Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 avril 2011

Le grand imagier de la nature

le grand imagier de la nature,mes premières découvertes gallimard jeunesse

Dans la collection mes premières découvertes chez Gallimard Jeunesse sort en ce mois d’avril un superbe imagier divisé en cinq grandes parties : les paysages ; les saisons ; les plantes ; les fruits et légumes et les animaux. L’index de la fin très pratique permet également de s’y retrouver facilement et de chercher de façon efficace. Superbement illustré, de facture très classique, il permet aux plus jeunes de s’y retrouver de façon ludique et de bien identifier très clairement les différentes espèces en observation.

Les grands paysages, l’eau, le ciel dans tous leurs états ; les différentes espèces d’arbres, de fleurs, de plantes ; les fruits et légumes (idéal en ce début de printemps, un petit tour au marché pour passer du livre à la réalité et hop, aucun soucis d’identification)  et enfin les différentes espèces animales.

 

Un très beau documentaire spiralé et aux pages renforcées pour
des heures de découvertes plaisir !

 

Joseph

 

 

Le grand imagier de la nature ; Delphine Gravier-Badreddine ; Illustrations : 16 intervenants. ; Editions Gallimard jeunesse ; Collection : Mes Premières Découvertes ; avril 2011, 13 € 

Publié dans #Documentaires, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18 avril 2011

lettres à plumes et à poils

Coup de coeur !

 

 

lettres à plumes et à poils,philippe lerchermeier,delphine perret,thierry magnier

 

Cinq lettres, en réalité davantage, cinq correspondances à sens unique ou presque du renard à la poule, de la fourmi à sa reine, du cochon d’Inde au bureau de l’Académie des lettres, de l’escargot à la limace et du corbeau au poulet.
Imaginez le renard en train d’essayer de convaincre la poule, je cite « je ne suis évidemment pas sans savoir que les relations entre les gens de votre espèce et de la mienne ont été depuis des siècles émaillées par de nombreux « incidents »… »… donc de convaincre la poule qu’il est fou amoureux de sa fille et qu’il veut l’épouser. Un summum de mauvaise foi et de filouterie : du grand art.
La fourmi quand à elle s’adresse à la reine avec son bagou, sa gouaille de numéro 3450…  du fin fond de la galerie 18 pour poser quelques réclamations bien senties et finir par se faire la belle et rencontrer une cigale dont elle fera son amie.
Le cochon d’Inde, lui, vous donnera un aperçu des ennuis qui pourraient vous arriver si d’aventure il vous prenait l’envie de contrarier la bestiole, tenace, mordante et au final capable de toutes les bassesses pour arriver à ses fins : mais que feriez vous si on vous avait affublé d’un patronyme aussi ridicule ?
L’escargot en pince lui pour la limace, à vrai dire il est fou, raide dingue de la belle et il le lui fait savoir… mais l’amour n’est pas toujours réciproque et notre escargot va en faire les frais !
Au final le corbeau avant de … écrit sans cesse aux poulets pour dénoncer la tenue déplorable d’un tel, la débauche d’une telle, et de râler, de se plaindre, de dénoncer avant de finir en cabane avec des compagnons particuliers : ceux qu’il a balancé !

 

Cinq correspondances drôles , corrosives, pleines de références, de tendresse aussi, on sent que l’auteur aime ses bestioles même s’il est parfois vachard avec elles ou qu’il leur prête des envies, des propos et des attitudes infernales.
Le plus parce qu’il y en a un et oui, ce sont les illustrations de Delphine Perret, tout en légèreté, lumineuses et drôles, faisant ressortir ça et là la cruauté et la drôlerie du texte. Les couleurs acidulées ajoutent de la lumière et de la vie aux illustrations.

 

A découvrir absolument, c’est drôle, frais et irrésistible !

 

Jean-Luc

 

 

Lettres à plumes et à poils ; Philippe Lechermeier ; Illustrations : Delphine Perret ; 
Editions Thierry Magnier, avril 2011, 9,8 €

Publié dans #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

A comme Association : le subtil parfum du souffre, tome 4

" La vie mérite d'être vécue. Toujours. "

A comme Association, le subtil parfum du souffre, Pierre Bottero, gallimard jeunesse, rageot éditeur

 

Ombe est l’héroïne de Pierre Bottero.  Belle, fragile, fort à la fois, elle est en mission quand son portable sonne (pas très discret il est vrai) dérangée par l’insupportable  Jasper.  Echapper à Erglug le troll n’est pas une mince affaire, mais affronter des loups-garous n’est pas le moindre des dangers. Quand on est superbe, qu’on a 18 ans  et qu’on sauve la vie d’un jeune loup-garou aux yeux bleus à tomber à la renverse, prénommé Nacelnik, difficile de résister. Pourtant Ombe et ses colocataires se sont faits une promesse concernant les garçons. Et puis ces filles si sympa, qui sont-elles vraiment ? Réellement des amies ?

Ne me demandez pas pourquoi, j’aime l’écriture de Pierre Bottero.  Elle est fluide, légère, efficace et nous touche directement au cœur, par son intelligence et sa sincérité. Son héroïne nous emballe dès les premières lignes pour nous laissez exsangue au final, magnifique et bouleversant.

 

Joseph

 

PS : Merci à Erik L’Homme  et bien évidemment à Pierre Bottero. Les initiés comprendront. Pour les néophytes, la fin du roman vous apportera toute la lumière nécessaire. 

Lire la suite

A comme Association : l'étoffe fragile du monde, tome 3

a comme association,l'étoffe fragile du monde,erik l'homme,gallimard jeunesse,rageot éditeur

Jasper est de retour sous la plume d’Erik L’Homme, et lui qui est suspendu de ses activités de stagiaire, va de nouveau se mettre dans une situation périlleuse. Parti à la recherche d’Ombe qu’il pense en danger, c’est lui qui va devoir affronter une vieille connaissance : Erglug le troll philosophe toujours possédé et dangereux. Pour l’aider, il va devoir rencontrer la communauté des trolls et notamment la belle et très troublante Arglaë.Et puis se retrouver dans un monde étrange créé par un magicien surpuissant. 

Un tome dans lequel, Erik L’Homme est comme un poisson dans l’eau, totalement dans son sujet, totalement libre, il flirte avec les jeux de mots, des références avec une facilité qui fera le bonheur du lecteur. Et si l’aventure de Jasper ne révolutionnera pas l’histoire, et bien on adore lire ce roman, parce que le talent de l’auteur nous emmène avec lui, nous attache aux pas de son héros, fragile et fort à la fois, en train de grandir, totalement troublé par le belle troll, plus puissant magicien que jamais , plus ado « abandonné » par ses parents que jamais.

 

 

 

 

A lire dans la continuité des deux tomes précédents et du suivant. Juste un moment de lecture plaisir ! Laissez vous emporter !

 

Joseph

 

 

Retrouvez les tomes précédents ici et le suivant sous la couverture 

 

a comme association,l'étoffe fragile du monde,erik l'homme,gallimard jeunesse,rageot éditeur

 

A comme Association, tome 3 ; L'étoffe fragile du monde ; Erik L'Homme ; Editions Gallimard Jeunesse, Rageot Editeur ; mars 2011, 9,9 €

Deux romans de la collection "Les romans images doc" chez Bayard

myriam.jpg

 

 

 

 

 

La véritable histoire de Myriam enfant juive pendant la Seconde Guerre mondiale
Anne Powell
Illustrations : Claire Perret
Pages documentaires : écrites par Pascale Bouchié, différents illustrateurs.
Editions Bayard Jeunesse ; Collection : Les romans images doc ; mars 2011, 5,9 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ces deux romans vous découvrirez deux aventures de deux jeunes enfants confrontés à la vie quotidienne et à l’histoire.
Dans le premier le thème est plus grave puisque Myriam est juive et qu’elle va devoir fuir pour retrouver son frère en zone libre après l’arrestation de ses parents. L’essentiel du drame des juifs de France, est évoqué de façon claire sans entrer trop loin dans le détail de l’horreur. De Drancy en passant par les collaborateurs, l’étoile jaune… On suit avec plaisir mais aussi l’angoisse au ventre le périple de Myriam. Les illustrations importantes et très bien faites permettent l’identification et le repérage.
Les parties documentaires très bien faites émaillent le roman. Elles sont précises, bien documentées et le texte court et précis permet d’aller à l’essentiel.

 

Dans le second, le thème est moins grave, puisque vous suivrez la vie de Titus qui va devoir affronter le danger en la personne d’individus peu scrupuleux,  cherchant à accaparer des immeubles par n’importe quel moyen y compris l’incendie. Une plongée agréable dans la vie quotidienne de la Rome antique, très bien faite.
Là encore les illustrations et les parties documentaires font mouche et permettent de s’y retrouver et de retrouver quantité d’informations très bien amenées. On apprécie les plans en coupe des différents monuments qui permettent la richesse de l’information.

 

Deux courts romans annoncés pour les plus jeunes des lecteurs à partir de 8 ans, très bien faits. L’histoire est courte et très illustrée, ce qui peut être important pour une bonne partie des jeunes lecteurs. Et les parties documentaires, très bien faites, devraient éveiller leur curiosité et leur permettre de faire de nombreuses découvertes. 

 

Jean-luc

 

 

Titus.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

La véritable histoire de Titus le jeune Romain gracié par l'empereur
Pascale Bouchié
Illustrations : Emmanuel Cerisier
Pages documentaires : écrites par Pascale Bouchié, différents illustrateurs.
Editions Bayard Jeunesse ; Collection : Les romans images doc ; mars 2011, 5,9 €


 

 


Publié dans #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les tartines au kétcheupe

 Lestartinesauketchup.jpgLes tartines au kétcheupe
Marie-Sabine Roger
Éditions Au Rouergue, collection Dacodac, Janvier 2010, 6,50€

  

Une réédition d’un bijou. Moins de 90 pages. Un moment – court, hélas ! – de grâce et de poésie.

La vie de Nicolas n’est pas des plus faciles : entre un père à la main et au pied lestes et lourds à la fois, et une institutrice spécialisée dans les « chansons méchantes », mais aveugle à la réalité de Nicolas, le petit garçon tente de trouver sa place et de comprendre le sens des relations humaines, alors que toute sa vision du monde se trouve teintée de son expérience. L’apprentissage des chansons, le conte du Petit Poucet – dont la « réécriture » par Nicolas est un vrai moment de drôlerie –, la visite du zoo, tous ces moments parfaits et magiques pour un enfant lambda paraissent ici comme entachés par la connaissance précoce de la violence de l’adulte.

La chanson « à la volette » est ainsi ressentie : « Le pauvre Petit Toiseau, il prend sa volée tellement fort qu’il tombe par terre d’en haut sur la branche. Et après, ses parents ils peuvent toujours pleurer, tiens ! Lui, s’est cassé l’aile et tordu le pied. Y va devoir rester à l’hôpital comme Mickaël, mon moyen grand frère, quand il a sauté du balcon le jour où Papa voulait lui faire voir, à ce sale gosse, qui est le chef à la maison ! »

Du narrateur enfant – le tout jeune Nicolas, élève en Maternelle –, le roman garde les spécificités du langage : la syntaxe simplifiée et réinventée, les transcriptions phonétiques : « les béhennes », « Lotabruti »,… Cette particularité liée à l’interprétation que l’enfant fait de ses expériences quotidiennes contribue à un roman à la fois léger et lourd, drôle et tendre.

Comme toujours la recette de l’humour pour affronter une existence plutôt sombre fonctionne. Rien cependant ne peut faire oublier ce que les adultes de ce livre font vivre aux enfants – en agissant ou en ignorant.

À lire et relire… sans modération.

Et n'hésitez pas à redécouvrir l'interview de Marie-Sabine Roger sur Citrouille bien sûr !

 

Mathilde Piccoletti

Lire la suite

Publié dans #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Momo

Momo.jpg

Michael Ende
Traduit de l'allemand par Corina Gepner
Editions Bayard Jeunesse, Collection Estampille, mai 2009, 13 €90

Cette nouvelle traduction d’un livre de Michael Ende est un véritable petit bijou. Vous allez plonger dans un conte merveilleux, empli à la fois de douceur et de cruauté.

Tout commence dans un amphithéâtre en ruine à l’écart de la ville. C’est dans ces ruines que va apparaître un beau jour une certaine Momo.

Petite fille étrange et émouvante vêtue de haillons qui a un don tout particulier : celui d’écouter et de rendre heureux ceux qui l’entourent. Elle a des amis, Beppo Balayeur et Girolamo Cicérone dit Gigi et puis les enfants laissés à eux-mêmes par leurs parents trop occupés. Quant Momo est là, Gigi est capable d’inventer, de raconter des histoires merveilleuses et son imagination est intarissable.

Mais la menace rôde : de mystérieux hommes en gris que personne ne semble remarquer sont à l’œuvre et le froid gagne peu à peu.

 

Avec Momo, Michael Ende nous entraine dans un monde à la fois réel et merveilleux. Il utilise pleinement ses talents de conteur pour nous embarquer dès les premières pages dans le monde de Momo et de ses amis.

Divisé en trois parties, la première nous fait entrer dans son monde, la seconde montre les dangers et les faits et gestes des hommes en gris et leur implacable machination contre les humains et leur bien le plus précieux : le temps. La dernière nous emmène dans un monde fantastique dans lequel vous rencontrerez la tortue Cassiopée et Maître Secundus Minutius Hora et la maison du temps…

 

Ce livre de Michael Ende a un peu plus de trente ans, pourtant, il n’a pas pris une ride, sous le conte et la poésie se cache une critique de notre société de consommation, de la course à la rentabilité à tous prix, de l’isolement dans lequel les gens peuvent s’enfermer peu à peu et devenir comme les membres de la Caisse d’épargne du temps : gris. Une réflexion pleine d’actualité sur le temps qui passe et les choix de vie que nous faisons tous un jour ou l’autre.

 

Un salut particulier aux éditions Bayard qui ont choisi depuis plusieurs années de traduire de nouveaux les textes de l’un des auteurs allemand les plus talentueux de sa génération : auteur de Jim Bouton et Lucas le chauffeur de locomotive de la suite avec Jim Bouton et les terribles 13 puis de la stanormalefficassassinfernale potion du professeur Laboulette (non, ce titre n’est pas une faute de frappe !). Rappelons enfin que Michael Ende est l’auteur du bestseller : l’histoire sans fin.

Jean-Luc 

Publié dans #Ados, #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17 avril 2011

Le pacte de minuit : le tome I à découvrir avant la sortie du tome II

Les vacances sont faites pour cela : profiter ! Alors si vous avez manqué ce premier tome, formidable histoire d'un jeune auteur qui nous fait déjà penser à Philip Pullman foncez et découvrez ce tome I d'autant plus que le tome II est annoncé pour le 16 juin. 

 

pactedeminuit.jpg

 

la couverture  vous renverra à la chronique. Belle lecture !


14 avril 2011

Pas de poules mouillées au poulailler !

Pas de poules mouillées au poulailler - les p'tites poules ; Christian Jolibois ; 
Editions Pocket Jeunesse, avril 2011, 10,5 €

 

pas de poules mouillées au poulaillier, christian jolibois, christian heinrich, pocket jeunesse

 

 

Une nouvelle aventure de notre poulailler préféré. Et tout commence par une provocation : une fouine provoque la colère de nos poulets. Enervés, les voici partis, sans réfléchir, à la poursuite de l’insolent.
Mais c’était un piège : Vasypapa et les Quarante Gobeurs en profitent pour attaquer les filles laissées seules : toutes aux abris !
Les poulettes sauront-elles se défendre ? Qui va les sauver ? Vous n’espériez tout de même pas que je vous raconte la fin : chut et en plus c’est un secret, un chevalier pourrait nous entendre…

Un nouvel opus particulièrement réussi : jeux de mots, situations cocasses, rappels d’évènements connus, tout ce qui a fait la recette de cette série est utilisé ici pour notre plus grand bonheur. Les deux Christian sont dans une forme olympique et nous on adore. Bravo !

 

Jean-Luc

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L'atelier de Pâques

Si vous étiez un lapin de Pâques et qu’à trois jours de l’événement, vous étiez en retard,
mais alors très en retard ! Que feriez vous ? 

 

l'atelier de pâques,éditions nordsud,friederike rave,sandales,amandine gaudry

 

Que va-t-il devenir ? Remplira-t-il son contrat ? La réponse (ou presque)
dans lire la suite...

 

Lire la suite

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les poulets guerriers

Découvrez des poulets formidables, héros d'une histoire douce et drôle !

 

"On a toujours besoin d'un plus petit que soit !"

 

les poulets guerriers,cahterine zarcate,elodie balandras,syros,sandales,amandine gaudry

 

En cliquant sur lire la suite, partez à la découverte de leurs aventures et découvrez le travail de l'illustratrice Elodie Balandras

 

Illustrations : merci et avec l'aimable autorisation d'Elodie Balandras. Merci aux éditions Syros. Tous droits réservés. 

Lire la suite

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Hop hop hop... c'est Pâques !

Découvrez comment un petit lapin de Pâques prépare sa première journée de distribution !

Hop hop hop... c'est Pâques !, Frauke weldin, éditions nordsud, sandales,

 

Hop hop hop... c'est Pâques ! ; Frauke Weldin ; Editions NordSud, mars 2011, 9,9 €

 

Dans lire la suite des illustrations de l'album...

 

Lire la suite

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Century : le tome II est arrivé !

Le premier tome nous avait entraîné dans une course folle dans les rues de la Ville éternelle, le deuxième qui vient de paraître nous entraîne à New-York


centuryII.jpg

 

Un petit clic sur le couverture pour retrouver la chronique du tome I, la suite très vite...


Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

As-tu vu mon oeuf ?

As-tu vu mon oeuf ? ; Richard Scarry ; Editions  Albin Michel Jeunesse, avril 2011, 10 €

 

 

Couv Astuvumonoeuf.jpg

 

C’est l’histoire d’une poule qui court à la poursuite de son œuf qui roule de pages en pages et s’obstine à lui échapper. L’occasion de rencontrer Messieurs Bouc, Oiseau, Cochon, Lapin, et Madame Oie qui l’ont tous vu passé, mais qui ne l’ont pas arrêté. Lui Monsieur Souriceau l’a trouvé, mais cassé !
En enfilant votre doigt dans le trou prévu pour laisser passer l’œuf, poursuivez le et découvrez ce qu’il est devenu au final.

 

Un très joli livre avec des illustrations délicieuses de Richard Scarry. Idéal pour l’occasion. 

 

Jean-Luc

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook