Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 décembre 2009

le prince amoureux

leprinceamoureux.jpg

Michael Morpurgo
Traduit de l'anglais par Diane Ménard
Illustré par Emma Chichester Clark
Gallimard Jeunesse, septembre 2009, 7€

 

 

Encore un conte de Noël... un énième ?

Le prince Federico, valeureux et aimé de tous, rencontre la princesse de ses rêves, Serafina, douce et charmante. Voici un conte rondement mené ; en une page, la première, tout est dit : le prince a trouvé et conquis - sans difficulté - sa princesse.

Oui, mais voilà, rien n'est simple et c'est ici que Morpurgo décide de commencer son récit. Le fameux « Ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants » n'est pas pour ses deux héros. La princesse, en effet, peu à peu se renferme, s'étiole, et rien n'y peut, pas même les plus extravagantes idées et les plus beaux cadeaux de son prince. C'est la mort qui guette. Quel mal ronge Serafina ? D'où lui vient cette tristesse qui se mue en désespoir et lui ôte toute envie de vivre ? Tout l'amour du monde semble se heurter à un mur de solitude. À l'approche de Noël, Federico, désespéré, fuit le château où se meurt son épouse, rencontre une troupe de gens du voyage-marionnettistes, leur confie sa douleur et promet son royaume à qui sauvera Serafina. Les comédiens lui promettent de venir l'aider.

Le miracle de Noël aura-t-il lieu ? Federico verra-t-il mourir celle qu'il aime ?

Le prince amoureux est un conte sur l'extraordinaire force de l'amour certes, mais aussi la puissance du rire et de l'imagination. Le théâtre, par le biais des marionnettistes et de leurs animaux, se révèle pantomime et souffle de vie. Enfin, tout se recentre autour de Noël et de son sens premier : la nativité et l'enfant.

Morpurgo, une fois de plus, frappe très fort avec ce récit court, mais qui ne déroge pas à l'extraordinaire poésie et à la profonde humanité qui sont deux des caractéristiques premières de son auteur. Auxquelles s'ajoute un véritable talent littéraire, n'en doutez pas ! La douceur de Serafina, l'amour absolu de Federico, la quête du bonheur perdu font de ce conte très émouvant un modèle du genre.

Le trait de E.C. Clark, parfois naïf et toujours d'une extrême douceur, convient à la perfection à ce texte tendre, souvent poignant mais aussi plein d'espoir. La palette de couleurs, riche, est employée au mieux et confère à ce petit ouvrage un véritable charme.

On peut regretter peut-être que les éditeurs français aient choisi de modifier le titre du livre et de traduire The best of times (le meilleur des temps) par le prince amoureux.

Le titre anglais, plus énigmatique en apparence, prend sens à la fin du conte... et quel sens ! Dommage. Il est parfois bon de laisser le voile se lever doucement...

 

Mathilde Piccoletti

L'île aux histoires Tome I

 

Lîle aux histoires.jpg

Tanja Siren et Yann Apperry
Illustrations de Christian Volckman
L'école des Loisirs, collection Neuf, octobre 2009, 8€

 

Découvrez un monde merveilleux dans lequel les maisons et les rues changent constamment de place, et où l'on peut seulement compter sur les arbres qui eux sont inamovibles pour retrouver son chemin. Partez à la rencontre des habitants de ce monde magique dans lequel les animaux parlent, les humains perdent la boule, les géants sont des mages, les tapis volent, allez Paricis, Parlabas, au Moulin à Rumeurs, Au Loin, Dans la maison de Léandre le Petit, rencontrez le professeur Tirelalangue pour retrouver la mémoire...

Divisé en petits chapitres ce court roman, est un véritable enchantement. Superbement écrit à quatre mains, mais sans que l'on sente les tiraillements et les différences parfois préjudiciables à ce genre d'exercice. Les illustrations sont belles et toujours au service du texte, au bon moment, comme si les trois auteurs n'étaient qu'un.

Avec les fées et les pêcheurs de rêves, découvrez le monde de l'île aux histoires où chaque chapitre vous entrainera plus loin dans le monde de l'imaginaire.

Un excellent roman pour les jeunes lecteurs et les moins jeunes qui ont gardé une âme d'enfant.  A lire absolument ! On attend la suite avec impatience

 

Jean-Luc

Publié dans #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Kimonos

Kimonos.jpg

Annelore Parot
Editions Milan Jeunesse, collection Kokeshi, octobre 2009, 14,5€

 

 

L'univers d'Annelore Parot est fait de douceur, de couleurs et de surprises. Les poupées Kokeshis remportent un franc succès auprès de nos petites filles et franchement on les comprend. Un album construit intelligemment, avec des pages amusantes, qui poussent à la découverte, à la réflexion avec des énigmes et devinettes sur le monde des Kokeshi, et la découverte d'un univers aux antipodes du notre. Charmant,  intelligent et superbement illustré fourmillant de détails tous plus craquants les uns que les autres : que demander de plus ?

Bravo !!!

 

Louise

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les Maximonstres

lesMaximontres.jpg

L'île aux monstres
Dave Eggers
Traduit de l'anglais (américain) par Christophe Rosson
Au Diable Vauvert, Décembre 2009, 18 €

 

Les Maximontres est un roman, inspiré de l'album paru pour la première fois en 1963 de l'imaginaire de Maurice Sendak intitulé Max et les Maximonstres (voir chronique sur le site). Album qui fit date dans l'édition jeunesse et dans l'imaginaire de bien des enfants de l'époque devenus des hommes aujourd'hui comme l'auteur de l'île aux monstres Dave Eggers.

L'auteur l'explique lui même à la fin du roman en disant que l'aventure a commencé avec Spike Jonze qui lui a demandé de collaborer à l'élaboration de son film , à l'adaptation du précieux album. (pourquoi ne pas aller voir le film).

Voici donc l'histoire de Max, un jeune garçon insupportable qui souffre du regard des adultes sur lui et qui comme mode d'expression a décidé de leur rendre la vie impossible, tout comme à sa sœur aînée. Les cents premières pages permettent de découvrir Max, sa famille, ses amis et son entourage avec des passages hilarants comme celui où la mère d'un de ses amis décide de le raccompagner chez lui alors qu'il habite au bout de la rue. Mais être un monstre est parfois difficile et certaines limites sont dépassées de façon insupportables. Alors vêtu de son costume de loup il s'enfuit de sa maison et va monter sur une barque qui va l'entraîner vers une île fantastique : l'île aux monstres.

Sur cette île vivent des monstres, des vrais : Douglas, Carol, Judith, Ira, Alex, Taureau et Katherine. Il les surprend en pleine phase de destruction et pourrait même finir en repas pour monstres. Mais, non, il va devenir leur roi et devoir pour survivre et détourner leurs appétits de monstres sanguinaires et gloutons inventer toute sorte de jeux, d'occupations.

L'île aux monstres, oscille comme le confie l'auteur à la fin du livre, entre l'album, le film et les souvenirs, ce qui est resté en Dave Eggers de sa vision et de sa compréhension de Max et les Maximonstres. Et la magie de l'ouvrage et son intérêt résident justement  là. En effet, on se rend compte rapidement que ce roman est une porte ouverte vers l'imaginaire le plus fou : autant de lecteurs que de visions du livre, de peurs, d'angoisses exprimées ou non.

A découvrir

 

Joseph

La nuit des Zéfirottes

LanuitedesZéfirottes.jpg

Claude Ponti
L'école des Loisirs, septembre 2006, 24,5€

 

 

Une nuit vous dormez paisiblement et hop vous vous réveillez en Zéfirotte. Oui en Zéfirotte... connaissez pas ? pfffffffffffffff... oh là là mais vous vivez sur quelle planète ? Que faisiez-vous en septembre 2006 ? Ben oui au moment septembre ou octobre ou novembre selon les années où sort le grand album de Claude Ponti. Le Ponti de l'année, celui de la hotte du père Noël, du petit plaisir (bon là j'avoue un peu encombrant), celui qui vous sort de la brume et vous entraine dans un univers fantastique.

Bon mais là on s'éloigne du sujet, donc les Zéphirottes : elles prétendent vivre là depuis toujours et même que Paris ne serait pas Paris sans elles !

Il faut bien avouer qu'à y regarder de plus près, il y en a partout ! Quoi ? Ben des Zéfirottes et oh il faut suivre un peu... partout, dans les murs dans les plaintes, les bouches d'égouts, les monte-charges...et puis dans Notre-Dame. Et d'ailleurs en parlant de Notre-Dame, un scoop : « Les Parisiens et les touristes croient que les gargouilles sont des sculptures pour faire joli, ou pour faire peur aux méchants. En fait, ce sont des tours de guet zéfirottes pour surveiller la ville. » Ca vous en bouche un coin, non ? Et là, magique, vous ouvrez la double page et vous découvrez l'envers du décors, une ville dans la ville. Et oui, quand les humains construisent une maison... il faut les Zéfirottes pour les faire tenir de bout avec leurs tuyaux à air. Sinon, pfouittttt, en vrac le monument, comme une baudruche. Et puis vous apprendrez tout sur ce petit peuple merveilleux et mystérieux, qui ne dort jamais sauf de temps en temps pour très très longtemps.

Ils peuvent dormir jusqu'à cent ans et ils tombent n'importe où, alors une couette s'installe ... avec un panneau de signalisation afin qu'on ne leur marche pas dessus.

Un monde à l'imaginaire débordant, plein de surprises au fil des pages et des doubles pages, des rabats pour découvrir qui sont les Zéfirottes, ce qu'elles font et vous serez surpris. Mais un danger menace Paris qui est envahie par la mauvaise herbe avec « une sale tête de crèveenmord ». ..

Découvrez comment les Zéfirottes avec leurs amis vont partir au secours du monde, combien de merveilles vous rencontrerez, des êtres fantastiques et la bataille finale véritable festival.

Un livre grand format, formidable aussi bien par l'histoire que par la magie et la poésie des inventions, des détours empruntés par l'auteur. Fidèle à son habitude : des références, des êtres fantastiques et une touche de magie et de folie, avant de vous rendormir « entre minuit cinq et minuit cinq ».

 

Un superbe album, l'année 2006 est un grand cru ! Survolez Paris à bord des Arrotrompes et laissez vous emporter.

 

Mathilde

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Histoires de Fantômes

Histoiresdefantômes.jpg

Charles Dickens
Présentation et choix de Marie-Hélène Sabard 
Un chant de Noël et autres récits
L'école des Loisirs, Collection Classiques, Octobre 2009, 6€

 

Neuf courts récits, neuf nouvelles qui vous entraineront avec délice dans l'Angleterre et l'époque de Charles Dickens au travers de récits forts différents avec des approches du fantastique étranges et variées.

Une belle introduction au récit fantastique et au surnaturel, un choix de texte formidablement réussi avec une introduction passionnante et une chronologie à la fin du livre pour se repérer dans la vie de l'auteur.

 

Un conte de Noël : Découvrez le vieil avar Scrooge qui se dispute avec son neveu au sujet de Noël ou  menaçant son pauvre commis. Va alors apparaîre un esprit qui va lui annoncer trois visites : le Fantôme de Noëls passés qui lui permet de remonter le temps et de se voir à des époques différentes, avec une attitude et un comportement bien meilleurs ; Le Fantôme du Noël présent : qui lui permet de voir son apprenti Bob et son neveu qu'il maltraite tellement ; Le Spectre du Noël à venir : qui lui montre sa fin et va provoquer un changement radical dans l'attitude de Scrooge. A savourer avant d'aller voir le film, le Noël de Scrooge.

Le locataire et le fantôme : un pauvre locataire se meuble et notamment d'une pauvre vieille armoire, menace de la brûler mais en  sort un gémissement, et donc un esprit qui lui raconte son histoire. Court récit dans lequel le locataire parvient à convaincre le fantôme que lui comme ses confrères seraient mieux ailleurs qu'à Londres et dans ces vieilles demeures sinistres.

Le fauteuil hanté : Tom smart voyageur qui s'arrête dans une auberge, et qui va durant la nuit être confronté à un fauteuil particulier : il est hanté ! Et le fantôme de lui raconter sa vie, et celles des autres et notamment des habitants de l'auberge au point vous le verrez de lui confier un secret plus qu'important pour son avenir.

Manuscrit d'un fou : plongez dans l'univers de la folie, et voyez où peuvent mener les esprits.

Histoire du sacristain emporté par les Gobelins : par une nuit sombre le sacristain Gabriel  Grub  est enlevé par les Gobelins et leur roi.

Le Baron de Grogzwig :  découvrez comment marié, père de treize enfants, le baron veut en finir avec la vie jusqu'au moment où le spectre du suicide apparaît ! Et là ? A lire c'est très amusant.

L'histoire de la femme de journée : comment les domestiques de l'alderman Playford découvrent sa mort avant son annonce officielle.

Le treizième juré ou le procès pour crime : comment les esprits peuvent influencer les jurés et conduire un criminel à sa perte.

L'aiguilleur : un récit qui vous mènera au bord de la folie et du désespoir.

 

Neufs récits amusants ou tristes à découvrir sans tarder. Un très bon moment de lecture.

 

 

Jean-Luc Clerc

20 décembre 2009

Le colis surprise

Lecolissuprise.jpg

David Pelham
Valérie Le Plouhinec (Adaptateur)
Albin Michel Jeunesse, octobre 2009, 15,5€

 

C'est la bousculade chez la famille souris, quelqu'un frappe à la porte : toc toc toc ! Oh, le facteur, et un colis de Papy Souris de Singapour. Mais que peut-il y avoir de mystérieux dans ce colis géant ?

A partir de là, c'est un festival, tout le monde imagine ce qu'il peut bien y avoir dans le livre : une trottinette, une machine brillante pour compter les pattes des chenilles, un banjo tout en plastique à cordes d'argent fantastiques, un monstre énvervé... Et comme c'est un livre animé pour les petits, on peut toucher les différents objets pour obtenir des sensations multiples et rigolotes et puis de loin en loin des boîtes surprises d'où sortent des petites bêtes surprenantes et amusantes, avant d'arriver au  festival final. Vous ne serez pas déçus.

Un festival de couleur, d'inventions, de douceur et de fous rires garantis, un très beau colis surprise.

 

A découvrir et savourer sans attendre. Coup de coeur de Claire la libraire !

 

Louise

Publié dans #tout-petits, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Eon et le douzième Dragon

EonI.jpg

Eon et le douzième dragon
Alison Goodman
Traduit de l'anglais : Philippe Giraudon
Editions Gallimard Jeunesse, septembre 2009, 19€

 

Les douze dragons sont des êtres capables de manipuler l'énergie présente en toute chose, le Hua. Au début de chaque année, un des dragons devient ascendant pour les douze mois suivants. Il s'unit alors à un nouvel apprenti qu'il initiera à la magie du dragon, et qui deviendra plus tard un œil du dragon à l'immense puissance. Depuis qu'elle a été recueillie par son maître alors qu'elle travaillait aux Salines, Eona est devenu Eon. Son maître a masqué son identité sexuelle afin qu'elle se présente à la grande cérémonie des douze dragons, interdite aux femmes. Handicapée à la hanche, elle s'entraine avec application malgré son maigre espoir. Sa vie va être bouleversé le jour de la grande cérémonie...

Difficile de s'arrêter pour ne pas trop en dire ! La révélation de Sire Eon et son ascension au sein des douze dragons est passionnante. Comment va-t-elle cacher son identité véritable ? Contrer les aspirations féroces de Sire Edo et surtout comment assumer sa nouvelle responsabilité ?

 

 

On entre dans un monde mythique entre Chine et Japon médiévaux, rempli de magies anciennes et de pouvoirs obscurs. Les descriptions, sans être pesantes, nous offrent des couleurs, des parfums, un monde complet à découvrir. L'action présente dans tout le récit est particulièrement bien rendue dans les combats et les poursuites.

L'intrigue originale, menée par une écriture alerte nous immerge dans un univers où tous les sens sont en éveil et dans lequel les enjeux du pouvoir vont sceller le destin d'Eona.

A lire absolument !!! On attend la suite « Eona » avec impatience en 2010.

 

Delphine V.

Petit Larousse illustré des légendes et des mythes

Petitlarousseillustrédeslégendesetdesmythes.jpg

Petit Larousse illustré des légendes et des mythes
Philip Wilkinson
Anshu Bhatnagar (Illustrateur) , Debajyoti Dutta (Illustrateur) , Christian Vair (Traducteur)
Editions Larousse, juillet 2009, 24,9€

 

« Pourquoi embaumait-on les morts en Egypte ? La guerre de Troie a-t-elle eu lieu ? Que symbolise la quête du Graal ? Qui sont les chamans d'Afrique ? »

Un superbe dictionnaire conçu par toute la tradition et le savoir faire des éditions Larousse en la matière. Un sommaire très pratique et très bien fait. Une pagination agréable et accessible. Un système de double page clair avec des encarts et des définitions simples et complètes. Puis régulièrement une page de noir vêtue qui donne par exemple la généalogie des douze olympiens ou des informations sur les abandons d'enfants, les divinités romaines... Et bien évidemment des parties moins connues, plus dépaysantes, de légendes lointaines, comme les dix avatars de Vishnou ; les dix soleils de Chine, les chamans...

Un ouvrage découpé en grandes catégories, l'Europe (classique, du Nord, occidentale, centrale et orientale) ; L'Asie occidentale et centrale ; méridionale et orientale ;  l'Afrique ; les Amériques.

Et les illustrations !!! Sorti en juillet ce superbe livre était déjà paré des milles feux des fêtes de fin d'année, tout en dorures, reliefs, photographies et reproductions là encore en double page, d'œuvre d'art sur ce thème qui a largement inspiré les artistes. Ouvrez le livre page 152-153 : Dragon de la porte d'Ishtar : une merveille !

 

Un dictionnaire, oui, pour apprendre, mais surtout un livre tellement beau et passionnant que vous le confisquerez à vos enfants pour en faire votre livre de chevet. Fantastique !

 

Joseph

Publié dans #Ados, #Documentaires, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les Chroniques des Mondes Magiques Tome I

chroniquesdesmondesmagiques.jpg

Geronimo Stilton
Traduit de l'italien par Théodore Mousefeather
Tome I : La Quête du Royaume Perdu
Albin Michel Jeunesse, Septembre 2009, 15 €

 

 

« Ombrage est un jeune Elfe. Un garçon parmi d'autres. Mais il est aussi l'élu. L'élu de la prophétie : celui qui doit ramener la paix au royaume de la Fantaisie en délivrant le royaume perdu. Nul ne sait en effet ce qu'il est advenu de son peuple, les Elfes Etoilés, depuis que les forces obscures ont, onze années plut tôt, scellé les portes de son royaume. Mais aujourd'hui Ombrage a trouvé une clef qui pourrait bien être celle qui l'entraînera vers le passé, plus loin qu'il ne peut l'imaginer ... »

 

Géronimo Stilton est une souris bien connue. Mais désormais, ce ne sont plus ses aventures ou celle de sa sœur qui sont au cœur du récit et des aventures. Plus de souris, de fromage ou autre bestioles. Ce monde est celui des elfes et cette quête vous est rapportée par le mage Fabulus dans le tome I des Chroniques du Royaume  de la Fantaisie.

Venez donc à la rencontre d'Ombrage, de Regulus de sa sœur Spica de leur père Eridanus, du mage Stellarius et de la princesse Robinia et des elfes en lutte contre les forces obscures. IL y a plus de onze années que le portail des fées a été détruit par des forces obscures et qu'on n'a plus de nouvelles du royaume vers lequel elle menait. Mais le destin est en marche. Ombrage va devoir franchir de nouveau ce portail qui l'avait emporté vers la sécurité lorsqu'il était si jeune.

Magie, dragons, loups-garous, mages, légendes, prophéties, miroirs magiques...tout est en place pour faire de ce roman un très bon cru de fantasie.

Une transition réussie pour Géronimo Stilton qui grandit peu à peu avec ses jeunes lecteurs. Le passage à un monde moins enfantin, moins rond, avec la trace des anciennes histoires : la base de l'histoire avec la reine des fées Floridiana se retrouve dans les tomes sortis des Royaumes de la magie et de la Fantaisie. Un habile passage entre deux mondes à peine nuancé par un petit doute : pour beaucoup, Geronimo Stilton est une souris merveilleuse, mais une souris : il va falloir convaincre les récalcitrants que désormais il faut compter sur lui pour d'autres aventures.

Un livre de plus joliment illustré avec des lettrines en début de chapitre et des illustrations à chaque numéro de pages. Des illustrations en crayonné, qui apportent un plus lorsqu'elles apparaissent régulièrement. Et pour les accros de la couleur et des images, l'éditeur a pensé a joindre vers la fin du livre une quinzaine des pages en bande dessinées reprenant une partie de l'histoire.

Un pari réussi, un très bon roman pour les jeunes lecteurs avides d'histoires merveilleuses, pleines d'aventures et de rebondissements.

Ne boudez pas votre plaisir, laissez parler votre curiosité : bienvenue et vive les chroniques des mondes magiques.

 

Jean-Luc Clerc

Publié dans #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mon jardin

Monjardin.jpg

Zidrou , Marjorie Pourchet
Editions du Rouergue, septembre 2009, 13€

 

Il est difficile de chroniquer, le Jardin de Zidrou et de Marjorie Pourchet. Comment voulez-vous raconter ce qui se passe dans un album aussi poétique et plein de rêve ? Bon alors, on essaye : le texte vous emporte, les dessins et les couleurs vous entrainent, loin très loin dans le jardin. Un album tout en douceur, qui vous invite à entrer dans le rêve des auteurs pour aller découvrir les moindres recoins et personnages fantastiques, dans les branches, dans le ciel. Un album magique qui fait grandir en douceur. Laissez-vous tenter.

 

Jean-Luc

 

 

 

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Au lit les affreux

Aulitlesaffreux.jpg

Isabelle Bonameau
L'école des loisirs, novembre 2009, 13,5€

 

Cela commence bien dès la couverture, le lit vole et l’héroïne est debout à la tête de son lit tel un capitaine de vaisseau merveilleux. Le problème de cette petite fille c’est qu’elle a peur des monstres et qu’au moment de se coucher, elle n’est pas très rassurée malgré la présence de son chat, Sufi.

Une fois endormie, son lit se met à voler et se pose à l’orée du bois. Mais dans le bois : ouille ! Sorcière ! Ogre ! Loup !

A l’histoire se joint bien évidemment le dessin, plein d’humour et percutant, avec des monstres plus vrais que nature, qui se transforment en toutes petites bêtes. Voir la page d’introduction : à hurler de rire.

Mais qui a dit qu’un petit chat mignon était toujours gentil et inoffensif ? Très drôle, très doux, plein de magie et de personnages merveilleux et fantastique pour apprendre à apprivoiser ses peurs et ne plus s’endormir inquiet. Une réussite. Une histoire et au lit les affreux !

 

Louise

 

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

14 décembre 2009

Les vampires de Manhattan Tomes I à IV

Lebaiserduvampire.jpg

Le baiser du vampire (les vampires de Manhattan, tome IV)
Melissa de la Cruz
Traduit de l'anglais (américain) par Valérie LePlouhinec
Albin Michel, Collection Wiz, novembre 2009, 13,5€

 

 

Ils sont de retour pour un dernier tour de piste et nous n'allons pas nous en plaindre. Melissa de La Cruz nous avait laissés groggy et à bout de souffle à la fin du troisième tome et nous nous demandions à l'époque comment l'auteur de cette formidable série allait s'en sortir pour écrire une suite qui ne nous déçoive pas. Et bien voici la réponse ! Les principaux personnages sont de retour avec leurs tourments, leurs questionnements, leur évolution, leur éveil progressif à leur statut de vampires et anges déchus. On les retrouve séparés, dans des aventures à la fois différentes et parallèles puisque les évènements tragiques et la libération du Léviathan ont fait bien des dégâts dans les rangs de l'orgueilleuse caste des Sang-Bleu. Suivez la fuite infernale de Théodora et d'Oliver ; cavalez avec les Venators à la poursuite de la Vigie enlevée lors du massacre précédent ; accompagnez Bliss en prise avec le Visiteur lors de son réveil progressif ; assistez enfin à de multiples évènements et aventures en retrouvant au détour d'un chapitre, l'univers des Vampires de Manhattan, des Sang-Bleu ou des Sang-d'Argent et les différents héros dont certains se révèlent enfin.

Un tome en forme d'épilogue qui nous révèle les secrets des différents protagonistes avec le réveil des anciens, un voyage à Paris et bien d'autres surprises sur leur histoire, notre histoire ?

 

Lire le baiser du vampire, laisse un arrière goût de mélancolie, de tristesse, comme quand on quitte pour longtemps un vieil ami. Dans un volume plus dense encore que le troisième opus, Melissa de la Cruz, nous entraine ici dans son univers et nous envoûte définitivement. Formidablement réussi.

Jean-Luc

 

Pour les fans de la série : le coffret existe et pour les curieux, cliquez sur lire la suite

 

VampiresCoffret.jpg

Lire la suite

Mes petits TRESORS

Mespetitstrésors.jpg

Illustrations Edouard Manceau
Editions Tourbillon, novembre 2009, 14,95€

 

Une très belle boîte rouge dont le couvercle est aimanté pour découvrir à l'intérieur, neuf petits livres dans neuf petites cases, avec un petit ruban pour tirer et les extraire facilement. Neuf petits ouvrages cartonnés, à la tranche renforcée, avec des bords arrondis, parfaits pour de petites mains.

Et puis neuf thématiques différentes, sous forme d'imagier : la maison, les jouets, le repas, les animaux, la toilette, les fruits et légumes, les vêtements, le jardin, et Bibi. Mon préféré ? Celui sur les animaux. A découvrir seul ou avec les parents. Des illustrations toutes en douceur d'Edouard Manceau, une vraie réussite.

 

Une véritable boîte à trésors. A découvrir et offrir sans tarder. Un vrai coup de cœur !

 

Louise

Publié dans #tout-petits, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La fabuleuse histoire des Lunes de Pandor Tome I

AbracadagascarI.jpg

Tome I : Abracadagascar
Ménéas Marphil
Au Diable Vauvert, août 2008, 18€

 

 

« Depuis qu'il a été recueilli enfant, Epiphane, vit sur un îlot perdu au milieu de l'océan infini. Mais a quinze ans, bravant les interdits, le jeune orphelin part en quête de son père. A hasard de ses rencontres, il se découvre les pouvoirs d'un futr grand magicien et embarque sur l'île fabuleuse d'Abracadagasacar  pour rejoindre le plus grand centre de magie ancestrale au monde. Dans une nature luxuriante et nourricière, Epiphane découvre un univers prodigieux, où un arbre immense va abriter son initiation... »

 

 

Le roman débute dans un orphelinat où vous ferez la connaissance, de Piphan' (abréviation d'Epiphane) et Kimyan... de jeunes orphelins, bien ordinaires, sur une îles qui pourrait sembler paradisiaque. Mais le destin de ces jeunes gens va se révéler peu à peu et nous entrainer avec eux dans un univers et des aventures absolument fabuleuses.

Car Piphan' n'est pas n'importe qui, il n'est pas un moazi, un de ces humains sans prédispositions magiques et son destin est de rejoindre Elatha l'école de magie cachée sur l'île secrète d'Abracadagascar.

Pour rejoindre cette île, lui et ses nouveaux amis (Perline, Jaufrette et Kaylé)

appelés eux aussi, vont devoir partir à l'aventure et traverser de nombreuses épreuves avant de rejoindre leur école et de commencer leur initiation.

Tout est réuni ici pour satisfaire les plus exigeants des amateurs de légendes, mythologie et magie. Ménéas Marphil nous dévoile peu à peu son monde rempli de magiciens puissants comme Mori-Ghenos ou Alban Saintonis magiciens blancs ou Sarpédon un mage noir très puissant ; de créatures extraordinaires qu'elles soient marines comme les nautiles les homméduses ou les marlous ; terrestres comme les bucentaures... Un monde magique qui va entrainer les jeunes gens dans des lieux, des temps étranges : le chapitre sur Avalon est absolument fabuleux.

Ménéas Marphil utilise toutes les références de la littérature jeunesse actuelle en matière de magie, de fantaisie. Pourtant, ce roman n'est pas un simple mélange de ces données, compilées de façon plus ou moins réussies et c'est là la magie de ce premier tome. L'auteur a réussi le tour de force d'utiliser toutes ces données qui  nous permettent de retrouver de loin en loin des points d'encrage tout en leur donnant un nouveau souffle, en les utilisant de façon originale et en leur donnant de nouveaux aspects. De plus ce roman est aussi une histoire humaine, d'amitié, de recherche des origines avec son héros attachant. Un premier tome vous l'aurez compris enthousiasmant dont les aventures vont se poursuivre dans les trois tomes à suivre dont deux sont déjà parus. Car la guerre entre les forces du mal et du bien a commencé, chaque camp se renforce et va devoir réagir pour éviter la catastrophe.

Un excellent roman, à découvrir sans tarder pour tous les amoureux  d'histoires merveilleuses. A suivre :

LesceaudeCyané.jpg

leslunesdePandorIII.jpg

Jean-Luc

Jeux de l'oie

Jeuxdel'oie.jpg

Florence Langlois
Editions Tourbillon, novembre 2009, 19,95€

 

 

Un livre, jeux de l'oie, original et fort bien construit. Avec  cinq plateaux différents de jeux de l'oie donc sur cinq thèmes différents. Le plus ? Les dés, encastrés dans la tranche qu'il faut faire tourner pour jouer, aucun risque de les perdre ! Pour les jetons, un système original de glissière qui permet une fois le jeu terminé de les remettre à l'abri. Un seul bémol en fait, les jetons ont un petit côté smarties, mais les enfants les plus petits ne sont pas censés jouer seuls au jeu de l'oie.

D'autant que vous serez vite charmé par l'inventivité des différents jeux et leur graphisme original et drôle

Une ferme bien étrange : comme pour un jeu de l'oie classique, il faut tomber sur les bonnes cases comme le cochon volant ou éviter les autres.

Mission planète à sauver : les fruits, les vélos écolos... permettent de sauter des cases, mais si tu laisses la lumière allumée dans ta chambre, recule de deux cases !

En avant chevaliers : même principe avec armures, chevaliers, Merlin l'enchanteur, et de loin en loin les licornes qui permettent de rejouer.

A vos marques, prêts... Foncez ! : super le circuit et sa forme inhabituelle pour un jeu de l'oie original et drôle. Le Petit Canard Fétiche de Tourbillon qu'on retrouve à l'arrivée, sert de mascotte, puisque si vous le rencontrez en route, vous pourrez rejouer.

La Forêt des contes : la sirène au départ, des fées partout, des dragons rigolos et des clins d'œil et rappels à de multiples contes : après le jeu, la lecture ?

 

Drôle et ludique à souhait ! A emporter partout ! BRAVO !

 

Louise

10 décembre 2009

Lombres

Lombres.jpg

China Miéville
Traduit de l'anglais par Christophe Rosson
Editions Au Diable Vauvert, Collection Jeunesse, octobre 2009, 20€

 

 

« Par une entrée dérobée, Zanna et Deeba pénètrent dans la ville délirante de Lombres. Ici sont échouées les choses perdues ou cassées de Londres et même quelques-uns de ses habitants, comme Brokkenbroll, le patron des parapluies cassés, ou Hemi, le garçon à moitié fantôme.

Lombres, c'est Londres de l'autre côté du miroir, une ville merveilleuse aux charmes étranges qu'un sombre nuage nommé Smog rêve de détruire. Une ville effrayée qui attend un héros... »

 

 

Difficile de résumer Lombres, tant l'ouvrage est dense. Lombres est une transville, un monde à part, merveilleux et effrayant à la fois, avec son Antisol et sa nule. Un monde qui attend depuis trop longtemps  la Shwazzy, celle qui doit les sauver du danger, de la menace définitive du Smog. L'entrée de Zanna et Deeba dans Lombres vaut à elle seule le détour, la roue tourne et tout bascule...

Lombres, ses Tuilicoles, son Pons Absconditus , faite en partie de Mool (acronyme de matériaux obsolètes d'origine londonienne), son grimoire qui parle et qui fait des prédictions, ses poubanzaï, son Aprèsnet, ses progénitermes... ses habitants tous plus étranges les uns que les autres, attachants, complexes.

La liste serait trop longue et fastidieuse à énumérer, mieux vaut donc que vous vous plongiez le plus rapidement possible dans ce roman. Commencer Lombres c'est prendre le risque de ne plus le lâcher, de ne plus trouver de temps pour autre chose.

China Miéville nous entraine dans un univers foisonnant, rempli de créatures comme lui seul sait les créer. Les amateurs connaissent ou devraient découvrir un autre de ses livres dont on retrouve ici de loin en loin des traces, des clin d'oeil lisez : Perdito Street Station.

Lombres n'est pas un monde, mais des mondes qui vivent les uns à côté des autres, les uns dans les autres et ces mondes ont un gros problème : le smog. Il veut la détruire, les détruire. Alors avec l'héroïne du livre foncez à travers ces rues hantées par des girafes carnivores totalement effrayantes, entrez dans le quartier des fantômes, foncez dans la forêt emmaisonnée...

Mais Lombres n'est pas simplement un roman gratuit, rempli d'imaginaire, non, il propose aussi une réflexion sur la société et dénonce au détour des pages notre monde, son désintérêt pour la pollution en dépit d'une apparente actualité, un monde en danger, malmené par des politiciens aux intérêts bien éloignés de ceux du plus grand nombre.

 

Lombres est le meilleur roman sorti en ce début d'hiver, rythmé, issu d'un imaginaire délirant, porté par une plume efficace et brillante. Sans hésitez, plongez dans Lombres, ce roman est fabuleux !

 

Jean-Luc Clerc