Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 janvier 2010

Demain ne vient Jamais

Demainnevientjamais.jpg

Joaquin Dorfman
Traduit de l'anglais par Maïca Sanconie
Editions Milan Jeunesse,Collection Macadam, avril 2009, 11€

 

« Hier, Kyle McDermott avait tout. L'admiration des étudiants de la prestigieuse Wellspring Academy. L'amour de la sublime Jenna. L'amitié inconditionnelle de Patrick. Mais aujourd'hui, rien n'est plus pareil. Kyle a changé. Capitaine de l'équipe de foot américain, il ignore complètement ses coéquipiers. Caïd du lycée, il est devenu gentil. Et pire que tout : Kyle prétend pouvoir changer le futur. Tout ça n'e peut que mal finir... »

Ce nouveau roman de Joaquin Dorfman commence par une scène d'anthologie : imaginez une bande de fauves, un troupeau déchainé à la poursuite d'une malheureuse victime (Edmund) sur laquelle ils vont s'acharner et à qui ils vont arracher une promesse de silence contre la menace de diffusion d'une photographie compromettante. Kyle, la vedette du lycée, ses potes Zack, Cody , son meilleur ami Patrick, sa pom-pom girl de petite amie Jenna : un monde normal d'un lycée américain ! Une journée, une soirée normale entre potes : Kyle, Jenna et Patrick.

Le souci, c'est le réveil : Patrick va se retrouver confronté paniqué à un nouveau Kyle McDermott aux antipodes de l'ancienne star du lycée et à une petite voix qui dans sa tête, commente parfois de façon acide les événements.
Le livre va ensuite se diviser en trois chapitres, trois fois aujourd'hui avec une montée du mystère, de l'étrange et de la tension. Le malaise s'installe : que s'est-il passé cette nuit là ? S'est-il passé quelque chose d'ailleurs ? Kyle n'est plus dans son état normal, mais pourquoi ? Peut-on voyager dans le temps ? Peut-on changer l'avenir en modifiant le passé ?

Le roman de Jaoquin Dorfman évoque ces univers où tout va bien en apparence, où tout paraît normal mais où tout peut basculer. Il utilise différentes échelles de temps de la vie de ses personnages, de Kyle, star adulée dont les parents sont aux abonnés absents, à Patrick ignoré par ses parents,(traumatisés par un événement dramatique de son enfance...)
Le livre, tout en distillant une angoisse progressive sur l'avenir des héros, pose ainsi au passage des questions sur notre société, sur ces parents absents, mais riches, sur la violence dans les lycées américains, sur le sport, sa pression et les extrémités auxquels peuvent être entrainés ses adeptes.
Un excellent roman mêlant suspens, tension et une grande humanité avec des personnages attachants qui devront trouver leur voie et guérir leurs blessures pour entrer, avec la symbolique remise des diplômes de fin d'étude, dans l'âge adulte.

Vous ne lâcherez pas facilement Demain ne meurt jamais et ne l'oublierez pas non plus. A lire absolument.

Jean-Luc Clerc

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jour de pluie

Jour de pluie.jpg

Mickaël Roux & Lorien
Éditions de Tournon-Carabas Jeunesse, Collection Les petits chats carrés
Novembre 2006, 6,95€

Les petits chats carrés. Une collection assez fabuleuse, on ne le répètera jamais assez.

Une petite fille dévale une pente vêtue d'un maillot de bain une pièce façon Dalton, avec un grand sourire aux lèvres et brandissant un parapluie.
Drôle et loufoque, Jour de pluie est un tout petit album presque sans texte : une seule bulle page 18 « Ce qu'il ne faut pas inventer comme histoire pour qu'elle prenne son bain... ». Le reste relève d'un « Making off » potache à souhait.

Vous l'aurez compris cet album retrace tout en images les « aquatiques » aventures d'une petite fille inventées par un père désespéré de parvenir à baigner tranquillement son enfant.
L'absence de texte est ici un avantage : elle permet de faire parler les enfants, ils peuvent ainsi décrire ce qu'ils voient, réinventer les paroles manquantes, réagir aux aventures de la petite fille.

Mathilde Piccoletti

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dracula Tome I et II

DraculaCaryI.jpg

Kate Cary
Traduit de l'anglais par Emmanuelle Pingault 
Tome I : l'héritier ; Tome II : la rédemption
Editions Milan Jeunesse, 2008, 9€50.

Deux romans bien construits sur le mythe des vampires qui introduisent toute une gamme de sentiment : la peur, la cruauté, la fascination et également la sensualité et la séduction. Tous les attributs de la littérature classique des vampires y figurent. En effet contrairement à d'autres romans issus du même imaginaire (Twilight de Stéphanie Meier, ou Les vampires de Manhattan de Melissa de la Cruz) on retrouve ici tout le côté sombre, angoissant de la littérature vampirique tout comme les moyens plus ou moins romanesques ou rocambolesques sensés se débarrasser de ces monstres.

Une série intéressante, menée tambour battant, fort bien écrite qui séduira les adolescents amateurs de ce genre d'histoires et les mènera vers une littérature plus adulte du genre. A découvrir.

 

 

Lire la suite

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18 janvier 2010

Fablehaven Tome I

FablehavenI.jpg

Fablehaven, Tome I
Le sanctuaire secret
Traduit de l'anglais (américain) : Marie-José Lamorlette.
Editions Nathan, Novembre 2009, 14,9€

Imaginez votre tête si vous deviez un jour prendre la voiture avec vos parents direction la maison perdue au fin fond du Connecticut de vos grands parents paternels. A cela ajoutez que vous les connaissez peu et qu'ils sont bien que gentils , un peu étranges, alors vous aurez une petite idée de la tête et des sentiments de Seth et Kendra Sorenson au moment où ils franchissent les grilles de la propriété de leur grand-père  Stan Sorenson. En fait rapidement, les enfants vont oublier leur mauvaise humeur car tout est mystérieux, on leur cache des choses, ce qui va exciter la curiosité de l'insupportable Seth et le pousser à fourrer son nez de petit curieux partout là où on le lui avait interdit.

Peu à peu les deux enfants vont découvrir que certaines choses ne sont pas très normales et qu'il existe des habitants étranges dans cette propriété, forçant ainsi leur grand-père à leur avouer progressivement une partie de la vérité : ils ne sont pas dans n'importe quelle propriété de campagne mais bien à Fablehaven : « le refuge des créatures fabuleuses ».

Impossible de vous en dire plus sans déflorer le plaisir de la lecture de ce premier tome. Sachez cependant que pas un instant vous ne serez déçus. En fait la technique de Brandon Mull est redoutable : son histoire monte progressivement en puissance, rien n'est laissé au hasard et vous serez vite pris au piège de ses redoutables filets. La découverte de Fablehaven et de ses secrets, de ses habitants, de leur histoire se dévoile peu à peu au fil des gaffes et des bêtises de Seth notamment.  Tout un bestiaire fabuleux va peu à peu apparaître lorsque vous aurez acquis le moyen de percevoir les différentes créatures qui peuplent le domaine. Aventures, dangers, menace de la Société de l'Etoile du Soir, êtres maléfiques, nuit de la Saint Jean, poule et vache étranges tel est le quotidien de Fablehaven.

Vous l'avez manqué à sa sortie ? Pas grave, il vous reste quelque jour avant la sortie du tome 2 comme cela vous ne serez pas obligés d'attendre trop longtemps pour retrouver ce monde merveilleux. (N'hésitez pas à en savoir plus sur le site français du livre et découvrez l'auteur dans une interview rigolote : http://www.fablehaven.fr ). Soyez curieux, cliquez sur la suite.

Un excellent tome I qui , puisqu'il y a encore quatre autres à venir, risque fort de nous tenir en haleine encore longtemps. N'hésitez plus : il faut découvrir le monde de Brandon Mull : une réussite totale.

Jean-Luc Clerc

Lire la suite

Joni et Vatanen

JonietVatanen.jpg

Joni et Vatanen - Aventures
Anne Cortey (texte), Janik Coat (illustrations)
Albin Michel Jeunesse, janvier 2010, 11,9€

Cinq histoires courtes, celle de Joni un élan et de Vatanen son ami le très sérieux et terre à terre lièvre. Cinq histoires drôles et tendres dans lesquelles, vous apprendrez que le rêve de Joni est de devenir chanteur (malheureusement ?).

Des histoires courtes, tendres, entre ces deux bestioles rigolotes que tout oppose si ce n'est une solide amitié que rien ne pourra déboulonner, pas même les idées saugrenues et agaçantes de Joni.

On aime : les histoires d'amitié, l'humour des textes et des situations. On adore les dessins : ronds, tendres ; les couleurs : chaudes,  lumineuses et dynamiques à la fois ; le format : rond avec ses bords arrondis et les cinq histoires regroupées pour faire un joli recueil et puis également les dialogues : pour chaque intervention de Joni ou de Vatanen, leur tête apparaît au départ de leur intervention (malin, pratique et coquin surtout pour les plus jeunes lecteurs).

Un véritable coup de cœur de toute l'équipe et notamment des deux libraires Amandine et Claire, alors n'hésitez plus :
qu'on se le dise Joni et Vatanen sont là !

Jean-Luc

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

La bête est morte

Labêteestmorte.jpg

La bête est morte : la guerre mondiale chez les animaux !
I. Quand la bête est déchainée. II. Quand la bête est terrassée.
Calvo
Editions Gallimard Jeunesse, Réédition Novembre 2007, 26 €

La Bête est morte est une bande dessinée, un album absolument indispensable. De nombreuses fois réédité, ce superbe livre vaut le détour pour de multiples raisons : le thème traité et ce qu'il dénonce ; le dessin de Calvo ; l'originalité du traitement. Plus qu'un coup de cœur, cette superbe édition de la maison Gallimard est un incontournable.

En cliquant sur la suite, découvrez la chronique de l'album et des informations sur l'auteur et le contexte de sa première édition.

Jean-Luc Clerc

Lire la suite

La colère de Banshee

LacoleredeBanshee.jpg

Jean-François Chabas, David Sala
Casterman, janvier 2010, 14,95€

 

Banshee est une petite fille ou l'une des plus puissantes des fées en Irlande, celle qui est la reine des magies, des malédictions... invincible ! Banshee donc : fille ou fée ? Difficile de se faire une idée, tant le texte oscille entre les deux mondes, nous poussant à la confusion, à l'hésitation. La fée tout d'abord, en colère qui court vole à travers les prés dans des décors somptueux avec ses robes merveilleuses et sa chevelure de rêve. Et on se prend à rêver en tournant les pages d'être dans un tableau de Gustav Klimt tant les couleurs dorées, chatoyantes donnent une impression de mouvement, d'instabilité : un régal. Un travail impressionnant sur le graphisme, la couleur, l'or et l'argent pour Banshee qui tranchent avec les bleus, rouges plus profond pour le décor.

Pour nos petites princesses, nos fées si exigeantes dont les colères provoquent parfois des cataclysmes avant de revenir à la raison pour un câlin magique. Pour les illustrations et les couleurs notamment, laissez-vous envoûter par Banshee.

 

Louise

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Peter et la poussière d'étoiles

Peterelapoussieredetoiles.jpg

Peter et la poussière d'étoiles
Dave Barry et Ridley Pearson
Traduit de l'anglais (américain) Raphaëlle Eschenbrenner.
Albin Michel, Collection Wiz, Novembre 2008, 15€

 

Vous vous demandez depuis toujours comment Never Land a été créé ? D'où vient Peter Pan ? Et clochette, les enfants perdus, le crocodile, les sirènes ? Et bien voilà, vous allez tout savoir. Tout, je vous dis. Les deux auteurs de Peter et la poussière d'étoiles Dave Barry et Ridley Pearson l'ont fait pour nous.

Imaginez, six orphelins en route vers le port sous la surveillance du très malveillant sous-directeur de la maison de redressement St Norbert Edward Gremplin. L'aîné, enfin celui qui se réclame être l'aîné depuis toujours est Peter. Ils doivent embarquer à bord d'un rafiot (on se demande vraiment comment il tient encore sur l'eau) appelé le Never Land. Dans le même temps, vous surprendrez dans le port deux marins en train de terminer la mission que leur a confié le second du Never Land William Slank : transporter un coffre mystérieux qui va avoir des effets étranges sur l'un d'eux Alf, en toute discrétion sur le Never Land et non sur la Guêpe l'autre navire qui affrète au même moment. Sur ces navires embarquent en direction de Rundoon dirigée par le sinistre Zarboff III, l'ambassadeur de la reine d'Angleterre Léonard Aster sur la Guêpe, un navire flambant neuf à la réputation de rapidité et sur le Never Land sa fille Molly.

Mais les deux navires à peine partis, se dessinent à l'horizon les ennuis sous la forme et la personne du Diable des Mers dirigé par l'abominable sans foi ni loi capitaine Black Stach. L'impitoyable capitaine veut rattraper la Guêpe pour s'emparer de son précieux chargement : un coffre renfermant un trésor fabuleux !

S'engage alors une course poursuite qui vous conduira sur les mers à bord des trois navires successivement pour découvrir les personnages, leurs envies, leur personnalité, leurs secrets aussi. Une poursuite haletante, pleine de surprises, de magie, de rebondissements avec des marsouins parlants, des transformations étonnantes, un coffre aux effets fabuleux, l'existence des Intercepteurs et des Autres, la découverte de l'île de Mollusque et de ses habitants et jusqu'au terme du roman, du suspens et des idées formidables. Un roman pétillant de malice (les auteurs ont du abuser de la poussière d'étoiles de Never Land), rempli de clin d'œil, d'humour, de références aux mystères de notre planète et de ses légendes, avec une surprise à la fin ! Une entrée en matière particulièrement réussie. Au terme du roman, vous saurez tout sur Peter, Never Land... alors on attend la suite (sortie janvier 2010) avec une impatience non dissimulée : trop bon !

La suite très vite en janvier 2010

 

 

Peteretlevoleurd'ombres.jpg

Jean-Luc Clerc

Les sentinelles du temps Tomes I et II

lessentinellesdutempsI.jpg

Justin Richards
Traduit de l'anglais par Guillaume Fournier
Tome I : l'apprenti. 
Illustré par Raphaël Gauthey.
Milan Jeunesse, Septembre 2009, 5,9 €

« Jamie a un problème. Un gros problème. Il a cessé d'exister. Il n'est pas mort, mais il a disparu aux yeux des autres, aux yeux du monde, comme s'il n'avait jamais vécu. Avec Anna, une mystérieuse jeune fille qui subit le même sort, Jamie va peu à peu comprendre. Comprendre sa mission, son destin et son pouvoir. Le pouvoir des sentinelles du temps. Un pouvoir très convoité par Darkling Midnight et ses ombres... » Cette nouvelle série ne s'embarrasse pas de fioritures. Dès les premières lignes, on se retrouve plongé dans l'étrange : « Tout a commencé le jour où ma vie s'est terminée »...

Les héros s'appellent Jamie Grant, humains comme vous et moi, enfin plus pour longtemps et Anna, égarée de son état depuis ses quatorze ans en 1955. Leur ennemi juré est Midnight ! Ce sinistre individu convoite très vite les pouvoirs de Jamie et veut s'en faire un allié dans la guerre qui oppose l'Assemblée Noire à l'Alliance à laquelle nos héros appartiennent. Un roman très bien écrit, sans temps morts. Des personnages attachants tout en profondeur, dont on découvre peu à peu les différentes facettes de leur personnalité, des trouvailles surprenantes comme la bibliothèque de la fin des temps que vous découvrirez au fil des pages.
Du suspens, qui vous tiendra en haleine de bout en bout, tant ce livre et son histoire sont bien ficelés. Des questions aussi, sur le temps, la possibilité de le remonter, de le modifier avec toutes les conséquences que cela pourrait avoir... Des blessures également comme celle de nos deux héros, toujours vivants, mais effacés de l'histoire réelle, de la mémoire de leurs parents, de leurs amis.

Une mise en place d'un monde étonnant, très bien menée , par un auteur habile et plein d'imagination. Une vraie réussite. La suite dans Les sentinelles du temps : L'assassin.

Mathilde

Lire la suite

Cléofée, Tricoteuse de mots

Cléofée.jpg

Cléofée - Tricoteuse de mots
Lili Pissenlit (texte) , Barbara Brun (illustrations)
Editions MiC_MaC, novembre 2009, 12,9€

Cléofée a le privilège d'appartenir au cercle très fermé des fées. Et comme chacun de ses consœurs, elle a un don, le sien ? Etre le « porte-clef » des mots, celle qui transmet les phrases, les bons mots. Et la voilà très en vogue, qui tricote des créations inédites pour les animaux de la contrée. Mais, même quand on est une fée, on peut gaffer.

Un album de rêve qu'il faut vous procurer de toute urgence, car de deux choses l'une soit l'auteur est Cléofée cachée sous un pseudonyme, soit la petite fée a tissé une écharpe merveilleuse pour son amie qui lui rend hommage. Quel plaisir ! Des commentaires qui glissent, remplis de poésie et de citations rigolotes, qui s'accordent avec les dessins de la deuxième fée de cet album. Les illustrations sont absolument craquantes les musts étant la grenouille ou le cochon, voir la tête du taureau à la fin de l'album....Des images douces et tendres, des couleurs chaudes pour faire de Cléofée, Tricoteuse de mots un petit bijou du genre, un indispensable de toute les bonnes bibliothèques.

Un coup de cœur à partager avec vous .

 

Jean-Luc

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

WonderlandZ

WonderlandZ.jpg

Jean-Luc Bizien
Editions de l'Archipel, Collection ARCHImaginaire, mai 2009, 14€95

 

« Malgré les apparences, Wayne est un dragon. Son plaisir : l'odeur de la peur que les humains sécrètent avant la mort. Sa loi : ne jamais se révéler à eux. A moins de s'assurer de leur totale adhésion... ou d'un silence définitif... »

 

Wayne est donc un dragon. Dès le départ d'ailleurs un dragon en but aux attaques de ses ennemis, car cela devient très vite évident : quelqu'un ou quelque chose lui veut du mal, le veut mort.

Dans le même temps, vous découvrirez Sarah, jeune auteure de roman policier à succès, qui n'a jusqu'alors jamais connu la page blanche, mais qui sèche lamentablement sur son nouveau roman, elle qui rêve de changer de genre et d'écrire un pur roman d'Héroïc Fantasy.

Les chapitres permettent peu à peu de découvrir les principaux protagonistes et leur univers. Vous plongerez avec délice « au pays des Merveilles » et oui celui d'Alice, que Wayne connaît bien pour avoir longtemps fréquenté son auteur au temps de sa splendeur... ce que vous découvrirez au fur et à mesure du roman est surprenant et familier à la fois, comme cette bonne vieille reine de cœur toujours aussi hystérique : « mais qu'on lui coupe la tête !!!!!!! ».

Ne vous leurrez cependant pas : ce roman est tout sauf un conte de fée. Jean-Luc Bizien est bien connu pour ses romans mais également pour être le créateur de nombreux jeux de rôles. Et on sent la patte du maître dans le fonctionnement de l'écriture, nerveuse, rythmée, les changements brutaux entre le rêve et la réalité, le passage d'un monde à l'autre.

Intéressant également cette idée que les dragons ont finalement besoin des humains pour exister : sans les rêveurs, ils disparaissent. Les liens qui se tissent entre les personnages, les histoires qui se croisent s'imbriquent sont complexes et fort bien construites.

 

La présente édition de WonderlandZ, est une version revue et corrigée du roman paru en 2002 aux éditions du Masque qui avait valu à son auteur le prix Fantastic'Arts. Il est le deuxième  titre paru aux éditions l'Archipel da ns leur nouvelle collection ARCHImaginaire avec le roman de Lorris Murail (Ce que disent les nuages, voir chronique sur le site).

WonderlandZ est un très bon roman dans lequel on entre facilement et qu'on n'a plus envie de lâcher. Son écriture nerveuse, nous pousse à vouloir connaître rapidement la suite et le destin des deux principaux protagonistes dont vous vous doutez que les routes vont se croiser et devenir inséparables.

De la magie, du suspens, du rêve, de l'action qui monte parfois en puissance, le tout fait de ce roman une très bonne lecture pour les grands adolescents et adultes.

A savourer.

Côme

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le pétrole, pourquoi est-il si précieux ?

Pétrole.jpg

Le pétrole, pourquoi est-il si précieux ?
Benoît Delalandre
Aurélie Lenoir (Illustrateur)
Tourbillon, Octobre 2009, 10,9 €

La question de départ de ce documentaire pratique est la suivante : « Que se passerait-il si soudain, le pétrole, n'existait plus ? ». C'est à cette interrogation que tente de répondre de façon pratique, ludique et intelligente ce documentaire très bien construit. Des doubles pages illustrées par des schémas pratiques qui permettent de bien comprendre : d'où vient le pétrole ? Comment il est trouvé, foré, transporté ? Qu'est-ce qu'une plate-forme, un oléoduc, une raffinerie ? Ses différentes utilisations, ses dérivés, comme le plastique et ses différentes utilisations sont expliquées de façon cohérente et précise.

Le livre pose également les questions qui dérangent, comme : la pollution ; et après le pétrole ? Et à la fin un peu d'histoire.

Un exploradoc à la hauteur de nos attentes, bien fait, bien construit, intelligent et pédagogique tout en permettant aux plus jeunes grâce aux illustrations malicieuses sous la forme de bande-dessinée de suivre le propos et de prendre conscience des enjeux posés par la question de départ.

Un bel outil sur une question d'actualité brûlante.

Joseph

Publié dans #Documentaires, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Deux Cierges pour le Diable

Deuxciergespourlediable.jpg

Laura Gallego Garcia
Traduit de l'espagnol par Faustine Fiore
Editions BAAM, juin 2009,15€

 

« De nos jours, plus personne ne croit aux anges, même s'il ya des gens qui croient aux démons. Pourtant les anges existent vraiment. Ils ont toujours existé. Comme je le sais ? Parce que mon père en était un. Avant d'être assassiné. Je n'ai désormais plus qu'une idée en tête : trouver le démon qui a fait ça et le tuer de mes propres mains. »
Ce roman de Laura Gallego Garcia nous entraine à travers l'Europe et le monde à la recherche des assassins de l'ange Iah-Hel le père de Caterina. Drôle de gamine que cette adolescente qui peut paraître un peu perturbée, mais on le serait à moins : elle est la fille d'un ange et n'a jamais connu sa mère. Elle a suivit son ange de père dans ses déplacements jusqu'à son assassinat quelque part en Pologne.

A partir de là les évènements vont s'enchaîner et nous permettre de découvrir avec effarement parfois effroi que notre monde est peuplé d'anges et surtout de démons. Vous apprendrez peu à peu pourquoi les anges souffrent d'une mystérieuse maladie la Plaie et qu'ils disparaissent peu à peu, et pourquoi les démons poursuivent leur lutte ancestrale contre les anges.
Combats à l'épée, pouvoirs, secrets bien gardés et enfuis dans le temps, complots entre les factions de démons pour détrôner Lucifer, mais également histoire des anges et des démons. Vous croiserez au fil des pages les anges Yeiazel, d'autres moins connus dépressifs ou perdus dans ce monde pollué par les hommes et en cours de destruction, mais également Métatron le roi des Anges, et les archanges Michel, Uriel ou Gabriel. Mais ce livre regorge également de démons qui ont souvent le rôle principal comme Angelo, Lucifer, Nébiros, Azazel, Nergal, Orias l'oracle et bien d'autres.
Ecrit à la première personne, Deux cierges pour le diable met donc en lumière le destin de Cat, jeune femme à l'ascendance très particulière, sa vie mouvementée et sa recherche désespérée pour la vérité : qui a tué son père et pourquoi ? Pourquoi les anges et les démons poursuivent-ils leur combat ? Quelles sont leurs origines ? Le livre pose la question des liens d'amitié, de confiance entre les différents protagonistes, mais également en toile de fond le rôle des hommes sur la terre, sa pollution et sa destruction progressive pour laquelle il faut faire quelque chose d'urgence. Une histoire également sur la mémoire et l'intérêt de sa transmission aux générations futures.

Il est toujours difficile d'aborder un autre roman (voir sur le site les chroniques de la Tour) d'un auteur qu'on apprécie particulièrement. Laura Gallego Garcia nous offre ici un nouvel opus à la fois fidèle à ses histoires précédentes et différent par sa trame et son rythme. Peut être déstabilisant au départ, le roman monte en puissance et si vous aimez les histoires d'anges et de démons vous ne serez pas déçus et irez au terme de ce très bon roman sans gros efforts. De nouveau un très bon moment de lecture.

Joseph C.

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11 janvier 2010

La douane volante

Ladouanevolante.gif

La douane volante
François Place
Gallimard Jeunesse, janvier 2010, 13,5€

 

Début janvier, la nouvelle tombe, un nouveau François Place arrive. Fin prêt j'attends la sortie et là : étourdi que je suis, ce n'est pas un album ! Et si comme moi vous attendiez également les sublimes illustrations de François Place, vous allez devoir vous contenter de la couverture (petite consolation). Car c'est fait, il est passé au roman et quel roman. Votre premier moment de déception quand aux images sera vite effacé, happé que vous serez dès les premières lignes.

Faites la connaissance de Gwen le Tousseux, cet adolescent souffreteux aux bronches fragiles qui va mal supporter son premier voyage en mer et être sauvé par le rebouteux du coin le père Braz. Grandir dans ces conditions, difficile, et la vie n'est pas tendre avec Gwen, en cette veille de la première Guerre mondiale. Et alors que certains de ses camarades du même âge, certains de ses bourreaux vont partir au front,  lui ? Lui, va ...

Et là tout bascule, au rythme de l'Ankou et de sa charrette, Gwen va devenir Gwen de Waarm « protégé » par Jorn le garde côte qui va devenir douanier. Un des membres de la redoutable douane volante qui quadrille la totalité du pays en contrôle les entrées et surtout en empêche les sorties.

Un univers fantastique va se dérouler sous vos yeux impatients : de la tendresse avec Silde ou Saskia ; des sourires avec l'insupportable pilbil siffleur drogué aux graines de soliris mélancolique imbibées de genièvre ; les terribles Jardins de Sel ; tout un éventail de personnages comme Nez-de-Cuir, Tord Boyaux, les contrebandiers, Yvon , les enfants, les médecins de la ville (les personnages de Molière ne sont pas loin).

François Place signe ici une fresque magnifique et vous donnera le sentiment de plonger en apnée tout en douceur, avec l'envie de ne rien lâcher, avec ce sentiment de retrouver de loin en loin un univers familier et nouveau à la fois. L'auteur nous livre ici une vision cruelle des hommes, sombre souvent, avec un héros, Gwen, qui va affronter la cruauté, la lâcheté, la fatalité et le sentiment que rien jamais ne change et que tout peut se répéter. Ce premier roman est un plaisir rare, à savourer sans modération, grâce à François Place l'année 2010 commence fort et bien. Quel bonheur ! A lire, relire et offrir.


A dévorer sans attendre et sans modération !

 

Jean-Luc Clerc