Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 janvier 2010

Orphée et la morsure du serpent

Orphée....jpg

Yvan Pommaux
L'école des Loisirs, avril 2009 , 18,5 €

 

Tout commence comme dans une histoire classique, un mariage heureux, de multiples invités dont un amoureux éconduit que l'alcool va entrainer à être maladroit et emmener tout ce petit monde au bord de la catastrophe. Et puis le voilà, bien malheureux et consolé par une jeune inconnue qui lui dit : « Nous sommes en 2009, tu ne t'appelles pas Aristée, et la mariée ne s'appelle pas Eurydice ! ».

L'album s'ouvre alors sur la légende entrainant le lecteur quelques siècles plut tôt dans une légende grecque et dans un monde cruel, aidé en cela par l'illustration qui en plongée verticale nous donne le sentiment de voir la terre ? le ciel ? s'ouvrir sous nos pas pour mieux être projetés auprès d'Orphée fils du roi de Thrace et de la muse Calliope.

Pour les novices, cette légende raconte l'histoire d'Orphée à la naissance divine, doué pour le chant et la poésie, au point qu'Apollon lui donna sa propre lyre. A partir de là Orphée va rendre folles toutes les jeunes femmes et filles de la Grèce, sans accorder un regard à l'une ou à l'autre, jusqu'au jour où son regard croise celui d'Eurydice. La suite il vous faudra la découvrir par vous même. Sachez cependant qu'elle est l'une des histoires d'amour parmi les plus tragiques de la mythologie grecque. Elle est retranscrite ici dans ses détails les plus sombres avec des illustrations absolument merveilleuses d'Yvan Pommaux. Son talent d'illustrateur joue à plein ici et donne du relief à cette ancienne légende tout en lui apportantt un côté contemporain avec le début et la fin de son album.

Une véritable réussite. Un album, une histoire somptueux.

 

Jean-Luc Clerc

Ne jamais tomber amoureuse Tome I

Nejamaistomberamoe.jpg

Melissa Marr
Traduit de l'anglais (américain) par Blandine Longre
Albin Michel, Collection Wiz, 6 janvier 2010, 14€

 

Amateurs de fées, du Petit Peuple ouvrez vos yeux ! Ce premier tome de Melissa Marr, commence comme un flash brutal qui nous transporte dès le prologue dans un monde étrange, merveilleux et cruel, celui des fées et  de la malheureuse qui doit être l'élue du Roi de l'été au risque de se transformer en fille de l'hiver.

Véritable coup de fouet, ce court chapitre vous prend au piège et vous emmène à la découverte d'Aislinn l'humaine, de sa grand-mère, de ses amies, de Seth : ils vivent dans la ville d'Huntsdale. Une ville américaine dans laquelle se trouvent également des fées et leurs homologues masculins, les fés. Des fées-loups, et tout un bestiaire fantastique et merveilleux qui frôlent, agacent les humains qui ne peuvent les voir sauf celles qui comme l'héroïne ont le don de Vue, celui bien lourd à porter d'être capable de voir les fées et leurs agissements et d'entendre ce qu'elles disent.

Et Aislinn a eu le malheur, elle qui depuis toute petite fait tout pour leur être le moins visible possible, d'être remarquée par le Roi de l'été le sublime Keenan. Malgré tous ses efforts, elle va se retrouver prise au piège dans la guerre qui oppose depuis si longtemps, Fées de l'été, de l'Hiver et des Ténèbres.

S'il vous plait, ne vous laissez pas dérouter par le titre et surtout la couverture, car ce roman est un petit bijou du genre. Pas de fioritures agaçantes comme dans tant de romans actuels, non, dès le départ, Melissa Marr est efficace et nous entraine dans un monde fabuleux, étrange, qui fait froid dans le dos. Terminé les fées clochettes craquantes mais caractérielles, ici celles que vous côtoierez sont dangereuses, presque venimeuses. Chaque chapitre débute par une citation d'un ouvrage spécialisé sur les fées... datant du XIXème ou du début du XXème siècle, renforçant l'ambiance du roman.

Premier tome d'une tétralogie, ce premier opus est superbement construit avec des personnages ambigus, aux facettes multiples ou pour une fois on nous épargne l'horripilant happy end. Et la fin donne la sensation que tout se brouille, vous le verrez comme si après l'éclair du départ, les choses s'étaient compliquées et brouillées au point que nous autres pauvres humains non doués de la Vue nous commencions à ne plus y voir très clair.

Un roman qui vous entraine, que vous aurez beaucoup de mal à lâcher. Reste à savoir où va nous entrainer l'auteur dans les tomes suivants. Mais pour le moment, ne boudez pas votre plaisir : foncez ! A lire !

 

Jean-Luc Clerc

Kerity et la maison des contes

kerity_aff.jpg

Kérity, la maison des contes - Le grand album du film
Anik Le Ray , Rébecca Dautremer
Flammarion, novembre 2009, 13€

« Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas »

 

Une superbe devise pour un album qui ne l'est pas moins. Nous devrions d'ailleurs l'adopter cette devise, pour clouer le bec aux ronchons de tout poil qui râlent sur la littérature jeunesse ou les littératures de l'imaginaire, sans même avoir jeté un vrai regard sur les illustrations ni bien évidemment lu un texte jusqu'à son terme. Et ils ont tort parce que ce conte là est un petit bijou. Les albums qui illustrent les films ou inspirés des films ne sont pas toujours des réussites, sortes de copié collé du film sans vraiment en capter l'intensité, ni le charme. Ici tout est au point le texte et l'image. Peut-être le talent de l'illustratrice Rébecca Dautremer y est-il pour beaucoup, car on retrouve merveilleusement servi par le texte d'Anik Le Ray, l'ambiance, la chaleur, les couleurs du film, peut-être en à peine moins chatoyant.

Une histoire merveilleuse donc, celle de ce petit garçon Natanaël qui a encore du mal à lire et qui va hériter d'une bibliothèque. Etrange cadeau de cette vieille dame disparue, qui lui lègue la clef et donc la responsabilité de la porte interdite, enfin de tout ce qui se trouve derrière. Et là, fabuleux ! Vous aimez les contes, vous adorez ces personnages qui ont bercé votre enfance ou qui vous charment encore par bien des aspects, vous allez adorer. D'Alice au lapin pressé, en passant par l'Ogre, les fées, et l'abominable Carabosse, tout le monde est là ou presque sortant de leurs pages comme vous allez acheter du pain et donnant leur avis, participant à l'aventure car le temps presse et Natanaël a une mission qu'il va devoir rapidement mener à bien sous peine de voir disparaître tous les livres et tous les personnages de cette bibliothèque fabuleuse. Et vous ne serez pas déçus, car ils vont se donner les moyens de brouiller les pistes et de retarder l'échéance fatale qu'elle soit celle de la vente et de la dispersion de la collection ou de leur disparition en redonnant confiance à ce petit bonhomme.

Une belle histoire sur la mort, la disparition, l'amour, l'amitié et l'esprit d'équipe. Et puis les dessins de Rébécca Dautremer sont une fois de plus fantastiques. En voici quelques extraits : allez visiter son site : http://www.rebeccadautremer.com/

 

Jean-Luc

Et puis rien ne vous empêche d'aller voir le film. Voici quelques images de l'album et du film. Belle lecture. Pour les amoureux du travail de Rébecca Dautremer, cliquez sur lire la suite.

Lire la suite

Petit manuel de Mythologie

petitmanuelde mythologie.jpg

Introduction aux Mythes grecs
Lady Hestia Evans
Traduction et adaptation MIM
Milan Jeunesse, 2009, 16€

 

Ce petit manuel de mythologie est une version poche de son grand frère paru il  y a quelques temps chez le même éditeur (voir chronique sur le site). Mais même si vous trouverez une partie des illustrations communes bien évidemment, ce n'est pas totalement et uniquement un copié - collé du précédent.

Ce petit livre est divisé en sections(les immortels ; des dieux et des hommes ; une époque de héros)et en chapitres appelés leçons qui permettent de connaître de façon cohérente et ludique les notions essentielles à la connaissance de la mythologie grecque.

Ainsi, vous saurez tout sur les dieux, la vie sur l'Olympe, les mythes grecs de la création, l'architecture grecque, les origines de l'homme, les peuples mythiques... les cieux, la correspondance avec les dieux romains.

Difficile de tout énumérer, mais est-ce bien utile : c'est clairement une réussite. Avec en prime, des petits jeux pour voir si on a bien acquis les caractéristiques des dieux et pour les plus jeunes des autocollants reproduisant, dieux, monstres, monuments, pièces de monnaie. Et à la fin comme dans tout livre de cette collection qui se respecte : une surprise.

 

A découvrir sans attendre et à offrir à tous les fans de mythologies et de légendes anciennes : une véritable mine.

 

Louise

Les chroniques de la Tour Tomes I à IV

ChroniquesdelatourI.jpg

Laura Gallego Garcia.
Traduit de l'espagnol Faustina Fiore
Tome I : la vallée des loups
Editions BAAM, février 2008, 13€

« Il existe de par le monde quelques Hautes Ecoles de Magie, secrètes et élitistes. Dana a l'incroyable chance d'être choisie comme élève par le Maître de la Tour de la Vallée des Loups. Mais pourquoi elle ? Y aurait-il un rapport avec l'existence de Kaï, ce jeune garçon qu'elle seule peut voir et entendre ? Ou avec cette mystérieuse prisonnière qui l'appelle à son secours ? Dana devra désobéir à son Maître pour venir en aide à cette étrange femme qui lui ordonne de partir à la recherche d'une licorne. Mais les loups de la Vallée semblent décidés à ne pas la laisser faire... »


Le Tome I des Chroniques de la Tour s'ouvre par une nuit de tempête et la naissance d'un bébé, une étrange petite fille aux cheveux noirs et aux yeux d'un bleu profond : Dana.

Cette petite fille de parents pauvres va grandir normalement jusqu'à l'âge de six ans moment de sa vie où elle va découvrir un nouveau compagnon de jeu, de vie : Kaï. Un détail cependant elle est la seule à le voir .

Elle sera ensuite confiée par ses parents, poussés au désespoir par la pauvreté et la misère, à un vieil homme, le Maître, qui va l'emmener au cœur d'une forêt profonde, dans la Tour de la Vallée des Loups.

Dana va grandir dans cet univers magique en devenant apprentie mage et y vivre des aventures fantastiques...

Méfiez-vous, Laura Gallego Garcia est une magicienne et dès les premières lignes elle saura vous prendre au charme de ses Chroniques. Tout y est réuni pour vous séduire : la richesse de l'écriture (bravo également à la traductrice), douce fluide mais prenante ; l'histoire qui monte peu à peu en puissance, laissant des zones d'ombres en suspens ; les personnages : Dana , Kaï, le Maître,  la naine Maritta, l'elfe Fenris... dont on découvre peu à peu la personnalité, la vie, le destin.

Commencer les Chroniques de la Tour c'est entrer dans un univers de magie, de fantastique mais aussi de sentiments profonds (amour, cupidité, trahison...)

Un excellent roman, un début de série palpitant dont le tome I se termine avec une partie de la résolution du mystère. A lire absolument.


La suite dans les Chroniques de la Tour II : la malédiction du Maître.


Jean-Luc

Lire la suite

Le temps des Marguerite

LetempsdesMarguerite.jpg

Vincent Cuvellier, Robin
Gallimard Jeunesse, Collection Giboulées, octobre 2009, 20€

 

Non, il n'y a pas de fautes d'orthographe dans le titre, parce qu'il ne s'agit pas des petites fleurs, mais bien du prénom, de deux prénoms celles de deux jeunes filles vivant dans la même ville, mais à deux époques bien éloignées : 1910 et 2010. Leur histoire commence en mai, et les premières planches, au dessus 1910 tout en ocre et doré, en dessous 2010 en bleu gris, montrent leur vie en parallèle, et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elles s'ennuient mortellement. Alors, au même moment, elles vont grimper dans le grenier interdit, par l'escalier ou l'échelle selon les époques, et découvrir un coffre derrière lequel se trouve un mystérieux portrait d'une femme aux yeux de biche. Le coffre s'ouvre, et clac ! Les ennuis commencent et nos deux Marguerite vont se retrouver propulsées chacune dans l'époque de l'autre. Et là débute une aventure fantastique servie par des dessins légers et insolents de Robin qui servent à merveille l'histoire de Vincent Cuvellier. Les deux demoiselles vont devoir s'adapter à la vie de celle qu'elles ont remplacées, mais est-ce toujours possible quand un siècle de changements, d'éducation différente vous sépare ? Et là est le charme de ce roman graphique pour lequel il faut un peu de temps pour s'habituer à la gymnastique entre les deux époques. Mais prenez le, car, cet album en vaut vraiment le détour. Des personnages bien construits, décrivant et/ou moquant les travers des différentes époques, soulignant les traits, les exagérations... permettant également de s'approprier les deux mondes notamment celui de 1910 dont nous sommes tellement éloignés. Deux jeunes filles attachantes, comme leurs familles, leurs mondes. Un réel plaisir de la découverte de page en page, à savourer jusqu'au final ébouriffant et tendre comme il se doit.

 

A découvrir sans tarder, vous ne serez pas déçus.

 

Jean-Luc Clerc

Publié dans #Albums, #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Inventaire illustré des animaux

Inventaire illustré des animaux.jpg

Inventaire Illustré des animaux
Virginie Aladjidi, Emmanuelle Tchoukriel
Albin Michel Jeunesse, Septembre 2009, 14,9€

 

Un inventaire des animaux illustré, une sorte de bestiaire, à la Buffon, à la manière des naturalistes du XIXème siècle,  un petit catalogue rangé de façon pensée, ordonnée comme on vous l'expliquera dans l'introduction. Dès la couverture en fait, vous serez sous le charme, attirés par cette couverture cartonnée couverte de reproductions d'animaux ou dont l'ombre est passée en couleurs vives.

Quand à l'intérieur : les dessins d'animaux sont précis, Emmanuelle Tchoukriel est véritablement une magicienne et ses reproductions sont plus vraies que nature mises en valeur par les textes de Virginie Aladjidi qui donnent  des précisions sur les différents groupes et des détails intéressants permettant de repérer leurs caractéristiques, leur mode de vie. Ils sont classés par milieux afin de permettre de donner une idée de leur environnement. Chaque planche est un véritable bonheur pour les yeux. A signaler la qualité de l'édition sur papier épais, des images lumineuses. Un inventaire à offrir ou à se faire offrir et savourer sans modération.

 

Un véritable coup de cœur.

 

Jean-Luc Clerc

Publié dans #Albums, #Documentaires, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Cathy's Book et Key Tomes I et II

Cathy'sKey.jpg

Cathy's Book et Cathy's Key
Sean Stewart et Jordan Weisman
Traduit de l'anglais  par Pascale Jusforgues
Bayard Jeunesse

 

Une série piquante, sous forme de journal intime, au rythme effréné : découvrez Cathy et ses amis. Leurs envies, leurs vies et les surprises auxquelles ils vont être confrontés.

 

 

 


 



Vous êtes curieux ? Cliquez sur la suite

 

 

Lire la suite

Non-Non n'a plus rien à se mettre

Non-Non n'a plus rien à se mettre.jpg

Magali Le Huche.
Editions Tourbillon, août 2009, 8€90

 

Quand Non-Non sort du lit (sa baignoire !) il ne sait pas quoi choisir dans sa commode pour s’habiller… plus rien à se mettre (plus rien dans les tiroirs). Mais Non-Non a des amis : des vrais ! Bon il faut bien l’avouer que ce soit Bio et son gout immodéré pour la couleur orange tricotée maison ; Gribouillette de retour de voyage avec ses vêtements pour le moins originaux ? ; Zoubi et ses maillots de bain de fille !..., rien ne va à Non-Non.

De pages en pages : des rabats, solides, pour petites mains impatientes, et des fou rires garantis. Parce que la recherche de Non-Non va donner lieu à des scènes coquasses avant qu’il ne trouve enfin ce qui lui convient : enfin lui il trouve cela bien !

Un petit livre cartonné mais couvert de plastique souple, doux et mignon pour les fans du plus célèbre ornithorynque des cours de récré.

 

Joseph C.

 

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28 décembre 2009

Les géants

lesgéants.jpg

Ari Berk
Adaptation française de Jacqueline Odin
Enlumineurs : Wayne Anderson ; Douglas Carrel ; Gary Chalk ;
Kevin Levell ; Larry MacDougall.
Milan, Septembre 2009 , 16 €

 

 

« Nouvel ami des peuples secrets,

 

Depuis des milliers d'années, nous, membres de l'Ordre des Plumes dorées, recueillons et préservons le savoir et la sagesse des Huldufolk ou peuples secrets, ces créatures dont parlent les légendes et qui sont aujourd'hui mal connues.

 

Notre étude sur l'un de ces peuples est achevée : elle concerne les extraordinaires géants. Nous te la présentons ici, à toi tout nouveau membre de l'Ordre, afin que tu partages la vie de ces titans et que tu  voies le travail qu'ils ont accompli pour donner forme à notre monde. Apprends leurs secrets, étudie leurs traditions, sois témoin de leurs bonheurs, de leurs fureurs, et découvre les endroits où chercher ces grands êtres nobles... car ils pourraient se trouver plus près que tu ne le penses.

En te dévoilant ces histoires secrètes, l'Ordre des Plumes dorées diffuse le savoir et favorise la compréhension, encourage la paix dans tous les royaumes et entre toutes les bonnes âmes.

 

Bienvenue parmi nous ! »

 

Un nouveau livre de la collection des histoires secrètes : vous aimez les peuples secrets, les fées, les géants, et tout particulièrement ces derniers ? Ce livre est pour vous. Petit format pour maxi personnages. Un petit rectangle aux couleurs mordorées dont émerge une étrange trogne qui vous fixe de ses drôles de petits yeux.

Laissez vous entrainer par la confrérie de l'Ordre des Plumes dorées et ses notes sur ses géants, leurs mœurs, jeux, costumes, leur mystérieux sac à dos. Et vous serez surpris et peut-être ne regarderez plus jamais de la même manière votre coin de forêt ou de montagne préféré ! Ouvrez les pages cachées du « Zoologica Giganticum », avant de vous lancer dans le tour du monde des géants afin de découvrir toute la diversité de ce grand peuple.

 

Un très joli livre dans lequel il fait bon se plonger pour découvrir au fil des pages et des envies, des légendes, des anecdotes et tout une série d'informations oubliées. L'Ordre des Plumes dorées est là pour nous permettre de ne pas oublier ou de retrouver nos yeux d'enfants : ouvrez les grands !

 

Jean-Luc Clerc

Publié dans #Documentaires, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le palais des mirages

lepalaisdesmirages.jpg

Hervé Jubert
Editions Albin Michel, Collection WIZ, février 2009, 13€50

 

Bienvenu à Paris 1900, à l'Exposition universelle. Toute la ville vibre, respire au rythme de l'événement et notamment la famille Charpentier : Hippolyte, sa femme Marguerite, leurs enfants Wolfgang, Clara et leur grand-père Mérowak.  Et puis il y a aussi les amis, la famille Robida et le beau suédois héros de l'histoire Lukas Sandström...

Difficile de résumer le Palais des mirages tant les histoires s'imbriquent, se multiplient. Le livre est divisé en trois tableaux : Clara, Lukas et Jean-Sébastien.

Comme dans une attraction foraine réalisée pour les sensations fortes, vous allez entrer doucement dans le monde d'Hervé Jubert, d'abord au spectacle d'Hippolyte Charpentier et du Palais des mirages. Puis l'histoire accélère, les évènements s'entremèlent. Ils sont soit  propres à l'exposition : tapis roulants, inventions, multiples palais et attractions, et vous y croiserez Loïe Fuller, la danseuse américaine qui initiera Clara ; soit directement liés à son existence  et plus inquiétants : les anarchistes à la recherche d'une scène d'expression comme les frères Paulo et Luigi Dursap au destin tragique ; ce groupe d'hommes d'affaires mystérieux réunis par Narcisse Goldfax ou encore, les « pénitents », cette secte de fanatiques russes appelés Skoptsys née au XVIIIème siècle qui appelle de ses vœux la fin du monde, deux groupes alliés par des intérêts divergents mais qui mènent au même but. Mais le Palais des mirages est aussi celui des rêves prémonitoires de Clara, des dieux Scandinaves, d'un groupe de nains de la même mythologie, de l'histoire de Tycho Brahe astronome qui à la Renaissance aurait enfermé les dieux scandinaves dans des fioles cachées en Suède à Upsal, fioles dont l'une d'elles perdue va provoquer la catastrophe. Car des forces obscures sont à l'œuvre et veulent libérer Loki le dieu de la guerre...

 

Le Palais des mirages est un excellent roman d'Hervé Jubert. Comme à son habitude (voir la trilogie Morgenstern ou celle de Blanche) Jubert fait d'une femme son héroÏne ici Clara Charpentier, la fée du Palais des Mirages. Il met ici sa plume efficace et précise au service d'une histoire aux multiples clefs : l'exposition ; Lukas Sandström confrontés à ceux qui veulent libérer Loki ; Clara et sa famille déchirée par un drame. Tous ces évènements se mêlent entre précision historique, pointes d'humour (comme les références à Blanche Neige et aux sept nains, l'un des nains se nomme Gandalfr, la tête de l'exposition asiatique qui s'anime et parle) et donnent un récit, une forme de quête haletante, fantastique dans tous les sens du terme. Hervé Jubert il faut le dire écrit formidablement bien, pas de temps morts dans son livre, il sait nous faire rêver, réfléchir, confronter la réalité et le monde fantastique et ouvrir sur d'autres perspectives plus sombres. Le Palais des Mirages est un roman à plusieurs niveaux de lecture donc destinés à un public large, mais bon lecteur.

A la fin du livre l'exposition ferme ses portes et le XXème siècle s'ouvre porteur d'espoirs fous liés à l'électricité, comme d'inquiétudes et de dangers non encore précisés. Vous n'oublierez pas de sitôt la fée du Palais des Mirages. Très bonne lecture à vous.

Jean-Luc Clerc

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les clefs de Babel

LesclefsdeBabale.jpg

Carina Rozenfeld
Editions Syros, Collection Soon, mai 2009, 14,5

 

Liram vit chez les Aériens, dans les plus hauts étages de la tour de Babel où sont réfugiés les hommes depuis que le Grand Nuage a empoisonné la Terre, il y a mille ans. Suite à l'assassinat de ses parents, Liram doit abandonner son univers douillet pour fuir dans les étages inférieurs, peuplés de ceux que les Aériens ont repoussés vers le bas dix siécles plus tôt, avant de condamner toutes les issues...Lors de sa descente dans ce monde sordide, hanté par des mutants et ravagé par la misère, il rencontrera quatre adolescents marqués d'un mystérieux tatouage et dotés d'étranges pouvoirs. Liram comprendra alors qu'il est lui-même porteur d'un destin exceptionnel, très lourd pour ses jeunes épaules. Heureusement, il n'est pas seul....

 

 

Nous voilà plongés dans un univers de béton, de lumière artificielle, de couloirs humides et sombres...Dans cette atmosphère angoissante, ces cinq adolescents vont devoir découvrir qui ils sont réellement et quels pouvoirs ils possèdent afin de parvenir à leur objectif : ouvrir la porte de Babel, le jour de la Grande Délivrance. Ce jour, tant attendu, par les différents peuples de Babel marquera la fin de leurs vies misérables et l'espoir d'un avenir meilleur. Une véritable course-poursuite s'engage entre nos héros qui doivent retrouver des disques ancestraux pour ouvrir la porte et des êtres malfaisants avides de pouvoir.

On suit avec avidité le parcours de chaque personnage, avec toujours cette angoissante ambiance de fin du monde qui les entoure. La tolérance, la solidarité et l'espoir, thèmes forts et bien traités sont amenés par une écriture alerte qui vous happe dés le début et ne vous lâche plus.

 

Ceux qui ont aimés, dans la même collection "Eden en sursis" de J-A Desbats devrait adorer celui-ci, avec un univers plus sombre.

 

Delphine V.

le prince amoureux

leprinceamoureux.jpg

Michael Morpurgo
Traduit de l'anglais par Diane Ménard
Illustré par Emma Chichester Clark
Gallimard Jeunesse, septembre 2009, 7€

 

 

Encore un conte de Noël... un énième ?

Le prince Federico, valeureux et aimé de tous, rencontre la princesse de ses rêves, Serafina, douce et charmante. Voici un conte rondement mené ; en une page, la première, tout est dit : le prince a trouvé et conquis - sans difficulté - sa princesse.

Oui, mais voilà, rien n'est simple et c'est ici que Morpurgo décide de commencer son récit. Le fameux « Ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants » n'est pas pour ses deux héros. La princesse, en effet, peu à peu se renferme, s'étiole, et rien n'y peut, pas même les plus extravagantes idées et les plus beaux cadeaux de son prince. C'est la mort qui guette. Quel mal ronge Serafina ? D'où lui vient cette tristesse qui se mue en désespoir et lui ôte toute envie de vivre ? Tout l'amour du monde semble se heurter à un mur de solitude. À l'approche de Noël, Federico, désespéré, fuit le château où se meurt son épouse, rencontre une troupe de gens du voyage-marionnettistes, leur confie sa douleur et promet son royaume à qui sauvera Serafina. Les comédiens lui promettent de venir l'aider.

Le miracle de Noël aura-t-il lieu ? Federico verra-t-il mourir celle qu'il aime ?

Le prince amoureux est un conte sur l'extraordinaire force de l'amour certes, mais aussi la puissance du rire et de l'imagination. Le théâtre, par le biais des marionnettistes et de leurs animaux, se révèle pantomime et souffle de vie. Enfin, tout se recentre autour de Noël et de son sens premier : la nativité et l'enfant.

Morpurgo, une fois de plus, frappe très fort avec ce récit court, mais qui ne déroge pas à l'extraordinaire poésie et à la profonde humanité qui sont deux des caractéristiques premières de son auteur. Auxquelles s'ajoute un véritable talent littéraire, n'en doutez pas ! La douceur de Serafina, l'amour absolu de Federico, la quête du bonheur perdu font de ce conte très émouvant un modèle du genre.

Le trait de E.C. Clark, parfois naïf et toujours d'une extrême douceur, convient à la perfection à ce texte tendre, souvent poignant mais aussi plein d'espoir. La palette de couleurs, riche, est employée au mieux et confère à ce petit ouvrage un véritable charme.

On peut regretter peut-être que les éditeurs français aient choisi de modifier le titre du livre et de traduire The best of times (le meilleur des temps) par le prince amoureux.

Le titre anglais, plus énigmatique en apparence, prend sens à la fin du conte... et quel sens ! Dommage. Il est parfois bon de laisser le voile se lever doucement...

 

Mathilde Piccoletti

L'île aux histoires Tome I

 

Lîle aux histoires.jpg

Tanja Siren et Yann Apperry
Illustrations de Christian Volckman
L'école des Loisirs, collection Neuf, octobre 2009, 8€

 

Découvrez un monde merveilleux dans lequel les maisons et les rues changent constamment de place, et où l'on peut seulement compter sur les arbres qui eux sont inamovibles pour retrouver son chemin. Partez à la rencontre des habitants de ce monde magique dans lequel les animaux parlent, les humains perdent la boule, les géants sont des mages, les tapis volent, allez Paricis, Parlabas, au Moulin à Rumeurs, Au Loin, Dans la maison de Léandre le Petit, rencontrez le professeur Tirelalangue pour retrouver la mémoire...

Divisé en petits chapitres ce court roman, est un véritable enchantement. Superbement écrit à quatre mains, mais sans que l'on sente les tiraillements et les différences parfois préjudiciables à ce genre d'exercice. Les illustrations sont belles et toujours au service du texte, au bon moment, comme si les trois auteurs n'étaient qu'un.

Avec les fées et les pêcheurs de rêves, découvrez le monde de l'île aux histoires où chaque chapitre vous entrainera plus loin dans le monde de l'imaginaire.

Un excellent roman pour les jeunes lecteurs et les moins jeunes qui ont gardé une âme d'enfant.  A lire absolument ! On attend la suite avec impatience

 

Jean-Luc

Publié dans #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Kimonos

Kimonos.jpg

Annelore Parot
Editions Milan Jeunesse, collection Kokeshi, octobre 2009, 14,5€

 

 

L'univers d'Annelore Parot est fait de douceur, de couleurs et de surprises. Les poupées Kokeshis remportent un franc succès auprès de nos petites filles et franchement on les comprend. Un album construit intelligemment, avec des pages amusantes, qui poussent à la découverte, à la réflexion avec des énigmes et devinettes sur le monde des Kokeshi, et la découverte d'un univers aux antipodes du notre. Charmant,  intelligent et superbement illustré fourmillant de détails tous plus craquants les uns que les autres : que demander de plus ?

Bravo !!!

 

Louise

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les Maximonstres

lesMaximontres.jpg

L'île aux monstres
Dave Eggers
Traduit de l'anglais (américain) par Christophe Rosson
Au Diable Vauvert, Décembre 2009, 18 €

 

Les Maximontres est un roman, inspiré de l'album paru pour la première fois en 1963 de l'imaginaire de Maurice Sendak intitulé Max et les Maximonstres (voir chronique sur le site). Album qui fit date dans l'édition jeunesse et dans l'imaginaire de bien des enfants de l'époque devenus des hommes aujourd'hui comme l'auteur de l'île aux monstres Dave Eggers.

L'auteur l'explique lui même à la fin du roman en disant que l'aventure a commencé avec Spike Jonze qui lui a demandé de collaborer à l'élaboration de son film , à l'adaptation du précieux album. (pourquoi ne pas aller voir le film).

Voici donc l'histoire de Max, un jeune garçon insupportable qui souffre du regard des adultes sur lui et qui comme mode d'expression a décidé de leur rendre la vie impossible, tout comme à sa sœur aînée. Les cents premières pages permettent de découvrir Max, sa famille, ses amis et son entourage avec des passages hilarants comme celui où la mère d'un de ses amis décide de le raccompagner chez lui alors qu'il habite au bout de la rue. Mais être un monstre est parfois difficile et certaines limites sont dépassées de façon insupportables. Alors vêtu de son costume de loup il s'enfuit de sa maison et va monter sur une barque qui va l'entraîner vers une île fantastique : l'île aux monstres.

Sur cette île vivent des monstres, des vrais : Douglas, Carol, Judith, Ira, Alex, Taureau et Katherine. Il les surprend en pleine phase de destruction et pourrait même finir en repas pour monstres. Mais, non, il va devenir leur roi et devoir pour survivre et détourner leurs appétits de monstres sanguinaires et gloutons inventer toute sorte de jeux, d'occupations.

L'île aux monstres, oscille comme le confie l'auteur à la fin du livre, entre l'album, le film et les souvenirs, ce qui est resté en Dave Eggers de sa vision et de sa compréhension de Max et les Maximonstres. Et la magie de l'ouvrage et son intérêt résident justement  là. En effet, on se rend compte rapidement que ce roman est une porte ouverte vers l'imaginaire le plus fou : autant de lecteurs que de visions du livre, de peurs, d'angoisses exprimées ou non.

A découvrir

 

Joseph

La nuit des Zéfirottes

LanuitedesZéfirottes.jpg

Claude Ponti
L'école des Loisirs, septembre 2006, 24,5€

 

 

Une nuit vous dormez paisiblement et hop vous vous réveillez en Zéfirotte. Oui en Zéfirotte... connaissez pas ? pfffffffffffffff... oh là là mais vous vivez sur quelle planète ? Que faisiez-vous en septembre 2006 ? Ben oui au moment septembre ou octobre ou novembre selon les années où sort le grand album de Claude Ponti. Le Ponti de l'année, celui de la hotte du père Noël, du petit plaisir (bon là j'avoue un peu encombrant), celui qui vous sort de la brume et vous entraine dans un univers fantastique.

Bon mais là on s'éloigne du sujet, donc les Zéphirottes : elles prétendent vivre là depuis toujours et même que Paris ne serait pas Paris sans elles !

Il faut bien avouer qu'à y regarder de plus près, il y en a partout ! Quoi ? Ben des Zéfirottes et oh il faut suivre un peu... partout, dans les murs dans les plaintes, les bouches d'égouts, les monte-charges...et puis dans Notre-Dame. Et d'ailleurs en parlant de Notre-Dame, un scoop : « Les Parisiens et les touristes croient que les gargouilles sont des sculptures pour faire joli, ou pour faire peur aux méchants. En fait, ce sont des tours de guet zéfirottes pour surveiller la ville. » Ca vous en bouche un coin, non ? Et là, magique, vous ouvrez la double page et vous découvrez l'envers du décors, une ville dans la ville. Et oui, quand les humains construisent une maison... il faut les Zéfirottes pour les faire tenir de bout avec leurs tuyaux à air. Sinon, pfouittttt, en vrac le monument, comme une baudruche. Et puis vous apprendrez tout sur ce petit peuple merveilleux et mystérieux, qui ne dort jamais sauf de temps en temps pour très très longtemps.

Ils peuvent dormir jusqu'à cent ans et ils tombent n'importe où, alors une couette s'installe ... avec un panneau de signalisation afin qu'on ne leur marche pas dessus.

Un monde à l'imaginaire débordant, plein de surprises au fil des pages et des doubles pages, des rabats pour découvrir qui sont les Zéfirottes, ce qu'elles font et vous serez surpris. Mais un danger menace Paris qui est envahie par la mauvaise herbe avec « une sale tête de crèveenmord ». ..

Découvrez comment les Zéfirottes avec leurs amis vont partir au secours du monde, combien de merveilles vous rencontrerez, des êtres fantastiques et la bataille finale véritable festival.

Un livre grand format, formidable aussi bien par l'histoire que par la magie et la poésie des inventions, des détours empruntés par l'auteur. Fidèle à son habitude : des références, des êtres fantastiques et une touche de magie et de folie, avant de vous rendormir « entre minuit cinq et minuit cinq ».

 

Un superbe album, l'année 2006 est un grand cru ! Survolez Paris à bord des Arrotrompes et laissez vous emporter.

 

Mathilde

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook