Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 juin 2024

La piste des larmes

Connaissez vous la piste des larmes  de sinistre mémoire symbole du calvaire des premières nations de l'Amérique du Nord face à la conquête de l'ouest ? 

 

71mqFiEU19L.jpg

 

Diwali et Adsila sont Cherokees, Indiens de l’Amérique du Nord, ils vont subir de plein fouet avec les leurs et les autres tribus l’avancée inexorable des hommes blancs lancés dans la conquête de l’Ouest et dans l’organisation de ce qu’ils considèrent comme étant leur territoire. La conquête de l’Ouest et ses fantasmes occidentaux, souvent très éloignées de la sinistre réalité de ce qu’ont subi les vrais propriétaires des lieux. C’est leur histoire qui vous est en partie contée avec : La piste des larmes. 

L’album commence par un décalage, celui des images, de la violence de la conquête et le texte qui lui nous parle des traditions indiennes et de leur image de la création de la terre et de la vie et se termine trois pages plus loin par cette phrase : « l’homme blanc ne sait pas lire les montagnes. Il ne comprend pas son histoire ».

Commence alors le suivi d’une course poursuite, de tribus déplacées, d’hommes et de femmes malmenées, enfermées dans des camps, emportés loin de leur lieu ancestral de vie. De la violence, de l’acharnement, du désespoir, la maladie qui s’installe dans les camps de détention, les tentatives d’évasion le plus souvent vouées à l’échec. Des hommes et des femmes séparées des leurs, parfois pour toujours et l’arrivée loin de chez eux où tout est à refaire, loin des montagnes des histoires de leur monde, à tel point que comme le dit l’un des protagonistes, on leur a volé leurs terres, leurs vies mais aussi leur histoire, leurs traditions et qu’ils n’auront plus rien à transmettre à leurs descendants : terrible constat. L’influence et l’exploitation de l’homme blanc sur ces hommes et ces femmes c’est aussi le désespoir et l’alcoolisme galopant qui s’empare de nombre d’entre eux. 

Ce magnifique album aux illustrations puissantes d’où les tonalités d’ocre et de jaune ne sont jamais très loin est une pleine réussite. Il nous permet de suivre et de découvrir parfois aussi ce que fut l’une des réalités de la conquête du territoire étatsunien le long de ce qu’on appelle désormais La piste des Larmes  de sinistre mémoire, commencée au milieu du XIXème siècle. Officiellement reconnue par le Congrès américain en 1987 avec la réaction d’un sentier histoire national qui traverse différents sites historiques et musées. En 2009, le Sénat américain présente une résolution où sont formulées des excuses de la nation américaine aux descendants des déportés de 1838. 

On apprécie particulièrement aussi les dernières pages qui reprennent l’ensemble du parcours avec une carte et des informations historiques précises ; la présentation des personnages et la chronologie très bien faite avec les indications dans la BD qui permettront au lecteur attentif de replacer certains épisodes de ce qu’ils viennent de lire dans le cycle global. 

Passionnant, beau et très réussi

Jean-Luc 

 

71mqFiEU19L.jpg

 

 

 

 

La piste des larmes 

Séverine Gauthier

Illustrations : Stéphane Soularue

Editions Nathan bande dessinée, 18 avril 2024, 23 €

Mercredi musique, tome 2

Le bonheur de retrouver Arsène et ses amis. La joie de suivre cette nouvelle aventure. Le plaisir d'écouter de la musique grâce aux QRcode qui se suivent dans l'album. 

 

tome2.jpeg

 

Quel plaisir de retrouver la bande du conservatoire avec Nina et Arsène le jeune violoncelliste muet qui va devoir dans cet épisode prendre sur lui.  En effet les inscriptions pour le Grand concours des jeunes talents sont ouvertes et Arsène habitué à jouer en solo va devoir prendre sur lui pour accompagner Hugo, jeune hautboïste doué mais tellement ambitieux qu’on doute très vite que les deux puissent fonctionner, d’autant que le professeur d’Hugo prend partie systématiquement pour son poulain et maltraite notre cher Arsène jusqu’à le pousser à l’abandon. Mais, l’équipe du conservatoire, la famille, le professeur et les amis d’Arsène sont-ils prêts à laisser faire ? 

C’est une belle histoire d’amitié encore, d’adultes et de jeunes adolescents qui ont des valeurs, des principes forts et beaux. Une histoire d’engagement, parce que la musique, affronter un public cela est un vrai effort et puis aussi une histoire d’évolution des personnages qui acceptent de se remettre en cause pour le bien du groupe. Bien évidemment grâce aux QRcodes vous pourrez écouter de superbes extraits. Les illustrations donnent vie à tout un ensemble particulièrement efficace et attachant et Arsène est décidément notre héros de coeur. A lire et partager. 

 

Jean-Luc 

 

tome2.jpeg

 

 

Mercredi musique, tome 2 

Lisette Morival 

Illustrations : Clotka

Editions Nathan bande dessinée, avec la participation de l’Orchestre National de France, 4 avril 2024, dès 8 ans, 13,95 €

 

 

D'un clic sur le visuel retrouvez le tome 1 

 

tome1.jpeg

18 juin 2024

Verts

Eblouissante de beauté et d'intensité : une merveille ... 

 

61tJP6n6Z-L.jpg

 

La terre vue du ciel, les satellites, les villes immenses, les tours, les autoroutes peuplées de voitures, les avions et puis un main qui surgit de la page suivante avec un insecte dans la main, la nature, un arbre, des racines qui débordent largement le spectre normal de diffusion et qui se mettent à courir partout sous les routes … des planches sans paroles … et puis les quatre saisons vont commencer à défiler. 

D’abord l’automne : Un père avec son fils dans l’attente de nouvelles de l’hôpital où se trouve leur mère et épouse dans le comas ; des voisins étranges qui paniquent parce que le père de Clarence a vu leur bébé qui a une drôle de feuille qui pousse sur son nez comme pour d’autres bébés visiblement. La presse s’empare du phénomène, les rumeurs courent, la population s’inquiète, la peur et les réactions de rejets se multiplient. 

Puis, vient l’hiver : et là encore certaines plantes n’arrêtent pas de pousser provoquant l’agacement, l’étonnement de beaucoup alors que d’autres trouvent qu’ils les protègent. Pourtant, les végétaux semblent tout envahir provoquant manifestations et groupes sur les réseaux pour en parler et organiser ce qu’ils appellent la résistance. Partout l’angoisse monte, les humains adultes se mettent à muter aussi avec des excroissances végétales. Et partout la vie change et les transformations sont absolument magnifiques, on en oublierait presque d’être inquiet avant l’arrivée du printemps …

Beaucoup d’humains ont muté, d’autres devient extrêmement violents et veulent tout détruire. Le père de Clarence n’y arrive plus, sa douleur de perdre sa femme dans le comas, peu à peu le rend fou, le font prendre des décisions absurdes, extrêmes… et partout dans ces pages en noir et blanc les plantes, les fleurs, les branches poussent, rendent les humains qui mutent, tellement beaux, tellement différents, tellement heureux. 

Enfin l’été et au détour d’une page, la couleur envahit les pages, de nouveaux la fin des dialogues et dans cette foret luxuriante et pleine de vie, presque dérangeante à l’épreuve de la couleur, Clarence et la jeune fille du début volent d’arbres en arbres, beaux, ne faisant qu’un avec la nature …

Cet album est totalement bouleversant, par l’histoire qu’il nous conte, par la beauté éblouissante de chacune des pages, par les transformations, les compromissions, la nécessité de passer au-delà des peurs. La couverture surement avait attiré votre attention, sublime, l’intérieur est à l’unisson et monte en puissante et on en sort le coeur battant avec ce sentiment que nous ne sommes pas prêts d’oublier les images imprimés sur notre rétine et les émotions qui en sont nées. Une fable étonnante sur ce que nous sommes, ce que nous pourrions être et le rappel de nos liens essentiels avec la nature. Absolument indispensable et splendide. 

 

Jean-Luc 

 

61tJP6n6Z-L.jpg

 

 

Verts 

Scénario : Patrick Lacan et Marion Besançon d’après un récit de Patrick Lacan

Dessin et couleur  : Marion Besançon 

Editions Rue de Sèvres, 15 mai 2024, 28 €

Retour à Lemberg

Brillante cette bande dessinée fleuve doit retenir toute votre attention et nous rappeler peut-être encore plus aujourd'hui les faits et la mémoire de l'Histoire. Magnifique travail de transformation en BD et d'édition : Bravo ! 

 

71ENbN37+3L._SL1500_.jpg

 

Du livre événement de Philippe Sands  est né cette bande dessinée fleuve qui nous entraine dans l’Histoire et celle de la famille de l’avocat international.
Une invitation en 2010  pour donner une conférence sur les travaux concernant le génocide et les crimes contre l’humanité à Lviv et un retour aux sources sur les origines familiales de l’avocat qui vont entrer en lumière et ne plus le quitter pour une enquête pharaonique, dans les archives, la rencontre des derniers témoins, les mémoires assoupies et l’Histoire de cette catastrophe que furent la Shoah par balle et dans les camps de la mort. 

L’album est divisé en grandes parties qui n’en finissent pas de se faire échos. La conférence à Lviv d’abord, puis une plongée dans le passé familial et de l’histoire mondiale : Léon son grand-père qui n’a jamais rien dit, n’as jamais voulu parler de quoi que ce soit  et c’est l’occasion (en évoquant ses origines) de repartir du début du XXème siècle et de rappeler que la région de Lemberg devenue Lviv a été occupée, prise et reprise par de multiples acteurs (les adultes et les plus âgés des lecteurs pourront trouver profit de la lecture de l’excellent titre de l’historien Omer Bartov Anatomie d’un génocide).  Ainsi avec l’auteur on remonte le temps et on découvre peu à peu des facettes de la vie de ses grands-parents et de sa famille disparue dans l’horreur.
On retrouve aussi les vies et les destins d’hommes et de femmes de la région comme Hersch Lauterpacht ou Raphaël Lemkin, formés au droits dans la même universités et qui sont à l’origine de la construction du droit international d’après-guerre au moment de Nuremberg notamment et pour Lemkin de la notion de génocide. Des hommes et des femmes qui renaissent au fur et à mesure des recherches de Philippe Sands, des gens biens, emportés par la tourmente de l’Histoire, les destins, les amours brisés, des familles évanouies dans les cendres de camps ou la boue des fosses à l’est de l’Europe. Patiemment l’auteur rencontre des descendants, des témoins des procès, le fils d’un des condamnés de Nuremberg qui a renié son père. Une large part est également faite au procès de Nuremberg, à ses enjeux et à Hans Franck ancien gouverneur général de Pologne. Pour chacun d’eux on remonte aux origines (quand l’auteur le peut) et on découvre la complexité des situations à l’est, l’étau qui s’est refermé sur les communautés juives et très vite l’impossibilité de fuir.  Cette reconstruction minutieuse et passionnée fait rencontrer la vie de la famille de l’auteur avec la Seconde Guerre mondiale dont ils ont été les acteurs, souvent victimes. C’est un véritable puzzle passionnant, ardu que nous proposent les auteurs de la BD et nous permet aussi de comprendre un peu mieux les enjeux de la construction du droit international. 

Passionnant, bluffant par les illustrations en noir et blanc et leur minutie des décors, des costumes et des évènements de l’époque, ce très long récit est totalement réussi et nous donne à réfléchir et à comprendre notre monde contemporain, on oserait l’espérer d’éviter de commettre à nouveaux les mêmes erreurs. On retrouve avec une grande émotion la magnifique photographie de Léon et Rita le jour de leur mariage, essentiel pour bien comprendre qu’ils ont été des gens comme les autres, jusqu’au moment où d’autres en ont décidé autrement. Les photographies de la fin du dossier sont un vrai plus, une trace de plus dans cette mémoire qui ne doit jamais s’éteindre. Une bande dessinée essentielle et brillante à mettre entre toutes les mains en âge de comprendre.  

 

Jean-Luc 

 

71ENbN37+3L._SL1500_.jpg

Retour à Lemberg 

D’après le livre de : Philippe Sands

Adaptation et scénario : jean-Christophe Camus 

Dessin : Christophe Picaud 

Editions Delcourt, 24 avril 2024, 34,95 €

 

Livres de Philippe Sands : Editions Albin Michel, Août 2017, 23 € ; le livre de poche, 18 septembre 2019, 10,40 €

 

81KNuQSxOKL._SL1500_.jpg

 

Astrid Bromure, tome 8 : comment filouter les lutins

Elle est de retour et nous on ADORE ! 

 

Astrid8.jpeg

C’est déjà le huitième tome des aventures d’Astrid Bromure. Cette fois-ci, notre chipie préférée va affronter une bande de lutins déchaînés. C’est parti. Invitée en Ecosse chez son oncle, elle doit d’abord affronter le refus de ses parents. Ceux qui connaissent Astrid savent qu’ils ont souffert et vite capitulé et envoyé leur chère fille s’agiter ailleurs. 

Arrivée au manoir des Mac Muffin, Astrid s’ennuie et les domestiques veillent au grain pour qu’elle ne fasse pas de bêtises. Le major-d’homme lui propose alors de lire les carnets de son grand-père Aonghas. Septique, Astrid va se prendre au jeu et découvrir que les terres rousses que son oncle veut vendre sont en fait peuplées de lutins les Uppies et les Doonies. C’est là que tout va se compliquer et qu’Astrid va entrer en jeu. Une aventure folle, des rebondissements et toujours ces illustrations géniales avec ces cases nombreuses et des personnages et décors de petites tailles donnant l’occasion de multiplier les détails. Vous ne regarderez plus jamais les terres d’Ecosse de la même façon : le petit peuple veille. Une fois de plus une aventure réussie : de la bonne humeur, des inventions, des voyous, des filous, des lutins, et une Astrid au top de sa forme avec son entourage épatant. On adore toujours. 

 

Jean-Luc 

 

Astrid8.jpeg

Astrid Bromure, tome 8 : comment filouter les lutins 

Fabrice Parme 

Couleurs : Véronique Dreher

Editions Rue de Sèvres, 15 mai 2024, 12 €

 

 

d'un clic sur lire la suite découvrez les premières aventures d'Astrid. 

Lire la suite

La forêt de Louison, tome 1 : le mercredi, c’est magique !

Formidable d’imagination et de vie. Bravo ! 

 

81yuRCmWt2L._SL1500_.jpg

Cette bande dessinée pour les plus jeunes est un régal absolu. Tout fonctionne  : faites la connaissance de mamie qui vit avec son chat Gaspard et surtout de Louison qui passe souvent ses mercredi chez elle avec Noham qui est devenu comme son petit frère, c’est le petit fils d’une amie de sa grand-mère. A eux deux, et leur imagination débordante, ils vont partir à la chasse aux fées ; plonger dans la forêt engloutie ; visiter un chêne géant habité notamment par un écureuil collectionneur devenu dingo ; créer des potions magiques ; aller faire un petit tour sous terre puis dans la jungle… autant d’épisodes courts et efficaces remplis d’idées et de découvertes. Le tout est porté, accompagné, enveloppé par les illustrations de Stéphanie Rubini  qui fait un échos parfait au travail d’Esla Bordier . L’ensemble déborde de couleurs, de bonne humeur, de détails, de créatures absolument fantastiques. Un vrai album bonheur qui éclate de joie et de malice : un vrai régal qui vous sortira de la morosité de notre époque en découvrant l’aventure avec vos enfants. Formidable d’imagination et de vie. Bravo ! 

 

Jean-Luc 

 

 

81yuRCmWt2L._SL1500_.jpg

La forêt de Louison, tome 1 : le mercredi, c’est  magique ! 

Elsa Bordier 

Illustrations : Stéphanie Rubini

Editions BD kids, 15 mai 2024, 10,50 €

Le chant des Asturies, tomes 1, 2, 3, 4

Un récit fleuve terminé en quatre tomes sur l'une des révolutions sociale des années 1930. MAGISTRAL 

 

tome1.jpega

Tristan Valdivia est journaliste en 1933 à Madrid. Ayant tout raté ou presque, il décide de retourner dans le nord de l’Espagne là où l’attend son père le marquis de Montecorvo, propriétaire terrien et industriel. Son fils va peu à peu reprendre pied dans ce lieu, nouer des liens avec les ouvriers tomber amoureux…

Mais la révolte groupe, la Révolution sociale n’est pas loin et peu à peu cela va être l’escalade. De tomes en tomes l’escalade se fait, les incompréhensions se muent en hostilité et en haine farouche. Les hommes prennent les armes, les casernes sautent, les troupes doivent intervenir. 

Le tome III devient noir par les illustrations dont les cadres sont drapés de noirs comme si l’obscurité, la violence, le deuil et la violence avaient pris le dessus sur le récit y compris. Les morts tombent à chaque page, la mort est masquée par des grisés foncés qui obscurcissent les visages et les corps touchés. Le tome IV lui apporte vous le verrez le temps des règlements de compte, les vautours tournent autour des affaires qui elles doivent reprendre et les réfugiés dans les montagnes vont connaître divers sorts et situation jusqu’au dénouement final pour Tristan l’un des héros fil rouge de l’histoire. 

Alfonso Zapico dresse avec passion et brio, le récit de cette révolte des ouvriers des Asturies qui préfigurent les luttes sanglantes et dramatiques de la guerre civile espagnole qui amènera les fascistes de Franco au pouvoir.  C’est brillant prenant et ces quatre tomes dont le récit est désormais achevé permettent un suivi en profondeur des villageois, des ouvriers, des luttes intestines, des évolutions des personnages, de leur vie et de leur lutte. Absolument passionnant, tout en noire et blanc ce qui renforce la puissance du récit et lui donne aussi de la profondeur avec un travail sur les blancs, noirs et tonalités de gris qui illuminent les pages et plongent le lecteur au plus près du récit. Absolument fantastique. A lire et faire découvrir surtout par les temps difficiles que vivent nos démocraties. 

 

Jean-Luc 

 

tome2.jpeg

 

Le chant des Asturies, tomes 1, 2, 3, 4  

Récit et dessin d’Alfonso Zapico

Traduit de l’espagnol : Charlotte Le Guen 

Editions Futuropolis, 5 avril 2023 (tome1) 25 € ; 21 juin 2023 (tome 2) 27 € ; 7 février 2024 (tome 3), 26 € ; 1 mai 2024 (tome 4), 26 €

 

tome3.jpeg

 

tome4.jpeg

Au chant des grenouilles, tome 1 : Urania, la sorcière

Une histoire pour les petits, pour rêver et stimuler leur imagination : merveilleusement illustré 

 

817qcLyrNqL._SL1500_.jpg

 

Une forêt profonde et mystérieuse, une vieille sorcière dont les grands se méfient bien qu’ils la sollicitent sans cesse pour son savoir de guérisseuse et sa connaissance des plantes. Pour les petits, elle est formidable, attentive, elle sait capter leur attention et leur raconter les meilleures histoires au monde dont ils raffolent. 

Dans ce petit monde animalier où les plus jeunes adorent jouer va bientôt avoir lieu un concours de pâtisserie l’effervescence est à son comble. 

On aime tout en fait : les histoires qui filent, les bestioles craquantes et attachantes (même l’araignée est sympa c’est pour vous dire) et le cadre idyllique tout en sépia et de loin en loin des pages spéciales sur les secrets de la nature ou des recettes de grand-mère. Un album riche en émotion, tendre et poétique avec des héros croqués avec bonheur par Florent Sacré  qui leur donne un côté totalement attachant. 

Un premier tome très réussi pour les plus jeunes qui aiment les histoires d’animaux avec un minimum de mystère et juste de quoi frissonner parfois. A suivre donc. 

 

Jean-Luc 

 

817qcLyrNqL._SL1500_.jpg

 

Au chant des grenouilles, tome 1 : Urania, la sorcière 

Création du concept et de l’univers de la série : Barbara Canepa

Scénario : Barbara Canepa et Anaïs Halard

Dessin et couleurs : Barbara Canepa et Florent Sacré

Dessin et couleurs des pages « Encyclopédie » : Barbara Canepa et Giovanni Rigano

Editions Oxymore, collection Métamorphose, 29 mai 2024, 14,95 €

Geist Maschine, volume 1

Totalement surprenant, totalement addictif et prenant ! 

 

A1QMdUgfi7L._SL1500_.jpg

Un monde, notre monde ? Après le Multidark. Depuis il ne reste que quelques petits groupes d’humains isolés, en lutte pour leur survie, qu’ils soient normaux ou contaminés par le mystérieux Malmundo. 

Une famille, un père, une mère et deux enfants Sol et Les. Ensemble ils cheminent et cherchent de la nourriture. Mais leur dernière tentative va mal tourner et les deux parents ne pourront pas échapper à une meute de loups déchaînés.  Désormais seuls au monde, il suivent Aiden plus vieux qu’eux et tentent de se trouver une place et de se protéger dans ce monde où tant de pièges, de communautés repliées sur elle-même tentent de survivre, sans pitié pour les autres. Impossible à raconter juste vous dire que l’univers graphique, sombre, mouvant donne le sentiment de progresser en apnée d’où ressortent parfois les visages lumineux et les regards des enfants. Une course poursuite vers l’irréel et ce qui n’existe peut être plus haletante et totalement prenante. A découvrir. 

 

Jean-Luc 

 

A1QMdUgfi7L._SL1500_.jpg

 

 

 

Geist Maschine, volume 1 

LRNZ

Traduit de l’italien : Marc Lesage

Scénario, dessin et couleurs : LRNZ

Modélisation 3D, rigging, shading : Lino Grandi 

Aide aux aplats : Valentina Napolitano et Antonia Nappo

Néologiste : Marco Caizzi

Editions Rue de Sèvres,  20 septembre 2023, 22 €

Gardiens des cités perdues, tome 1. Roman graphique.

Pétillant de magie, de surprise et d'émotions ... que demander de plus. Un passage du roman au roman graphique plus que réussi. 

 

71fbQOy+HtL._SL1177_.jpg

 

 

Après une courte introduction où l’autrice nous dit sa joie de retrouver son univers dans un roman graphique, nous voici partis à l’aventure dans l’univers des Gardiens des cités perdues. Une jeune adolescente, Sophie,  très en avance en terminale, la visite d’un Musée, la fureur d’un prof et l’impossibilité pour elle d’expliquer pourquoi elle est ainsi et se comporte de cette manière étrange. Elle est télépathe et entend tout ce que disent les autres : un bruit infernal. AU musée elle va faire la rencontre de Fitz, qui est comme elle. Enfin comme elle… comment vous dire ? Les minutes qui suivent pour Sophie sont un mélange de mauvais film et de film catastrophe, elle fuit lorsque le garçon lui dit que cela fait douze ans qu’ils la cherchent et éclate de rire quand il lui annonce que lui et elles ne sont pas des humains mais des elfes. Intriguée autant qu’apeurée, elle finit par accepter de lui prendre la main et se retrouve propulsée dans leur capitale Eternalia puis à Lumanaria le monde des Cités perdus dont sont bannis les humains. On suit alors Sophie revenue dans le mondes des humains, sa famille dans laquelle elle se sent encore plus étrangère qu’avant et le lendemain le vieux voisin grincheux qui étrangement va la protéger d’un autre individu dont elle n’entend pas les pensées, comme Fitz la veille. 

Sophie va devoir rester avec ses nouveaux amis, quitter le monde des humains et sa famille, même si c’est déchirant. Le monde des Cités perdues est absolument bluffant, avec une faune et une flore surprenante, des habitants aux capacités étranges et des aspects qui les font ressembler aux humains quand aux rivalités et aux détestations. De nouveaux amis, une nouvelle famille et une nouvelle école Foxfire sont au rendez-vous. 

Un roman graphique, denses avec une histoire folle et pleine de magie et des illustrations qui vous embarquent dans un autre univers coloré, vivant et plein de surprises. La jeune Sophie n’a pas fini de vous surprendre par l’étendue de ses pouvoirs. Superbe ! 

 

Jean-Luc 

 

 

71fbQOy+HtL._SL1177_.jpg

 

 

 

Gardiens des cités perdues, tome 1. Roman  graphique. 

Shannon Messenger

Traduit de l’anglais (Etats-Unis : Mathilde Tamae-Bouhon

Adaptation : Célina Frenn

Illustrations : Gabriella Chianello

Editions Lumen, à partir de 10 ans, 30 novembre 2023, 17 €

Par la force des arbres

« Je me sentais fatigué du monde d’en bas et de moi même, je suis donc monté là-haut. » la nature comme refuge toujours ... 

 

9782810202324_C.jpg

Longtemps que nous voulions vous parler de cette magnifique BD : un homme avec une famille, épuisé par les contraintes et la vie et ses soubresauts, un éleveur qui doit se séparer de son troupeau et la dépression, l’envie d’ailleurs si longtemps continue quand on y réfléchit bien.
Il nous entraîne alors dans une aventure étrange, celle de se construire une cabane, au coeur de la forêt, de vivre avec le quotidien ou presque, de suivre le rythme de la nature, de nous le faire découvrir, animaux à poils à plumes, insectes et toute une faune étonnante qui vit, se renforce, profite les uns des autres. Au fil des pages on se sent comme aspiré et c’est comme si, à l’instar du héros dont la vie défile le long des pages pour mieux nous le faire comprendre, nous profitions à notre tour de cette nature et de ces arbres de chêne magnifique qui nous donnent force et sérénité. Soutenu par les siens il reviendra peu à peu à la vie moderne, mais cela l’album ne nous dit rien ou presque pour savourer encore ce moment suspendu, qui lui a permis de se retrouver homme et vivant. Magnifique tant par l’histoire que les illustrations géniales. 

 

Jean-Luc 

 

9782810202324_C.jpg

 

 

 

Par la force des arbres 

Scénario : Edouard Cortès et Dominique Mermoux, d’après le récit d’Édouard Cortès

Dessin et couleurs : Dominique Mermoux

Editions Rue de Sèvres, 15 mars 2023, 20 €

Les vrais sages disent NON ! 45 philosophes nous invitent à lutter contre les préjugés, les dogmes et les idées reçues

Pour utiliser son cerveau, réfléchir, se poser les bonnes questions et surtout savoir dire NON !
D'actualité en plus ...

 

71V+QXiq+GL._SL1128_.jpg

 

L’autrice de cette formidable BD nos embarque aux quatre coins de la planète et dans le temps pour rappeler que dire non est fondamental. Cela commence dans l’Antiquité avec Diotime et Hipparchie les femmes philosophes de l’Antiquité avant de partir en Asie aux origines de la non-violence. Les Romains bien évidemment et ce diable de Nicolas Machiavel . Au fil des pages on en apprend plus sur les différents courants on parle démocratie avec Alexis de Tocqueville au XIXIème siècle mais aussi on rencontre les anarchistes. Mais plus surprenant peut être pour beaucoup on parle nature avec Rlph Waldo Emerson ou Hanry David Thoreau… On pourrait tous les citer tant c’est passionnant, surprenant et riche, en bref la philosophie ce n’est pas du blabla mais c’est la vie tout simplement qu’on parle science, nature, genre, solidarité. Toujours en recherche de la compréhension du monde, de la vie, on apprend beaucoup dans cette BD illuminée par les illustrations malicieuses et très modernes de Perceval Barrier. Chiara Pastorini, elle nous emporte dans le flot du temps et de la réflexion pour réfléchir et toujours se poser des questions. On aime. 

 

Jean-Luc 

 

 

71V+QXiq+GL._SL1128_.jpg

 

 

 

Les vrais sages disent NON !  

45 philosophes nous invitent à lutter contre les préjugés, les dogmes et les idées reçues

Chiara Pastorini

Illustrations : Perceval Barrier 

Editions Nathan bande dessinée, 21 septembre 2023, 18,90 €

17 juin 2024

Les grands esprits se rencontrent : une histoire des sciences de l’Antiquité à nos jours

Une bande dessinée pour parler sciences et surtout partir à la découverte de leur évolution au travers de femmes et d'hommes exceptionnels. Bravo c'est fantastique ! 

 

71HJXQRBkaL._SL1116_.jpg

Une BD qui parle science à porté des plus jeunes à partir de 8 ans cela ne court pas les rues. C’est le pari réussi de Muriel Guedj  et de Clokta  qui vont vous entraîner au fil des siècles à la rencontre de grands et grandes scientifiques avec l’aide de deux jeunes reporters et de leurs caméraman qui passent d’âge en âge (oui oui ils provoquent parfois un ou deux regards et remarques sur leurs tenus et leurs propos étranges, mais il faut bien trouver un moyen de rentrer dans le temps de manière vivante et intelligente). 

Ainsi vous pourrez partir du monde grec et du miracle grec comme ont dit parfois, mais comme le fera remarquer Thalès de Milet aux jeunes enquêteurs, la science n’a rien avoir avec les miracles, la magie et les croyances. Et c’est parti pour une plongée dans les sciences dynamique et joyeuse. La philosophie de la nature comme les Grecs appelaient la science nous permet de passer de Thalès de Milet un brin farfelu à Aristote, Ptolémée où on parle déjà d’une terre ronde et de géocentrisme, de croiser au tournant d’une page à l’école d’Athènes une invitée spéciale et dérangeante pour ces Messieurs : Hypathie d’Alexandrie. L’école d’Athènes est déjà l’occasion de rappeler le lien fondamental entre les époques, fait avec le rappel du tableau l’école d’Athènes  De Raphaël qui en 1508 rappelle en pleine Renaissance l’importance des sources antiques et de leurs découvertes. 

Un petit tour par le rêve d’amasser toutes les connaissances dans un lieu et la bibliothèque d’Alexandrie. 

  La partie sur le Moyen Age est particulièrement intéressante, elle nous entraîne vers la Maison de la Sagesse à Bagdad sous le règne des Abbassides avec la rencontre des frères Banû Mûsa. Puis au Caire, Alhazen scientifique irakien, auteur d’un ouvrage en 7 volumes, Le Traité d’Optique. On fait un tour ensuite par l’Espagne d’Al Andalus avec Gérard de Crémone au XIIème siècle avec Tolède véritable plaque tournante de la traduction des ouvrages antiques et arabes vers le latin en direction de la renaissance des sciences en Occident. On aime les pages sur les grands inventeurs arabes hommes et femmes et on apprend beaucoup. 

Avec la période suivante intitulée la Révolution scientifique, on va reparler géocentisme pour le contester avec Galilée et des pages passionnantes sur ses théories, les menaces de l’Eglise et son renoncement contraint et forcé. Puis bien évidemment Emilie du Châtelet et ses difficultés à s’imposer en tant que femme tout comme Marie-Anne Lavoisier ou  dans la partie suivante les femmes chirurgiennes qui doivent supporter de certains de leurs collègues masculins, des grossièretés et âneries indignes de scientifiques. 

On adore aussi les pages sur Darwin bien évidemment, notre chouchou ; sur Pasteur (notre local de l’étape) : Marie Curie bien évidemment avant le congrès de Solvay qui marque l’apogée du partage des connaissances entres scientifiques de tous pays avant la rupture de la Seconde Guerre mondiale ; répondre à la question les machines peuvent-elles penser avec Ada Lovelace… 

En un mot : c’est absolument passionnant. L’autrice a forcément du faire des choix déchirants pour ne pas citer tous les scientifiques et toutes les femmes si souvent oubliées de nos livres et manuels d’histoire voir de notre mémoire collective. 

C’est un pari plus que réussi. Le travail d’illustration, avec des personnages bien campés, un trait fin qui offre détails et précisions et le rythme donné par les deux enfants (une fille et un garçon) qui partent à la découverte des sciences, réfléchissent parlent avec les hommes et femmes rencontrées donnent à l’ensemble un rythme, une vie particulière et le sentiment de remonter le temps à toute vitesse certes, mais aussi d’en savoir et découvrir bien davantage. Un ouvrage de haute tenue qui permet à la fois une promenade dans le monde des sciences et une découverte de certaines théories et une envie certainement en grandissant d’aller plus loin à la découverte de ces femmes et de ces hommes et de leurs découvertes qui font notre quotidien aujourd’hui.  Excellent ! 

 

Jean-Luc 

 

 

71HJXQRBkaL._SL1116_.jpg

 

 

 

Les grands esprits se rencontrent : une histoire des  sciences de l’Antiquité à nos jours 

Muriel Guedj

Illustrations : Clokta

Editions Nathan bande dessinée, 12 octobre 2023, 18,90 €

Au coeur des terres ensorcelées

Une histoire et des illustrations totalement bluffantes : gros coup de coeur 

 

au coeur des terres ensorcelées.jpeg

Cette bande-dessinée est somptueuse. Quand s’ouvre l’histoire deux frères et une belle jeune femme rentrent d’un mission pour retrouver leur père le roi qui les avait envoyé chercher un oiseau-chapardeur. Pourtant lorsqu’on prévient le roi il s’inquiète que seulement deux de ses fils ne soient de retour, mais personne n’a de nouvelles du plus jeune, Ethan. Pas réponses mais un retour dans le temps, un mois plus tôt quand tout a commencé. Et là tout va remballer. On aime l’histoire qui mêle  magie ancestrale et défis scientifiques et industriels. Entre deux mondes les frères mais surtout le jeune Ethan va rencontrer un vieil homme possédant une magie puissante et impressionnante, devoir affronter un fauconnier, un empereur noir, retrouver la fille de la princesse de l’eau et ses mystères et vivre mille aventures extraordinaires. Au fil des rencontres les caractères se forgent et on en apprend un peu plus à chaque page sur leur histoire et leur vraie nature. 

L’histoire est belle et nous entraine dans un univers étonnant et mouvant. Les illustrations et les couleurs sont justes bluffantes. Les formes des corps sont fluides, les transformations des corps sont tellement naturelles qu’on s’y perd et qu’on s’y prend au jeu. On glisse dans l’histoire toujours plus loin en ouvrant de grands yeux vers une fin étonnante et belle. 

Maria Surducan  est roumaine, elle est l’une des cheffes de file de la nouvelle générations d’artistes roumains et s’est emparée des contes roumains répertoriés par Peter Ispirescu. Tous les deux sont présentés dans un dossier passionnant à la fin de l’ouvrage.
Une bande-dessinée superbe qu’il faut découvrir de toute urgence. 

 

Jean-Luc 

 

au coeur des terres ensorcelées.jpeg

 

Au coeur des terres ensorcelées  

Scénario dessin et couleur : Maria Surducan

Inspiré des contes répertoriés par Peter Ispirescu

Editions Les Aventuriers d’Ailleurs, 2 mai 2024, 16,90 €

Publié dans #Ados, #bandes dessinées | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mon coeur

Le dernier Mini Bulles de la semaine avec un moment absolument magique à partager sans tarder... 

 

41hYU3OAd1L.jpg

 

De la poésie pure pour cet album merveilleux de douceur et de magie douce. 

Antoine Guilloppé  sait comme personne nous entrainer derrière son petit ours blanc dont le coeur bat un peu vite pour une autre espèce, au point de vouloir la protéger, de jouer avec une autre, de tenter de conquérir une dernière avant de faire un énorme câlin à l’un des siens. Tout cet univers gelé entre la banquise les nuances de bleu vert de l’eau et du ciel marqués par les traits noirs des contours des animaux et émaillés de petit coeurs rouges, de loin en loin. Un moment merveilleux, hors du temps pour rêver et aimer. Bravo 

 

Jean-Luc 

 

41hYU3OAd1L.jpg

 

 

Mon coeur  

Antoine Guilloppé

Editions Nathan bande dessinée, collection Mini Bulles, BD sans texte, dès 3 ans, 1 février 2024, 8,50 €

Petiote au jardin

Un bel après-midi d'été pour passer un moment doux et hors du temps 

 

51NBqz2+FCL._SL1000_.jpg

Une petite fille toute mignonne en robe rouge qui se promène et joue dans le jardin avec son chien et ses doudous à la découverte des plantes, des animaux … Elle joue et peut-être s’endort-elle au détour d’une page pour devenir à la taille des animaux et plantes qui semblent désormais géants. Une belle journée de jeux et de rêves dans la nature, sans paroles pour passer une journée merveilleuse avant de rentrer et aller au dodo sans oublier bien évidemment le brossage de dents. 

C’est absolument délicieux, les dessins sont doux et tendres et créent tout un univers poétique qui plaira aux petits et les invitera à la rêverie et à la découverte. On aime. 

 

Jean-Luc 

 

51NBqz2+FCL._SL1000_.jpg

 

 

 

 Petiote au jardin

Jane Massey

Editions Nathan bande dessinée, collection Mini Bulles, dès 3 ans, 7 mars 2024, 8,50 €

Affreux Jojos

Promenons nous dans les bois ... enfin pas certain ... au secouuuuuuurs ! 

 

61GxWyVWlOL.jpg

 

Comment vous dire ? Elle ressemble un peu beaucoup au petit chaperon rouge, sauf qu’elle est seule dans sa maison avec son chien et que son manteau et son chapeau sont roses. C’est je jour de l’anniversaire et elle fonce dans la forêt mais là les catastrophes s’enchaînent, loup voleur, fantôme itou, sorcière insupportable (et hop transformé le toutou) avant de terminer poursuivie par une bestiole poilue et inquiétante. Enfin de se terminer non, parce qu’une autre surprise l’attend au bout des pages. C’est frais, rythmé, dessiné avec insolence et humour et le sans parole permettra aux petites et aux grands qui les accompagnent d’inventer et de relire mille et une fois l’histoire. A partager

 

Jean-Luc 

 

61GxWyVWlOL.jpg

Affreux Jojos 

Henri Meunier

Editions Nathan bande dessinées, collection Mini Bulles, dès 3 ans, 18 janvier 2024, 8,50 €

L’attaque des slips tueurs

Drôle et efficace à mettre entre toutes les mains à partir de 8 ans, histoire de tordre le cou aux infox de tout bord. 

 

716B7zB1nYL._SL1500_.jpg

 

Fake news ou infox, c’est quoi ? ;  Pourquoi les gens inventent des « infos » ? ; Pourquoi la désinformation est dangereuses ? ; Qu’est-ce qui se passe quand les fake news se multiplient ? ; Pourquoi on croit les infox ? ; comment on distingue une info d’une infox ?

Deux bestioles rose et bleu et leurs copains aux drôles de dégainent prennent le temps et sous la forme d’un humour quand même très sérieux de traiter de ces rumeurs ou infox qui empoisonnent nos communications. Les différentes questions de départ, forment autant de chapitres de plusieurs pages dans lesquels les bulles de formes variées se suivent pour démontrer de manière convaincante et argumentée les réponses aux questionnements que peuvent se poser les enfants. 

C’est extrêmement bien fait ! Positif ! Pas moralisateur pour un sou et cela montre bien les tenants et aboutissants de la chose tout en pointant du doigt les conséquences graves que peuvent avoir certaines infox. 

Drôle et malin, de quoi armer un peu plus nos enfants et les faire réfléchir à ces réseaux qu’ils vont forcément croiser un jour ou l’autre. 

 

Jean-Luc 

 

716B7zB1nYL._SL1500_.jpg

L’attaque des slips tueurs 

Elise Gravel (texte et illustrations)

Editions Milan Jeunesse, à partir de 8 ans, dès 8 ans, 30 août 2023, 15,90 €

L’apprenti conteur

Ce roman que nous avions adoré lors de sa sortie vient de recevoir le prix des Embouquineurs 2023-2024. 
Félicitations à Gaël Aymon 

 

Capture d’écran 2024-06-17 à 08.37.44.png

 

D'un clic sur lire la suite retrouvez notre chronique de l'époque. 

Lire la suite

Ourse & Lapin, tomes 1,2,3,4,5

La série culte est de retour le 19 juin prochain pour un tome 6 qui va nous faire rêver d'un monde parfait. Avant des retrouver Ourse & Lapin, mettez vous à jour et retrouvez les tomes précédents. 

 

tome1.jpeg

 

tome2.jpegtome3.jpegtome4.jpeg

tome5.jpeg

 

 

D'un clic sur le visuel , retrouvez les tomes 1 et 5 notamment et surtout craquez pour cette série cartonnée, divinement illustrée et à l'humour si particulier