Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 août 2009

Le cadeau de mémé loup

couv meme.gif
Didier Dufresne

illustratrice : Armelle Modéré
Atelier du Poisson Soluble. 14 E


Voici un album qui ne paye pas de mine, mais qui nous réserve bien des surprises...
Il utilise le procédé classique du conte de randonnée : le loup reçoit un cadeau de la part de sa grand-mère ; Il se réjouit mais lorsque il ouvre le paquet, dont le contenu reste secret pour le lecteur, « Quelle horreur ! » C'est alors que commence le parcours de ce maudit cadeau.
Invité à l'anniversaire de Balibal le lendemain, notre loup décide de le lui offrir. Le cadeau passe alors de mains en mains, tantôt refilé en échange d'un service, tantôt abandonné, volé...Mais chaque jour, tous les animaux éprouvent le même sentiment de répulsion et une violente envie de le détruire  en découvrant son contenu! Le mystère du cadeau s'intensifie jusqu'au dimanche où le loup le retrouve déposé devant sa porte... Les illustrations en décalage avec le sens du texte renforcent la duplicité des personnages. La chute hypocrite et inattendue (que je ne vous dévoilerai pas !) nous abandonne lâchement à notre imagination. Un cruel plaisir !

 

Claire Bretin

 

Publié dans #Albums, +critiques des libraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Momo

couv momo.jpg

Michael Ende

Traduction Corinna Gepner

Bayard jeunesse, collection Estampille - 13,90 E.

 

Les éditions Bayard jeunesse nous permettent de (re)découvrir ce magnifique roman de Michael Ende paru pour la première fois en 1973.

Momo, petite fille sans âge et sans famille, s'est installée dans un amphithéâtre en ruines près d'une ville, après s'être échappée de l'orphelinat. Les citadins sympathisent avec elle et décident de l'aider, en lui aménageant la cavité de la scène ; chacun lui apporte à manger, tandis qu'elle apporte bonne humeur et réconfort. Tout le monde apprécie cette enfant, qui vit avec peu de choses comme Diogène dans son pithos. Beppo le balayeur et Gigi le conteur deviennent ses meilleurs amis. Dotée d'un humanisme hors pair, Momo sait écouter les autres et offrir de son temps. Elle est devenue une sorte de Pierre de patience : les gens vont se confier facilement à elle quand ils en ressentent le besoin.

Mais l'arrivée des messieurs gris va bouleverser la ville.

Ces hommes gris portant toujours chapeau et cigare existent grâce à la collecte qu'ils font du temps humain. Ils proposent aux habitants d'ouvrir un compte Epargne Temps. Il faut alors optimiser l'utilisation de son temps et ne plus le perdre à bavarder ou aider son voisin. Momo se retrouve seule ; il lui faudra l'aide de Maître Hora et de sa tortue Cassiopée pour tenter de rétablir la situation.  

Ce roman dénigre une société dans laquelle tout le monde court après le temps sans regarder autour de lui. Toutes les richesses de l'humanité sont réunies dans cette aventure fantastique et originale. Il en existe une adaptation cinématographique de Johannes Schaaf sorti en 1986.

 

Claire Bretin

Publié dans #romans junior, +critiques des libraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Michel le mouton qui n'avait pas de chance

couv mouton 2.jpg

Sylvain Victor

éditions Thierry Magnier - 12.50 E

Michel n'est pas un mouton comme les autres. Ce doux rêveur, amateur de framboises, ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Ainsi, les situations se succèdent et chaque fois, « Michel pense qu'il n'a pas de chance », enfin c'est ce qu'il croit. 

En fait, les illustrations de Sylvain Victor nous montre dans le dos de Michel ce qui lui serait advenu s'il avait suivi le troupeau... Il évite ainsi les pires catastrophes sans le savoir, en toute simplicité, pour finir par une belle rencontre !La richesse de ce petit album plein d'humour tient dans le décalage entre ce que nous raconte le texte et ce que nous montrent les images.

Tandis qu'il voit d'autres livres retourner dans les cartons, peut-être que Michel pense qu'il n'a pas de chance...

 

 Claire Bretin

Publié dans #Albums, +critiques des libraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

20 août 2009

Litli Soliquiétude

couvlitli.gif

Catherine Leblanc

Illustrations Séverine Thevenet

Où sont les enfants ? - 24 €

 

Un livre imaginé autrement. Un émerveillement.

Il n'y a qu'un tableau dans la chambre en noir et blanc de Litli, c'est un paysage, presque irréel, d'une montagne verte. Litli se lève, change de bonnet et enfile son sac à dos. « Si tu regardes longtemps, même une pierre finit par s'ouvrir. » Litli tombe sans peur et atterrit là où les couleurs prennent vie. Sous ses pas la terre prend forme et le monde s'illumine en soliquiétude.
Avec ce dixième livre - et sûrement le plus beau à ce jour - les éditions Où sont les enfants ? nous plongent dans les merveilleux paysages volcaniques de l'Islande grâce aux photographies de Séverine Thevenet. On est heureux que Séverine ait trouvé Litli sa marionnette dans un vide grenier à Caluire car, avec elle, l'Islande devient moins lointaine et obscure.
Séverine est en effet mariographe : photographe et marionnettiste, et c'est grâce à ce doux mélange que cet album nous transporte si loin. Le texte de Catherine Leblanc s'ajoute à ces deux éléments dans une formidable symbiose, qui ne fait qu'accroître la quiétude de cette douce aventure.


Céline Gauthier

 

Publié dans #Albums, +critiques des libraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

T'es fleur ou t'es chou ?

couvfleurchou.gif

Gwendoline Raisson

Illustrations de Clotilde Perrin

Rue du Monde - 12 €

 

T'es fleur ou t'es chou ? Quel bonheur de retrouver un nouvel album illustré par Clotilde Perrin chez Rue du Monde !
Après Le Colis rouge, génial album sans texte, voici T'es fleur ou t'es chou ? Avec cet album, on apprend comment sont les garçons et comment sont les filles. Les garçons, ça naît dans les choux, ça aime le bleu, les tracteurs, les chevaliers et surtout ça ne joue jamais avec les filles ! Les filles, ça naît dans les fleurs, ça aime le rose, les poupées, les poneys et surtout ça ne joue jamais avec les garçons ! Mais Maël, il a un nom de fille et de garçon, il est costaud mais il aime les bisous... Alors où est-il né ? Dans un chou-fleur, pardi !
T'es fleur ou t'es chou ? est un petit album astucieux, drôle, tendre et, pour nous libraires jeunesse, une super alternative à la demande, malheureusement récurrente, du « Je veux un album pour une fille ou un album pour un garçon. » Eh oui, finalement un album, ça naît aussi dans les choux-fleurs, non ?

 

Céline Gauthier

 

Publié dans #Albums, +critiques des libraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

13 août 2009

Ogrus Histoires à digérer

couvogrus.gif

Grégoire Kocjan

Illustrations Pauline Comis

L'atelier du poisson soluble, coll. En Queue-de-poisson - 14 €


À dévorer ! Des contes loufoques de monstres, de géants et même de moutons, la collection En queue-de-poisson aux éditions de l'Atelier du poisson soluble, nous a habitués à beaucoup d'histoires tordantes et étonnantes.
Voici le dernier venu, Ogrus, recueil d'histoires à digérer, d'Odieux Goinfres Repoussants, Ultra-méchants et Stupides. Alors nous voilà prévenus ! Une préface haute en couleur d'un célèbre chasseur d'ogres continue de nous mettre en garde. Il affirme que ce livre n'est qu'un plagiat au « style littéraire aussi douteux qu'une diarrhée » !
Sans nul doute les seize petites histoires d'Ogrus coulent (mais pas toujours dans le bon ordre !) en attrapant au passage tous les travers de notre société, de la dégradation de la planète au culte de l'apparence en passant par la maladie. Nos héros, sous les traits d'ogres plus ou moins méchants, plus ou moins attachants mais toujours cruels, se jouent des contes comme de la réalité. Mais comme le dit notre auteur (ogre lui-même), la réalité n'est-elle pas toujours cruelle et ne devons-nous pas la réinventer ?
Ogrus permet de rire du début à la fin, de ne pas s'ennuyer et surtout de ne pas oublier que chacun peut être un ogre de 6 à 106 ans !

 

 

Céline Gauthier

11 août 2009

Mission bouille de grenouille

couv bouillegrenouille.gif

Muriel Kerba

Gautier-Languereau - 13,50 €


Nouma vit dans un immeuble dont les habitants viennent de tous les horizons. Tout le monde s'entend bien, excepté la voisine du troisième : Germaine, vieille dame qui ne parle à personne et qui a une tête de grenouille. Or, un jour, Germaine glisse et se casse la jambe. Elle est bien obligée d'accepter la solidarité de ses voisins pour son transport, ses courses et les menus services effectués par les enfants. Nouma est chargé du journal, Louise et Victor du pain et Victor de son courrier.
Ce dernier se rend vite compte que personne n'écrit à Germaine, il trouve cela triste, en parle à ses copains et la mission Bouille de Grenouille peut commencer... Germaine deviendra la « mamie Gâteaux » de l'immeuble et reprendra goût à la vie.
Grâce aux illustrations de Muriel Kerba, qui mêlent couleurs vives, papiers rétros déchirés et dessins très vivants, on entre facilement dans cet univers chaleureux. La solidarité, la générosité et la différence sont traités avec justesse, sans en faire trop, ce qui rend cet album très agréable à partager.

 

Delphine Vacheron

 

Publié dans #Albums, +critiques des libraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

19 juillet 2009

Le Lapin en peluche

9782211091886.jpgKomako Sakaï, Margery Williams
Traduction Adolphe Chagot
L’École des Loisirs - 12,50 €

Il était une fois un lapin en peluche qui avait entendu dire par un autre jouet, le sage Cheval de cuir, que, quand on est aimé suffisamment longtemps par un enfant, on peut devenir vivant… Komako Sakaï, illustratrice japonaise revisite ce merveilleux classique de la littérature anglaise. Il y a un peu de Michka, un peu de Pinocchio dans l’histoire. Komako Sakaï aime les lapins : qu’on songe à Jour de neige et Moi ma maman. Ici, lorsque le lapin en peluche rencontre les lapins ou encore lorsqu’à la fin de l’histoire la fée de la chambre d’enfants le rend vivant, le charme opère. La tendresse et la douceur sont les maîtres mots. Et nous nous surprenons à regarder les peluches de nos enfants différemment : et si c’était vrai ?
Avec les illustrations de Jour de neige, d’Un amour de ballon (parus précédemment à l’École des Loisirs) et de cet album, Komako Sakaï nous transporte dans le monde de la petite enfance, de l’émerveillement, du rapport à la nature. Entre réalité et fantastique comme dans La Fée des renards, Le Lapin en peluche est une belle réussite ! À relire et à découvrir !

Sophie Serindat

Publié dans #Albums, +critiques des libraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18 juillet 2009

Le Bufflon blanc

9782355040351.jpgFabienne Thiéry
Illustrations Judith Gueyfier
Rue du Monde - 14 €

La fable chinoise du bufflon blanc.
Comme tous les ans, depuis cinq ans, les éditions Rue du Monde et le Secours Populaire français ont sélectionné deux ouvrages pour la géniale initiative de l’Été des Bouquins Solidaires.
Cette année, la Chine est à l’honneur (surprise ?) avec un recueil de contes illustrés par Vanessa Hié et un album, Le Bufflon blanc.
Fabienne Thiéry a su fouiller dans la multitude des fables laissées par Lie-Tseu pour nous en extraire cette pépite de tolérance et de sagesse.
Lie-Tseu (né 450 ans avant l’ère chrétienne) fut l’un des fondateurs du taoïsme, un taoïsme populaire et étonnement magique dont chacune de ses fables trouvait un enseignement pratique dans la vie quotidienne de la Chine d’il y a 1 500 ans.
Ici, avec un texte très vivant de Fabienne Thiéry et les illustrations toujours aussi superbes de Judith Gueyfier, l’histoire du Bufflon blanc résonne comme un espoir de paix et de sagesse dans notre monde actuel.
Dans un village de fermiers, un bufflon blanc voit le jour. Mais quelle chose étrange, là où tous les bufflons ont toujours été noirs ! L’on songe à un mauvais présage et, malgré l’optimisme et les bons conseils du Sage, Li et Lu tombent malade : l’un perd l’ouïe, l’autre la vue ! Mais la guerre éclate, elle dévaste tout : le rouge puis le noir s’installent dans les illustrations de Judith Gueyfier, habituellement si douces. À la fin de la guerre, il ne reste plus que deux hommes, Li et Lu. Avec le retour du printemps, ils recouvrent leurs sens et les reconstructions peuvent alors commencer. Depuis ce jour, la différence est vue comme une chance, comme un présage de bonheur.
Un des enseignements de Lie-Tseu (chapitre 7 du Vrai Classique du vide chez Gallimard) concernait le voyage : « Le but suprême du voyageur est d’ignorer où il va. Le but suprême de celui qui contemple est de ne plus savoir ce qu’il contemple. Chaque chose, chaque être est occasion de voyage. »
Le Bufflon blanc réussit ce tour de main de nous faire voyager là où l’on ne s’y attendait…

Céline Gauthier

16 juillet 2009

Terre-Noire, t. 1 : les Exilés du tsar

9782081219793.jpgMichel Honaker
Flammarion - 13 €

Le jeune Stepan, musicien prodige recueilli par la baronne Danilov, obtient un franc succès lors de la représentation de son ballet le Chat botté, à Saint-Pétersbourg. Sa réussite attise les jalousies au sein de sa famille adoptive ; seules la baronne et Natalia, sa cadette, l'aiment et le soutiennent. Mais l'orgueil, la soif de pouvoir et de richesses de certains vont obliger Stepan à quitter ce qu'il aime le plus : Natalia et son domaine de Terre-Noire, que la Baronne lui avait légué.
Spolié, trahi, réduit à néant, l'exilé prendra la route de l'Europe et gardera à jamais une haine contre ceux qui l'ont anéanti. Le retour n'en sera que plus intéressant.
La trilogie Terre-Noire avait paru chez Rageot dans les années 1990. Michel Honaker explique en avant-propos les raisons qui l'ont poussé à reprendre de fond en comble la rédaction de cette trilogie. Et son travail de réécriture est un vrai régal. On se retrouve happé par cette atmosphère russe de la fin du xixe siècle, où les prémisses de la révolution commencent à apparaître.
Le récit est un mélange de journaux intimes tenus par les deux personnages principaux et de correspondances entre les différents protagonistes de l'histoire. Cette structure, qui aurait pu être confuse sans le talent de l'auteur, donne au texte un rythme haletant. Grâce à ces perspectives différentes, l'histoire s'enrichit d'événements et d'émotions, créant un suspense certain.
On retrouve, dans ce premier tome, le souffle épique d'un Comte de Monte-Cristo. Tous les éléments sont mis en place pour nous faire languir de connaître la suite...

Delphine Vacheron

 

Publié dans #Ados, +critiques des libraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook