Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 janvier 2022

Leur sang coule dans tes veines

Coup de ❤️❤️❤️❤️❤️ de la rentrée ! Un roman puissant et addictif ! Génial ! 


61oKdUwMB0L.jpeg

 

 

L’un des premiers romans de la rentrée et déjà  le coeur qui tape et le plaisir de lire un très bon roman.
 Matha est tombée d’un arbre dans son jardin. Cet accident lui a couté un oeil et depuis elle se replie sur elle même parce qu’elle a le sentiment d’être devenue un monstre aux yeux des autres et puis surtout parce qu’elle peut lire leurs émotions et leurs souvenirs au simple contact de leur vêtement de manière plus ou moins intense en fonction de la matière du vêtement porté.
Paniquée, n’obtenant pas de réponse ou ne pouvant en avoir de ses parents divorcés qui la prennent en tenaille, elle décide de rejoindre l’île de Skjebne, l’ile de son enfance où pense-t-elle sa grand-mère sera la seul à pouvoir lui répondre. 

Dès les premières pages Martha est littéralement en fuite vers ce qu’elle pense être son refuge, dès les premières lignes l’autrice comme par magie happe le lecteur et le tient désormais pris au piège des lignes qui dansent sous ses yeux.
Là-bas, le suspens tombe vite, elle arrive trop tard, sa grand-mère est morte et c’est seule pense-t-elle qu’elle devra affronter le mystère de ses nouveaux pouvoirs. C’est sans compter le hasard. Stig jeune homme perdu comme elle, a rejoint l’île et s’est réfugié dans la maison qu’il pensait abandonnée. Les deux vont devoir cohabiter et plus encore. Mais surtout il faut faire vite, car en mourant sa grand-mère a du abandonner son rôle de veilleuse, celui échu depuis tant de générations aux femmes de la famille qui consiste à arroser avec l’eau du puit l’arbre étrange qui se trouve derrière la maison, Ygdrasil selon la mythologie nordique. Et sans ces attentions journalière, l’arbre se meurt et ouvre peu à peu la porte au royaume des morts dont les âmes affolées s’échappent en même temps qu’une créature redoutable assoiffée de sang et de mort. Il faut faire vite, la bête rôde, elle a déjà tué et sa prochaine cible semble évidente. Au fil des pages, en même temps que l’évolution menée au pas de charge de l’histoire, se greffe celle de la famille de Martha. On découvre ainsi ses liens avec la mythologie nordique, les explications liées à ces pouvoirs étranges, ce lien avec le royaume des morts, et l’urgence qu’il y a à ce que les choses retrouvent leur situation ancestrale pour que le monde puisse de nouveau fonctionner ou couler dans le chaos.
C’est absolument bluffant, c’est très bien écrit, c’est totalement addictif et on sort quasi épuisé et à bout de souffle de cette lecture (plaisir bien évidemment) qui nous entraîne entre mythologie et horreur et surtout qui est écrit de telle manière que nous aussi lecteurs avons le sentiment d’avoir reçu les mêmes pouvoirs que l’héroïne et d’être devenus des éponges à émotions et à sentiments étranges et passionnés.
Un très bon premier tome qu’il faut dévorer sans attendre. Un seul défaut la suite n’arrive qu’à l’automne, mais vraiment c’est formidable. 

 

Jean-Luc 

 

 

 

61oKdUwMB0L.jpeg

Leur sang coule dans tes veines  

Rachel Burge

Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) : Corinne Daniellot

Editions Casterman Jeunesse, 5 janvier 2022, 16 €

03 janvier 2022

La reine et les trois soeurs

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022, puisse-t-elle vous être aussi merveilleuse que cet album ❤️❤️❤️❤️❤️

 

91lydZEsWHL.jpeg

 

Comment vous dire l’émotion, l’émerveillement, la curiosité que l’on ressent à l’ouverture et à la lecture de ce bel album à la couverture renforcée et richement illustrée : un avant goût de ce qui vous attend. 

Tout dans cette histoire nous entraine vers ce qui n’est ni logique, ni évident et très vite vous accepterez d’être emportés dans un monde étrange, fantasmagorique.
Tout commence lorsque Franca ce jour-là n’eut plus envie de rien. Que lui est-il arrivé ? Qui a bien donc pu la mettre dans cette état ? Ses deux petites soeurs Carmela et Tomasina eurent bien du mal à comprendre et à répondre à la question de leur aînée qui se sentait toute bizarre. Bizarre ? Oui mais comment ? 

C’est alors que Franca leur raconta son drôle de rêve de cette reine fantastique qui habitait au fond d’une grotte toute noire dans la forêt derrière le jardin.
Alors les trois petites filles entrainées par leur ainée firent ce qu’elles n’avaient jamais osé faire et qu’il ne faut jamais faire dans la vraie vie : elle s’aventurèrent seules sans prévenir personne dans la forêt derrière le jardin. Et là, plus elles s’enfonçaient dans la forêt plus les choses changèrent et plus le monde leur sembla différent et étonnant. Ainsi, elles prirent un thé avec Grand-Maman Araignée, s’égarèrent dans le labyrinthe des Fourmis, dansèrent avec des Rats pour l’enterrement de leur aïeule … et plus elles s’enfonçaient plus cela devenait étrange, inquiétant, croisant des créatures affamées avant d’arriver enfin dans la grotte du rêve. Et là : Franca en double, reine de la nuit, du monde souterrain qui donna le sentiment à la petite fille de s’être enfin trouvée, d’être libre. Par contre pour ses soeurs la fin de l’expérience approchait, Tomasina la première sortit de l’étrange enchantement dans lequel elle s’était enfoncé et Carmela après avoir hésité longuement décida de ramener sa petite soeur : de délicieuses lasagnes les attendaient.
L’histoire se termine  avec ces drôles de petites étoiles sur patte qui dansent la joie du bonheur et de la sérénité retrouvée.
Quelle histoire ? Que nous raconte-t-elle  ? Est-elle un conte fantastique qui au fil des pages nous plonge dans l’univers fantastique et merveilleux à la fois de l’autrice illustratrice ? Nous dit-elle que Franca a franchi le pas, qu’elle a grandi et que les ailes qu’elle s’est sentie poussée sont celles de la fin de l’enfance vers d’autres envies, d’autres univers ?
Le travail d’illustrations est juste éblouissant. On oscille entre monde réel et découvertes fantastiques  : des plantes étonnantes, des monstres colorés surgissent des pages, une armée de fourmi sur patte vient entasser son butin en offrande ç leur reine géante… tout est merveilleux dans cet album prolongeant, devançant, accompagnant l’histoire et nous laisse émerveillé des étoiles plein les yeux lorsque la dernière page se tourne et que la quatrième de couverture nous offre à son tout un voyage étonnant. Une merveille ! 

 

Jean-Luc 

 

91lydZEsWHL.jpeg

 

 La reine et les trois soeurs 

Julia Sarda

Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) : Rose-Marie Vassallo

Editions Kaléidoscope, 13 octobre 2021, 13,5 €

Lancelove et le chevalier aux mille monstres

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

❤️❤️❤️❤️❤️

 

51l94TXii2L.jpeg

 

Ce conte comme on en fait plus entrainera les plus téméraires d'entre vous à la suite de Lancelove un chevalier pas comme les autre se pensant le plus brillante de tous mais dont ses congénères se moquent avec son costume à plumes et sa cape en pétales de fleurs. Le pire est certainement son cheval Galopin de Pas-Marrant  un canasson de la pire espèce qui n’en fait que sa tête. 

Pourtant les demoiselles, le trouve si charmant, même la Princesse Laudine semble lui faire les yeux doux. Alors,  lors du Grand Rendez vous de la Chevalerie, alors que ses confrères racontent leurs exploits, le voici qui se ventre de ramener bientôt le Chat-Ours. Stupeur dans l’assemblée : cet animal que personne n’a jamais vu mais qui est vanté par les poètes pour sa beauté et sa magie, recherché depuis des siècles serait-il à la portée de ce petit chevalier ? 

Le départ fait, il faut entrer dans le Pays Imaginaire et les ennuis commencent.  Des monstres et géants sur le chemin ; des forets inquiétantes qui courent ; la terrible Clairière de Souvenance ; la forêt à Blablas ; et la Forêt-qui -Ment … 

Une épopée fantastique et drôle, emplie de chausses-trappes et de surprises pour ramener le petit monstre à la princesse qui s’est déjà amourachée d’un autre ! 

Tout fonctionne dans cet histoire, le format de l’album, les choix de mises en page et d’organisation des illustrations, les couleurs, les monstres et étranges créatures qui surgissent à la Jérome Bosch avec les casques des chevaliers et têtes de certaines créatures, du Maurice Sendak aussi avec ces monstres superbes.
Un album au héros fantasque et étonnant avec des détails et des fulgurances à chaque page. Du très grand Carl Norac accompagné par les illustrations sublimes et magiques de Juliette Barbanègre.  Une pépite à offrir absolument et à s’offrir. 

 

Jean-Luc 

 

51l94TXii2L.jpeg

 

Lancelove et le chevalier aux  mille monstres

Carl Norac

Illustrations : Juliette Barbanègre 

Editions l’école des loisirs, collection Pastel,  17 novembre 2021, 13,5 € 

 

 

Le transsibérien : départ immédiat pour l’autre bout du monde

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

 

816omnxmM5L.jpeg

 

 Comme le rappelle l’autrice dans sa présentation de l’ouvrage au début du livre, ce train de légende né en 1891, met six jours pour relier Moscou à Saint Petersbourg. Et ce train, cet immense chantier a tout transformé, jetant des ponts par dessus les fleuves, transformant les villages en cités importantes et permettant de relier au plus vite cet immense espace que représente l’empire russe dont a hérité en grand partie la Russie actuelle. 

Divisé en grandes parties, le point de départ est bien évidemment Moscou et donc la partie Europe jusqu’à l’Oural. Cette partie du territoire qui ne représente que 25 % de l’ensemble abrite 75% de la population du pays. Au fil des pages, on fait de la géographie, on apprend des détails étonnants sur la vie dans le train sur les territoires, les villes qu’il traverse. Pour chaque double page d’arrêt l’autrice a eu la bonne idée de mettre à disposition du  lecteur des contacts, souvent jeunes qui nous font faire le tour des curiosité à voir à absolument, des petits plats locaux, des animaux et paysages particuliers de telle ou telle région traversée. 

Viennent ensuite le même processus avec la Sibérie occidentale, la Sibérie orientale et l’Extrême Orient russe : la vie dans ce train pas comme les autres avec ses us et coutumes ; un peu de géographie, puis la rencontre avec les contacts et la visite des villes et arrêts traversés. A l’arrivée, le port de Vladivostok saura vous charmer et vous surprendre encore après un si long périple. Un album documentaire aux illustrations surprenantes et belles, qui fourmillent de détails et nous plongent dans l’atmosphère des lieux traversés et de leur histoire. Un documentaire superbe, étonnant et passionnant qui nous emmène vraiment en voyage. Une publication exceptionnelle coup de coeur de la libraire Amandine et de ses lutins. 

 

Jean-Luc 

 

 

816omnxmM5L.jpeg

Le transsibérien : départ immédiat  pour l’autre bout du monde
Alexandra Litvina

Illustrations : Anna Desnitskaïa 

Traduit du russe : Alexandre Nicolet 

Editions Rue du Monde, 25 novembre 2021, 22,8 €

Respectons les animaux !

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

 

9782203215719.jpg

Le regard mi impérieux, mi désespéré, de cette espèce humaine invasive et pénible,  de la marmotte de couverture donne le ton du documentaire. Ça va chauffer ! Au fil des doubles pages très bien documentées, avec des textes courts, incisifs et directs, illustrées de façon drôle, ludique et insolente, on va ainsi passer en revue les relations entre les humains et les animaux. On voit ainsi passer les premières sociétés humaines, les gaffes (le coup des lapins en Australie, bien connu est excellent à rappeler ici) parce que toutes les espèces ne sont pas faites pour vivre ensemble au même endroit et les humains parfois peuvent causer de gros dégâts aux espèces endémiques en introduisants d’autres spécimens dangereux. On parle aussi élevage et conditions de vie, on fait le point sur les vegans, la chasse, certaines habitudes hallucinantes pour arriver ensuite sur les droits des animaux, le rappel qu’un animal n’est pas un chose et bien d’autres choses encore. C’est au total quelques trente sept entrées passionnantes merveilleusement illustrées qui nous sont ainsi offertes et permettront à nos jeunes amis et à ceux qui les accompagnent de faire le point sur la cause animale et sur la façon dont nous les humains nous nous comportons. C’est vaste, varié, précis et passionnant ! A adopter dans toutes les bibliothèques de France et de Navarre et dans les CDI et autres médiathèques. 

 

Jean-Luc 

 

9782203215719.jpg

Respectons les animaux !  

Ola Woldanska-Plocinska 

Traduit du polonais : Nathalie Le Marchand 

Editions Casterman jeunesse, 3 mars 2021, 15,95 €

Ma mère est une forêt

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

 

51oTWrakZEL.jpeg

 

Vous avez besoin d’un peu de douceur pour commencer cette année qui semble aussi mal partie que la précédente ? Alors cet album est pour vous. Gwendoline Raisson au texte et  Ilheim Abdel-Jelil pour les illustrations vous ont concocté un océan de douceur et de plénitude absolue. Véritable ode à l’enfance et à l’imagination, l’album nous plonge dans les bras de cette forêt dont les animaux et les décors prennent vie sous les crayons d’ Ilheim Abdel-Jelil qui à l’unisson de l’image de couverture nous montre partout des animaux merveilleusement dessinés, des décors foisonnants de détails à la grande délicatesse. A la fin de l’album surgit un enfant heureux qui se lance dans ses premiers pas chancelants, heureux et fier de pouvoir être libre seul le temps d’un instant. 

Rêver et apprendre à grandir : merveilleux 

 

Jean-Luc 

 

51oTWrakZEL.jpeg

Ma mère est une forêt  

Gwendoline Raisson

Illustrations : Ilheim Abdel-Jelil

Editions l’école des loisirs, collection Pastel, 17 novembre 2021, 13 €

Hé ! là-haut !

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

 

91F54pa5guL.jpeg

 

C’est une histoire pour rêver, grandir et assumer. Titou est tout petit et rêve de monter un jour là-haut sur l’arbre tout en haut pour découvrir. Mais il a du travail et doit s’y remettre, c’est bien beau de rêver. Pourtant en plein effort, il reçoit des feuilles sur la tête et là trop c’est trop ! Il décide de grimer. Au fil de sa montée, il va rencontrer tout un petit monde visiblement très occupé à se préparer pour quelque chose de spécial qui doit avoir lieu le soir même. Après bien des rencontres qui toute protestent de leur innocence, il trouve enfin le gredin qui lui jetait des choses sur la tête et lui grignote ses provisions. Et puis surtout le soir est venu et Titou va découvrir avec ses nouveaux amis  le spectacle éblouissant de la pleine lune.
Un album tendre et drôle de Christine Davenier  dont on aime le talent de conteuse et d’illustratrice avec son monde rempli de couleurs et d’ombres colorées. Un album vivant et beau dans lequel on se sent bien et que les petits aiment parce qu’il y a de l’aventure, des amis à découvrir et au final un spectacle dans lieu impressionnant si haut dans les branches.

Jean-Luc 

 

91F54pa5guL.jpeg

 

 

 

 

Hé ! là-haut ! 

Christine Davenier 

Editions l’école des loisirs, loulou & Cie, 26 mai 2021, 11,5 €

La baignade

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

 

9782246824299-_pg.jpeg

Trop longtemps que nous voulions vous parler de cet album joyeux et heureux. Il nous raconte l’histoire d’Odile une petite oie coquette qui un beau jour d’été décide de partir se baigner dans l’étang voisin. Elle appelle ses copines puisque Charlot le chat lui ne veut pas se baigner : quelle idée ?.
Commence alors une longue journée d’été près de l’eau et alors que certaines se prélassent au soleil, Odile joue, nage et plonge quand soudain ? Panique à bord. Qu-‘a-t-elle donc bien pu voir sous l’eau qu’i l’ait effrayé de la sorte ? Un album pour rire, se souvenir ou attendre et rêver de l’été. Un album pour trembler, que vont découvrir les amies sous l’eau de si terrible ? Des illustrations douces aux couleurs pastels qui nous entraînent dans cette chaude journée et nous y transportent encore et toujours quelque soit la saison de lecture. Une petite pépite de bonheur, d’amitié, d’imagination et de joie ! On aime 

 

Jean-Luc 

 

pages-de-baignade_int_pg.jpeg

Illustrations © Grasset Jeunesse. tous droits réservés. Merci 

 

 

La baignade 

Emma Lidia Squillari
Texte français de Christian Demilly

Editions Grasset jeunesses, 21 avril 2021, 15 € 

 

 

9782246824299-_pg.jpeg

Les yeux fermés

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

 

DEUX_19_Yeuxfermes_coverLR.jpg

Moe et Lily jouent de la musique quand d’un coup Lily n’est plus concentrée et se dirige vers les cris qu’elle a entendu. Elle découvre alors un petit lapin perdu. Mais comment lui permettre de retrouver les siens ? A cette question que vous lecteurs vous vous posez et que se pose Moe également Lily a une réponse : il suffit d’écouter le vent qui fait voyager les sons. Et ainsi en fermant les yeux, en se concentrant les deux amis, vont découvrir et entendre des bruits étranges, délicats, surprenants auxquels ils ne prêtent guère d’attention en temps normal. Et au bout de la chaîne, le bruit des lapins qui jouent dans les buissons. Alors Lily se laisse guider par son ami parce que sa canne blanche est difficile à utiliser dans le jardin.
Un album qui évoque avec sensibilité le problème de non-voyants, qui nous montre que d’autres sens se développent alors qui permettent à Lily d’entendre ce à quoi nous ne prêtons plus attention. Il nous parle d’amitié et de bonheur de vivre. Un album onirique, porté par des illustrations belles, douces, qui parfois couvrent l’espace de la page et à d’autres moments juste quelles espaces où dansent les demoiselles par exemple. Le trait est sur, les couleurs s’estompent et teintent d’une couleur délicate certains espaces pour mieux jouer du contraste avec d’autres moments de l’histoire.
Cet album respire la sérénité, une autre façon de sentir, de voir d’entendre et de vivre. Merveilleux 

 

Jean-Luc 

 

DEUX_19_Yeuxfermes_coverLR.jpg

Les yeux fermés  

Catherine Latteux

Illustrations Célina Guiné 

Editions d’eux, 10 novembre 2021, 14 € 

La lettre mystère : un cherche et trouve dans la ville

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

 

A12oPnsi9fL.jpeg

Tom a écrit à son grand-père, mais la lettre a connu quelques péripéties. Sa lettre vous devrez la retrouver toute à la fin dans une enveloppe et vous verrez qu’il manque beaucoup de mots. En surfant dans le cherche et trouve des pages précédentes et en répondant aux indices, retrouve les mots manquants ou devenus peu lisibles pour aider le grand-père de Tom à déchiffrer la lettre de son petit-fils. Charades, jeux de mots, lieux à retrouver, mots à inverser, les pistes ne manquent pas et les grandes doubles pages qui fouillent de détail et de personnages surtout sauront vous guider et vous permettre d’avancer peu à peu. Bonne chasse et bon jeu 

 

Jean-Luc 

 

A12oPnsi9fL.jpeg

La lettre mystère : un cherche et trouve dans la ville 

Rémi Chaurand 

Illustrations Camille Ferrari 

Editions de la Martinière jeunesse, 7 mai 2021, 13,9 €

L’incroyable machine à liberté

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

 

41UioIH8XJL.jpeg

 

Une petite fille avec un cochon domestique rigolo, une première rencontre tôt alors qu’elle était toute petite avec les machines à liberté et le rêve un jour de pouvoir s’envoler elle aussi. Alors, il a fallu de la persévérance, la faire pousser, le regarder grandir pour q’un jour la machine enfin à sa taille lui permette de s’envoler et de devenir la plus chanceuse des rêveuses dans un monde gris, triste et de frontières. Kirli Saunders  nous raconte une drôle d’histoire sur le rêve, la liberté, la possibilité de s’évader par l’imagination les livres. L’ensemble est illustré de manière étonnante par  Matt Ottley  qui offre aux jeunes lecteurs tout un univers fantastiques, qui des machines aux décors flirte entre rêve et réalité. C’est coloré, beau et une véritable invitation au voyage et au dépaysement .

Jean-Luc

 

41UioIH8XJL.jpeg

L’incroyable machine à liberté 

Kirli Saunders

Traduit de l’anglais (Australie) : Rose-Marie Vassalo

Illustrations : Matt Ottley

Editions Kaléidoscope, 27 janvier 2021, 13 €

La glace aux coquelicots

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

91twE+P91JS.jpeg

 

Un très joli album, sur la mémoire qu’on partage entre génération, sur le plaisir de la découverte, sur les souvenirs flous qui changent des parents aux grands parents et le temps de cette balade en famille, des kilomètres avalés et des centaines d’images, de sons, d’odeurs partagés pour créer la mémoire d’une famille qui s’aime. C’est doux, beaux et délicieusement dessiner. Pour rêver au printemps et à l’été qui reviendront et qui permettront qui sait de se rouler dans un champs de coquelicots. Magique 

 

Jean-Luc

 

91twE+P91JS.jpeg

La glace aux coquelicots  

Gérard Goldman

Illustrations de Geneviève Casterman.
Editions Pastel de l’école des loisirs, 26 mai 2021, 12,5 €

Mon papa

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

coup de ❤️❤️❤️❤️

 

71LDKh29BEL.jpeg

 

Cet album fantastique mérite toute votre attention. Il nous raconte par la bouche et les yeux d’un petit garçon combien son papa et génial. Alors oui, les premières pages nous posent des questions sur la représentation de ce qu’est un super papa, à l’enfant qui lit le livre et à nous adultes qui allons l’accompagner dans la lecture. Ici pas de super héros engagé en apparence dans une vie trépidante, mais … un vrai papa, présent, attentif, drôle, qui fait la cuisine est là pour jouer, écouter, vibrer et développer l’imagination de son petit garçon. 

Un album merveilleux qui de page en page nous entraine toujours plus loin dans l’amour partagé de ces deux là, et leur joie de vivre communicative. Les illustrations de Marina Ruiz  font elles aussi beaucoup pour nous entrainer dans l’univers de l’autrice, les crayonnés font mouche, les détails fourmillent et les couleurs se fondent délicieusement pour créer une atmosphère toute particulière. Un vrai plaisir de lecture, un vrai cri d’amour pour son papa, une invitation à l’imagination et au bonheur. Merveilleux . 

 

Jean-luc 

 

71LDKh29BEL.jpeg

Mon papa  

Suzan Quinn

Illustrations Marina Ruiz

Editions Père Castor, Flammarion jeunesse, 2 juin 2021, 13,5 € 

A l’infini

Amandine et ses lutins vous souhaitent une très belle année 2022 

 

9782278100682-001-T.jpeg

Une petite créature heureuse de se lever en même temps que ses parents. Une petite chose qui découvre la vie, le monde et s’émerveille : d’où vient l’eau ? Comme il serait bon de savoir nager …et qui entraine papa et maman dans sa course aux questions. Un album léger comme une plume, tant par le format que par les illustrations entre vers et bleu qui amènent à la découverte, à la surprise et au calme absolu. Une lecture douce et tendre à savourer sans modération avec les petits. 

 

Jean-Luc 

 

9782278100682_1.jpeg

 

9782278100682_2.jpeg

 

9782278100682_3.jpeg

 

illustrations © Didier jeunesse. tous droits réservés, merci 

A l’infini 

Suzy Chic, Cécile Weber

Illustrations : Monique Touvay 

Editions Didier jeunesse, 10 mars 2021, 11,9 € 

27 décembre 2021

Matin Minet : à l’intérieur

419S03Szb1L.jpeg

 

Ce petit album est parfait pour l’hiver. Il nous conte l’histoire de Matin Minet et de son colocataire Hadek un petit charançon. Il neige dehors, alors, il s’occupent comme ils peuvent, Hadek s’installe confortablement avec ses livres et Matin Minet lui calfeutre la porte et les fenêtres et range la maison. Mais au fil des jours alors que la neige n’en finit pas de tomber, il s’ennuie et c’est Hadek qui va le sortir de cette situation en lui proposant de se plonger dans les histoires qu’il dévore et que bientôt ils vont partager tous les deux. Anne Herbauts offre à nos jeune amis une histoire douce et chaude, d’amitié et de découverte, d’amour des livres qui toujours nous font grandir et occupent, enrichissent notre imaginaire. Merveilleux conte d’hiver à lire blotti au coin du feu… 

 

Jean-Luc 

 

Matin Minet : à l’intérieur   ; Anne Herbauts ; Editions l’école des loisirs, collection Pastel, 10 novembre 2021, 11,5 €