Luc Clerc

30 septembre 2009

Les secrets de Pétronille

Les secrets de Pétronille.jpg

Fabienne Roulié, illustré par Selma Mandine
Chocolat ! jeunesse, octobre 2008, 12€

 

« Combien de temps peut-on garder un secret ? Pétronille est une petite fille qui en sait long à ce sujet : elle est collectionneuse de secrets. Elle en connaît des centaines, plus mystérieux ou croustillants les uns que les autres. Hélas ! ils finissent par lui occuper tout l'esprit, et menacent de s'échapper à tout moment. Craignant de ne plus pouvoir les contenir, elle décide de s'en débarrasser... Mais comment faire ? »

 

La couverture donne le ton de ce très joli album. Une étrange petite fille dans un bocal... couleurs douces, impression papier kraft. Allez petits curieux, ouvrez ce livre et découvrez les secrets de Pétronille : quel étrange secret garde jalousement la petite souris (celle qui collectionne les dents), la carpe de la rivière aurait-elle quelque chose à cacher ? ; et cette poule qui dès que le jour se lève se rend au marché ? ... Au fil des pages, nous apprendrons les multiples secrets découverts par Pétronille au point qu'elle en perd le sommeil. Et si elle perdait leur contrôle, si tout le monde apprenait ces secrets, alors elle va trouver une solution.

Un album tout en douceur, en formes délicates aux couleurs douces, plein de poésie et de rêve. A lire le soir avec votre enfant pour rêver avant de s'endormir et poursuivre dans les bras de Morphée.

 

Joseph C.

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28 septembre 2009

Grimpow I

GrimpowI.jpg

Rafael Abalos
Traduit de l'espagnol par Isabelle Gugnon
Albin Michel, collection Wiz, août 2006, 17 €

 

Le roman de Rafael Abalos, est dense, précis et nous entraine dans un Moyen-Age d'intolérances, de craintes, de superstitions, de luttes entre les seigneurs, roi de France et autres et le pape et ses légats pour le pouvoir, mais également de découvertes, d'espoirs en un avenir meilleur. Période de lutte contre tout ce qui peut sembler également sortir du droit chemin fixé par l'Eglise. Si c'est le cas mieux vaudrait alors que vous ayez des soutiens puissants ou le moyen de vous réfugier en un endroit particulièrement secret : dans le cas contraire, vous ferez la connaissance de l'Inquisition et de ses pratiques pour le moins atroces.

Grimpow le jeune héros presque malgré lui de cette aventure va ainsi nous entrainer aux côtés de différents compagnons de route, Durlib le voleur, puis les moines de l'abbaye de Brinkdum qui bien évidemment ne pourront par ses habitants, ses cachettes, ses pratiques mystérieuses, sa bibliothèque en partie secrète... que vous rappeler le Nom de la Rose. D'autres compagnons viendront ensuite rejoindre sa quête : Salietti d'Estaglia puis Weienell le rejoindront en route pour Strasbourg afin de tenter de résoudre le mystère posé au départ du livre. Cercle des châteaux, découvertes merveilleuses, fuite devant le grand inquisiteur Boulvar de Gotzell donnent à cette histoire un souffle épique dont les rebondissements vous étonneront.

Un roman palpitant, teinté de légendes, d'ésotérisme, de légende des Templiers, de la pierre philosophale...Enigmes, cryptogrammes, découvertes multiples tout est fait dans ce roman formidable pour ravir les plus exigeants d'entre nous. Paru en 2006 cet excellent roman de la décidemment excellente collection Wiz, voit arriver en ce début d'automne 2009 une suite  avec Grimpow, le chemin invisible.

Jean-Luc Clerc

 

 

Grimpowlechemininvisible.jpg

Publié dans #SF et Fantastique, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22 septembre 2009

Non-Non a très faim, mais ne sait pas de quoi

Non-Non a très faim mais ne sait pas de quoi.jpg

Magali Le Huche
Tourbillon, août 2009, 8€90

 

Non-Non a faim, dès le réveil, au saut de la baignoire, il a faim ! Mais rien ne lui fait envie dans son frigo : il faut bien avouer qu'à nous non plus. Alors une fois de plus, on fonce chez les copains : mais bon la nourriture c'est comme les gouts et les couleurs ! Trop de légumes chez Bio ; le restaurant pour Fourmi de Grouillette est un peu comment dire, petit ? Quand à Zoubi, c'est le drame : elle ne rentre plus dans sa robe de bal : alors régime !... Non-Non va-t-il pouvoir manger ?

Rien de tel en fait vous serez d'accord avec moi qu'un délicieux pot de confiture ? Non ?

Un deuxième petit livre sorti en même temps que Non-Non n'a plus rien à se mettre, qui permet à Magali Le Huche de nous régaler de nouveau. Dessins malicieux, humour, les petits vont adorer surtout quand leurs parents feront la grimace devant les repas pour le moins peu ragoutants de Non-Non et de ses amis. Doux et drôle : vive Non-Non !

 

Joseph C.

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L'épouvantail qui voulait voyager

l'épouvantail qui voulait voyager.jpg

Hubert Ben Kemoun-Hervé Le Goff
Flammarion, Les albums du Père Castor, avril 2006, 13 €
Existe également dans la collection les P'tits Albums du Père Castor, 4€95

 

 « Le vieil épouvantail se sent si seul, qu'il pleure. Le vieil épouvantail se sent si inutile, qu'il pense ne plus avoir d'amis. Personne qui pourrait l'aider à se promener, juste de l'autre côté de la colline, lui qui n'a jamais bougé de son champ... Mais au matin d'un jour de printemps, deux cent mille oiseaux l'emmènent pour un voyage extraordinaire... »

Que dire ? Un texte envoutant, et des illustrations... quel bonheur, une harmonie de couleurs, une profondeur de dessin, à l'unisson avec le texte, du plus foncé au plus clair vers la chute lumineuse de l'histoire. Une invitation au rêve. Un album tout simplement merveilleux.

 

Joseph C.

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le département du diable

Ledépartemetn dudiable.gifMichel Honaker
Flammarion, collection Tribal, février 2009, 10 €

 

« - Si j'ai couru le risque de venir, Monsieur, c'est pour vous prévenir solennellement. Vous avez un département du diable, au sein de la société. Un cabinet noir, comprenant un certain nombre de  personnes qui jouent dans l'autre camp.

A l'instant où Dave sortait dans le couloir, il entendit le cliquetis des armes à feu que l'on charge. Il n'était plus en sécurité nulle part. Les choses étaient allées trop loin. »

 

Une histoire de traque, d'enquête : si vous êtes amateurs du genre, ce livre est pour vous ! Du rythme, du mouvement, du suspens, de la trahison, trop de monde joue double-jeu. Le héros, Dave Ofrion est un sportif, un grand costaud, entrainé aux techniques du combat en corps à corps. Il est  très sympa et un vrai génie du bricolage et des technologies de pointe. Un livre à lire d'une traite.

Passionnant !

 

Mathilde C. (12 ans) 

21 septembre 2009

Les étranges soeurs Wilcox

Les étranges soeurs Wilcox.jpgFabrice Colin
Tome I : Les vampires de Londres
Gallimard Jeunesse, septembre 2009, 13,50 €

 

Tout commence avec une très belle jeune femme dans une gare, Rebecca : elle attend un homme qui lui confie une étrange et mystérieuse mission.

Puis avec l'une des héroïnes vous allez vous retrouver dans une situation des plus inconfortable. Elle doit trouver un moyen de sortir de l'endroit où elle est enfermée et retrouver sa sœur. A partir de là le temps ne vous appartient plus car vous aurez été happés par ce nouveau roman de Fabrice Colin.

Cette nouvelle série débute sans tarder et va vous entrainer dans un des univers favoris de l'auteur : une Angleterre du XIXème siècle mystérieuse, brumeuse, emplie de complots, qui n'est pas sans rappeler pour l'ambiance, la Malédiction d'Old Haven ou le Maître des Dragons. Très vite des héros familiers vont apparaître, Sherlock Holmes et le docteur Watson, Abraham Stoker... des noms connus ou moins de l'histoire anglaise, des lieux, des quartiers de Londres. Car un complot contre le pouvoir de la reine d'Angleterre est en marche, le clan de Drakul est à l'œuvre mais pour quoi faire ? Clans de vampires, humains alliés, groupe des Invisibles ou de la Golden Dawn, magie, spiritisme : un mélange savoureux et savamment orchestré par un Fabrice Colin au meilleur de sa forme.

Qui sont ces mystérieux groupes, qui sont les sœurs Wilcox ? Quel destin tragique est le leur ? Elles et leurs amis vont-ils savoir échapper à leurs ennemis et trouver réponses à leurs interrogations ? Suivez les sœurs Luna et Amber Wilcox dans ce Londres passionnant à la recherche de leur histoire, à la poursuite de Jack l'éventreur...

Un excellent roman, haletant et passionnant que vous aurez toutes les peines du monde à lâcher une fois commencé. Et puis comme pour toutes les excellentes séries, un brin de frustration à la fin : il faudra attendre le tome suivant ! Les étranges sœurs Wilcox n'ont pas fini de nous ensorceler.

Une seule question se pose désormais : Fabrice Colin, cet auteur si prolixe de la littérature jeunesse actuelle, est-il un être humain comme les autres ?

 

Jean-Luc Clerc

Publié dans #SF et Fantastique, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

20 septembre 2009

le diable au corps

Lediableaucorps.jpg

Raymond Radiguet
Milan Jeunesse, Collection Vient (presque) de paraître, 9€50

 

« Pour écrire, il faut avoir vécu, mais ce que je voudrais savoir, c'est à quel âge on a le droit de dire : « j'ai vécu ». (...) Je crois qu'à tout âge, et dès le plus tendre, on a à la fois vécu et on commence à vivre. »

Raymond Radiguet

 

La lave brûlante de la passion coule sous la plume de Raymond Radiguet dans son premier roman le Diable au corps. Sous chaque phrase on sent l'embrasement de l'adolescent, presque adulte, parfois, puis de nouveau cédant aux caprices de son âge. Mais c'est  certain, le héros du livre dont on ne connaît pas le prénom qui s'exprime à la première personne du singulier, (l'auteur qui a connu une passion similaire à l'âge de quatorze ans se défendra d'en avoir fait une autobiographie) veut grandir, tout connaître tout savoir de l'amour de ses plaisirs et de ses tourments. Une envie, insatiable qu'il justifie dans les premières lignes du roman par la guerre (1914-1918), le contexte particulier qu'elle permet.

Son amour sera Marthe jeune femme de quelques années plus âgée que lui, fiancée puis mariée dont il est d'abord persuadé d'être amoureux et dont il ne peut plus se passer ensuite. Roman d'initiation à l'amour, à ses contingences, ses obligations dans cette société du début du XXème siècle, le Diable au corps, montre bien la cruauté des sentiments, l'inconscience parfois, l'égoïsme de ce jeune homme qui veut aller au terme de son expérience, à la fois homme et enfant. L'impatience vibre sous ses mots, celle de grandir comme celle de ne rien changer pour rester fidèle à ses idéaux, celle de bousculer cette société hypocrite qui sait et qui lui pardonne un peu plus à lui parce qu'il est un homme.

Un court texte de quelques 150 pages au rythme effréné, à découvrir ou redécouvrir dans une nouvelle édition dont on peut remarquer la qualité : couverture soignée, magnifique, graphisme et typographie bien choisis à l'intérieur avec ce petit cœur qui revient à chaque page et qui s'effeuille comme les sentiments des héros.

Le petit plus à la fin : les quelques pages intitulées « & encore » qui nous donnent quelques clefs sur l'auteur, son époque avec des témoignages et avis d'autres grands auteurs sur l'œuvre, son contexte, son utilisation ensuite (cinéma...)

Une nouvelle collection qui graphiquement est superbe et qui choisit des textes à la hauteur : en sortie simultanée, les histoires extraordinaires d'Edgar Allan Poe, et pour octobre  2009 la merveille du XVIIIème siècle : les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos.

 

Jean-Luc Clerc

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17 septembre 2009

Le Roman de Renart Tome I à III

LeromanderenartI.jpg

Jean-Marc Mathis (scénario) Thierry Martin (dessins et couleurs)
Tome I : les Jambons d'Ysengrin
Delcourt Jeunesse, janvier 2007, 8€95

« Amis lecteurs et lectrices, ici point d'histoires de princesses ni de beaux chevaliers. Mais les aventures de Renart, le débrouillard goupil des temps médiévaux. Rusé, subtil, increvable, insolent, se moquant de tout et de tous, nous lui pardonnons ses roueries et ses traîtrises car, il y a mille ans, la vie était autrement plus dure qu'aujourd'hui. »


Note de l'auteur : « Nos ancêtres du Moyen-Age se racontaient déjà les fameuses histoires de Renart (oui avec un « t » à la fin). Ce personnage devin si célèbre que son nom a remplacé le terme de goupil, qui désignait l'animal (mais avec un « d » à la fin). »


Cette bande dessinée, dont le scénario est réalisé par Jean-Marc Mathis et les dessins et couleurs par Thierry Martin reprend donc le fameux roman de Renart. Les plus grands y retrouveront les souvenirs d'enfance et les plus jeunes les délices d'histoires drôles, parfois cruelles. Car Renart est un filou et que les hommes comme les animaux tremblent face à cet individu sans aucune morale capable de tout pour parvenir à ses fins et surtout assouvir sa faim insatiable à lui et à celle de sa famille. Dans ce premier tome retrouvez Renart et les anguilles où des pêcheurs et Ysengrin le loup feront les frais des opérations. La pêche à la queue où la bêtise du loup va le mettre dans une bien fâcheuse posture à cause de l'insupportable qu'il appelle son neveu. Vient ensuite le partage de l'andouille sorte d'ancêtre du corbeau et du renard dans laquelle le chat Tibert va faire les frais des opérations. Les jambons d'Ysengrin verront le loup et sa famille souffrir de nouveau de la filouterie de l'animal... Personne je vous le dis, personne n'est à l'abri de ce goupil sans foi ni loi  dont seul l'intérêt est pris en compte. La forêt tremble: voire l'épilogue avec les lapins....

Un véritable régal de retrouver l'histoire, avec de plus pour le plaisir des yeux, des dessins aux décors sobres desquels ressortent quelques détails et bien évidemment les personnages principaux. Une véritable réussite. Laissez-vous tenter, le voyage en vaut la peine...


Louise-Mathilde

 

 

Lire la suite

Publié dans #bandes dessinées, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Récit d'une mort annoncée

Récitd'unemortannoncée.jpg

Anthony McGowan
Traduit de l'anglais par Cécile Chartres
Milan Jeunesse, Collection Macadam, juin 2009, 9€

« J'aimerais bouger. Partir d'ici ou vers autre chose. Agir. Mais je ne peux pas bouger, j'ai été brûlé et je suis comme l'un des corps recouverts de cendres de Pompéi, figé par la lave en fusion. Seuls mes yeux fonctionnent encore. Et cela suffit pour le voir venir. Le couteau qui va me tuer. Il est dans la main d'un garçon. Le garçon vient pour me tuer. Je dois m'enfuir. Je ne peux pas courir. J'ai trop peur pour courir.


Paul ne se souvient pas du moment précis de sa mort. Il se souvient d'avant. De l'atmosphère angoissante des cours au lycée. De la violence des gros durs de la classe. De services qu'il n'aurait pas dû rendre. Des sourires de Maddy... Et de ce couteau. Celui qu'il tenait au moment de sa mort... »


Ce court roman d'Anthony McGowan fait froid dans le dos. Il commence de façon très mystérieuse par la description de l'arme, du couteau, couvert de runes magiques, arme légendaire aux propriétaires aux noms immortels...Mais rien de tel dans la réalité. Ce récit nous plonge dans l'univers quotidien de Paul, un monde angoissant, où l'angoisse, la peur suintent des pages. Un roman fantastique pas au sens esprits frappeurs ou monstres en tous genres. Non rien de tel, juste une angoisse diffuse, liée au ton employé et à la façon de construire le récit. Son héros Paul raconte, se raconte nous entraine dans son lycée, sa chambre avec ses ennemis : le terrifiant Roth à l'aura maléfique et terrifiante, les « Zarbis » avec qui il pourrait devenir ami : Shane, Maddy, Billy... les parents, les profs. Tout se déroule comme si nous flottions au-dessus de l'histoire, comme si nous étions nous aussi déjà « morts », témoins impuissants de l'histoire, incapables d'interagir et d'empêcher la catastrophe.

Car on le sent rapidement quelque chose d'inéluctable est en train de se dérouler et rien ni personne ne pourra l'empêcher. L'auteur nous entraine dans le cauchemar de Paul et nous nous y enfonçons avec lui. Réflexion sur la dépendance, la solitude, la peur du regard de l'autre, des autres, des phénomènes de groupes, sur la lâcheté également, les décisions à prendre pour rester vivant. Car il y a plusieurs façons de mourir et la lame d'un couteau aussi dangereuse soit-elle n'est pas la seule arme ou la seule mort à craindre.

Incisif et très bien construit. Un très bon roman étrange qui pousse à la réflexion.

Jean-Luc Clerc

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16 septembre 2009

La conspiration Merlin

laconspirationMerlin.jpg

Diana Wyne Jones
Traduit de l'anglais par Laurence Kiefé.
Editions BAAM, décembre 2007, 13 €

 

« A Blest, un royaume qui ressemble à l'Angleterre, la Cour du Roi est obligée de se déplacer sans cesse d'une frontière à l'autre, de l'Ecosse au pays de Galles, de Newcastle à Southampton, pour activer le flux magique qui seul garantit la paix. Mais à Blest s'est noué un complot contre le roi et le Merlin, une conspiration de mages capable de bouleverser l'équilibre magique qui fait tenir ensemble non seulement le royaume, mais tous les mondes de l'Univers ».

 

Vous trouvez votre vie terne et sans relief, vous avez envie de fantaisie et de magie : il faut lire La conspiration Merlin. Vous y découvrirez Nick Mallory (il vit dans notre monde) et Arianrhod Hyde  dite Roddy (elle vit à Blest) deux adolescents qui vont se retrouver propulsés dans une quête fantastique.

Avec eux, chacun de leur côté dans les deux premiers tiers du livre, vous découvrirez les différents mondes qui gravitent, se superposent au notre.

Vous emprunterez les chemins étranges et magiques entre les mondes. Vous y verrez des mondes étranges obsédés par la sécurité et l'organisation ; celui des exclus relégués trop près du ciel et de la lumière dangereuse du soleil ; vous y rencontrerez des gens généreux et de dangereux idéologues comme le Maître de prière.

Vous parlerez avec une panthère noire, mourrez de rire avec l'éléphante Pudmini dite Mini : un amour de bestiole qui vous le verrez peu se révéler problématique à gérer : « avez-vous jamais essayé de faire faire demi-tour dans le noire à un éléphant affolé... ?  »

Vous verrez la maison de Romanov évoluer avec son état de santé ; les mondes déstabilisés se modifier peu à peu.

Vous y découvrirez également des histoires de famille avec Roddy notamment qui va découvrir les membres de sa famille comme cette partie où seules les filles et les femmes ont droit de cité. Vous suivrez finalement avec passion ces deux gamins attachants à la découverte de leurs racines, de leur identité.

 

Pourtant il faut faire vite car les mondes se dégradent et l'équilibre de l'univers bascule. Nick va devoir se résoudre à le réveiller....

 

Un livre à l'univers foisonnant avec des mondes différents, de la magie, du rêve et également des références (volontaires ou non ? ) à notre monde ses dérives et ses dangers.

Un vrai moment de magie et de plaisir par Diana Wyne Jones dont Neil Gaiman dit qu'elle est « ... tout simplement le meilleur auteur de magie, pour les lecteurs de tout âge ». Tout est dit !

 

Joseph C.

Publié dans #Ados, #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook