Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 janvier 2011

Un petit tour chez Scarabéa

Voici deux titres parus en novembre chez Scarabée. Les histoires vous les connaissez. Nous on aime le graphisme, les illustrations, les couleurs, le joli coffret qui cache le livre...

 

Retrouvez l'univers si particulier, poétique, romantique et délicat, rappelant parfois le monde de Tim Burton au meilleur de sa forme, de Miss Clara

 

Les Trois Petits Cochons ; Miss Clara ; Editions Scarabéa, collection les Petits contes précieux, novembre 2010, 19,9 €

  

 

troispetiscochons.jpg

 

 

 

« Il était une fois trois petits cochons qui s'en allaient chercher fortune par le monde... »

 

 

La petite poule rousse ; Miss Clara ; Editions Scarabéa, collection les Petits contes précieux, novembre 2010, 19,9 €

 

 

poule.jpg

 

 

« Il était une fois quatre amis. Un cochon, un canard, un chat et une petite poule rousse... »

 

 

Jean-Luc

Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les vampires de Manhattan sortent en poche Tome I

Pour les amoureux qui ont de petits budgets, ouf, il sort en poche et voilà, un petit clic sur la couverture pour découvrir les titres de Melissa de la Cruz

 

 

manhattanpoche.jpg

 

Publié dans #SF et Fantastique, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

13 janvier 2011

Sorties Bayard du jour

Avant un mois de février particulièrement chargé en très très bonne surprises (chut...) voici les deux rééditions des éditions Bayard pour le mois de janvier. Deux titres de Christophe Lambert

 

dernierdeselfes.jpg


 

 

Fantilir et son fils, Uncas, sont les derniers survivants du peuple des Elfes, frappé par une malédiction. En compagnie d'un aventurier, le Forestier, ils partent en quête d'une cité oubliée pour y tenter un ultime rituel de délivrance. Sur ces terres sauvages, une guerre sans merci oppose les Dunevéguiens et les Taliskers, qui ont fait alliance avec les Orques, des êtres sanguinaires. Les Elfes et le Forestier rencontrent en chemin les deux filles d'un commandant dunevéguien, égarées dans le forêt avec leur escorte.

L'aventurier n'est pas insensible au charme de l'une d'elles, la belle Eléonore. Or, le groupe est pris en chasse par les Orques...

 

Le dernier des Elfes ; Christophe Lambert ; Editions Bayard Jeunesse, réédition 13 janvier 2011, 9,9 €

 

lefilsdugladiateur.jpg


 

 

Une nuit. en Gaule, dans une villa romaine, Iorus est tiré de son lit par un géant roux. Entraîné dans une folle course-poursuite, le garçon va découvrir que son ravisseur n'est autre que son père. qu'il n'a jamais connu ! Ancien gladiateur ; Cénovix est revenu de Rome, après dix aimées de captivité, pour élever son fils selon les traditions gauloises...

 

 

 

Le fils du gladiateur ; Christophe Lambert ; Editions Bayard Poche, réédition 13 janvier 2011, 5,9 €

Les nouveautés des Grandes Personnes

 

aerkaos.jpg

 

 

Aerkaos est de nouveau publié (youpiiiiiiii) et Un Jour part à la conquête du monde. L'occasion (avant les chroniques) de vous reparler de cette maison d'édition de ses parutions de l'automne que nous avons aimé (les couvertures renvoient à une chronique) et bien évidemment de ses deux créatrices : Brigitte Morel et Florence Barrau dont voici l'interview per Fred Riccou chez les histoires sans fin.

 

 

Unjour.jpg

 

 


Les Editions des Grandes Personnes
envoyé par LesHistoiresSansFin. - Futurs lauréats du Sundance.

 

AuservicedumalD.jpgrsz_mademoisellescaramouche.jpgrsz_lenfantdufantôme.jpgrsz_lebeaumedudragon.jpgrsz_calvino-calvina.jpg

La princesse au Petit Pois

La Princesse au petit pois ; Hans Christian Andersen ; Illustrations : Dorothée Duntze ; Traduction : Anne Frère ; Editions NordSud, collection p’tit nordsud, 13 janvier 2011, 5 €

 

Est-il utile de présenter ce superbe conte de Hans Christian Andersen ? Non, pas vraiment. Pourtant nous ne résistons pas à vous inviter à le redécouvrir avec la nouvelle parution en p’tit nordsud pour le plaisir de l’histoire et des illustrations tout en douceur de Dorothée Duntze. Un régal pour l’esprit et les yeux.

 

« Il était une fois un prince qui voulait épouser une princesse.
Mais comment reconnaît-on une véritable princesse ? 

rsz_1rsz_couv_princessepetitpois.jpg

 

A redécouvrir en même temps le retour de Plume en bateau de Hans de Beer

 

rsz_1rsz_couv_plumebateau.jpg


Publié dans #Albums, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le cueilleur de fraises en poche

Il revient en poche, découvrez le cueilleur de fraises de Monika Feth

 

 

cueilleurdefraisesPoche.jpg

 

Lire la suite

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Bleu cauchemar en poche

Il sort en poche, le tome I de la série qui a fait découvrir Laurie Faria Stolarz,
un petit clic et c'est parti, séquence mémoire...

 

 

bleucauchemar.jpg

 

Publié dans #SF et Fantastique, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Quelques sorties de janvier : des romans, des romans, des romans...

Voici quelques couvertures des sorties de ce début de janvier : de quoi vous mettre l'eau à la bouche en attendant les chroniques :

hiertucomprendras.jpg

baldegivre.jpgmortelspetitssecrets.jpg516IDymO1iL._SS500_.jpgtertreDecitre.jpgbloodninja.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Hettyplume.jpg


chevalierTomeI.jpg

lesnocesvermeilles.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 les couvertures renvoient aux chroniques quand elles sont déjà mises en ligne, un petit clic et c'est parti !

10 janvier 2011

Les noces vermeilles

Coup de coeur !

lesnocesvermeilles.jpg

 

Les noces vermeilles ; Béatrice Egémar ; Editions Gulf Stream,
collection Courants Noirs, 6 janvier 2011, 13,5 €

 

C’est Louise de Maillé qui prend la parole dès le début de ce nouveau roman de la collection Courants Noirs de Gulf Stream. Cette jeune fille noble raconte dans son journal cet été bouleversant de l’année 1572, été où elle a rejoint Paris pour le pense-t-elle retrouver sa sœur Gabrielle rentrée quelque temps plus tôt au service de Catherine de Médicis. Mais son arrivée à Paris coïncide également avec le mariage d’Henri de Navarre avec Marguerite de Valois. Tout Paris, toute la cour vibrent de haine et d’hostilité à ce projet, poussés à la violence et au rejet par le parti des Guises et les catholiques les plus ultras. Mais très vite le drame va frapper Louise et sa famille tout d’abord avant de tourner au massacre que vous connaissez : la Saint Barthélémy.

Louise réclamée par la reine mère pour remplacer sa sœur, va tout mettre en œuvre pour découvrir qui a tué sa sœur et va se retrouver plongée bien malgré elle dans l’un des moments les plus durs de notre histoire.

 

Vous l’aurez compris, cette fois-ci Béatrice Egémar  a bel et bien abandonné l’Egypte pour nous plonger avec délice dans la France des guerres de religions. La plume est fluide, l’histoire racontée bouleversante, les personnages réels ou inventés cohérents et forts bien campés. La tension monte de pages en pages, dès les premières lignes on est pris au piège redoutable de ce récit. On tremble avec son héroïne, on découvre la cour, les complots, les mœurs de l’époque, la folie meurtrière, les mœurs violentes et une partie de la vie de l’époque. Tout est une réussite dans ce roman. C’est vraiment excellent.

 

Plongez dans ces Noces Vermeilles avec délice, une fois commencé,
vous ne pourrez plus vous arrêter

 

Jean-Luc

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Chevalier d'Eon, agent secret du roi tome 1 - le masque

Coup de coeur !

 

Chevalier dEON_tome-1.jpg

 

Chevalier d'Eon, agent secret du roi tome 1 - le masque ; 

Anne-Sophie Silvestre ;

Editions Flammarion, 5 janvier 2011, 13 €

 

 

Versailles, Charles-Geneviève Beaumont, dit le Chevalier d’Eon , se rend à une fête au palais accompagné de ses amis et complices. Ils ont décidé de s’amuser un peu et de profiter des talents d’imitateurs de leur ami pour le déguiser en femme. C’est donc paré comme une jeune femme, dont le déguisement est totalement bluffant qu’il se rend à cette fête.

 

Mais très vite la blague tourne à la déroute totale. Le roi Louis XV qui a accepté d’honorer cette soirée de sa présence, repère « la jeune femme » et lance son âme damnée à la conquête de la belle. Piégé, le chevalier se laisse entrainé au Parc-au-Cerf sans se douter de sa destination, ,ni que ce n’est pas Madame de Pompadour qui l’attend mais bien le roi. Là pourtant, la tromperie prend fin car le roi se rend compte bien vite de la supercherie. Ses amis et complices, paniqués ont déjà pris le large, alors que d’Eon joue sa vie face à un Louis XV perplexe mais bluffé par la transformation du chevalier.
Il va alors lui ordonner de rester là dans le plus grand secret et consulter son chef de la police Monsieur de Sartines qui une fois l’enquête menée lui permettra de rentrer dans les services secrets du roi non sans avoir neutralisé ses complices pour une durée indéterminée. Il passe alors sous les ordres du comte de Broglie, lieutenant général des armées du roi et responsable de l’organisation secrète…

Dès le départ, dès les premières descriptions, les premiers dialogues, on est sous le charme. Le ton est donné ! Ce roman est savoureux. On suit avec intérêt et amusement l’évolution de ce jeune noble de province, désargenté et ses mésaventures et aventures jusqu’à la cour de Russie où l’attend la redoutable tsarine Elisabeth.

Il faut absolument vous laisser séduire par ce premier tome des aventures du Chevalier d’Eon. Anne-Sophie Silvestre nous entraine avec bonheur dans les salons de Versailles, au travers de l’Europe jusqu’à Saint-Petersbourg. On attend la suite avec impatience

 

Un excellent moment à ne surtout pas manquer. 

 

Jean-Luc

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Bal de Givre à New York

Coup de coeur !

baldegivre.jpg

 

 

Bal de givre à New York ; Fabrice Colin ; Editions Albin Michel Jeunesse, Collection Wiz,
5 janvier 2011, 13,5 €

 

La limousine qui a manqué de la renverser a libéré un prince charmant bien particulier. Anna quand à elle, rentre chez elle sonnée. Et peu à peu on s’aperçoit qu’il y a autre chose dans son trouble que celui de l’accident. Rentrée au manoir de ses parents, elle retrouve son majordome (sans bras) Jacob qui est télékinésiste. La ville de New York qui défile sous nos yeux au travers du regard d’Anna est étrangement familière, et étrangère à la fois, diffusant un sentiment de malaise. Tours et constructions reliées par des passerelles, moyens de locomotion futuristes (Orpheus) inventés par l’un des plus grands architectes de son temps : le père d’Anna Claramond. Le problème de cette jeune femme c’est qu’elle se souvient d’images, de lieux de sons, qui lui semblent normaux mais elle ne peut quitter ce sentiment qu’il manque quelque chose. 

Quelle est cette voie qui lui souffle de se laisser aller ? Qui sont ces personnages étranges qui apparaissent au cours du roman et auxquels elle semble liée de façon vitale ?

Et le destin s’emballe, remarquée par le riche héritier des Seth-Smith, Wynter, elle devient l’objet de toutes les jalousies et des attentions le jour où elle est invitée au Bal de Givre, soirée sélecte s’il en est organisée par cette famille toute puissante.

Il est difficile de raconter plus avant ce Bal de Givre à New York, car il serait dommage d’en déflorer les secrets, les intrigues et les découvertes qui s’enchaînent de pages en pages. Sachez cependant, qu’une fois commencé, vous aurez le sentiment d’être entrainé dans un tourbillon infernal, qui vous emmènera aux côtés de son héroïne dans une sorte de brume dont les lambeaux se déchirent peu à peu pour un final étourdissant. Fabrice Colin nous embarque de nouveau dans une histoire fantastique, fort bien écrite, qui ne saurait vous laisser indifférents. Bal de givre à New York  est à la fois un roman fantastique avec tous les codes du genre que maîtrise particulièrement bien Fabrice Colin, mais également un roman à la psychologie fouillée, car cette fois-ci ces sont presque discrets, ils accompagnent l’histoire de cette jeune femme à la recherche de sa vie, de sa mémoire perdues. Une plongée en abîme dans le traumatisme et la mémoire, à lire d’une traite.

 

Un excellent roman pour bien débuter l’année chez Wiz bien évidemment !
A dévorer, le souffle court, étourdissant !

 

Jean-Luc

Alera Tome I

AleraD.jpg

 

 

Deux royaumes ennemis de longue date, des guerres qui n’en finissent pas et une paix fragile menacée. Les royaumes d’Hytanica et de Cokyri ont tout pour se haïr. Un long passé de haine et de violence, des légendes, de vieilles histoires qui rappellent que la menace n’est jamais totalement écartée. Leur incompréhension est également culturelle et sociale. En effet en Hytanica les hommes seuls sont aptes à gouverner et leurs épouses sont de charmants faire valoir dont l’influence et l’avis en matière de politique et de gestion des affaires du royaume notamment sont rarement pris en compte pour ne pas dire inexistants ou ignorés. En Cokyri les femmes gouvernent depuis des temps immémoriaux et une jeune fille bien élevée se doit d’être capable de se défendre notamment. Deux mondes qui se méprisent donc et qui vont de nouveau se confronter.
Dans ce premier tome de ce qui est annoncé comme une trilogie, vous ferez principalement connaissance avec le royaume d’Hytanica et principalement la princesse Alera et son entourage proche (palais, famille, amis, garde rapprochée…).
Cayla Kluver signe un premier roman au rythme lent, mais très intéressant. On suit avec plaisir l’histoire de cette jeune femme dont le destin semble être de se confondre avec celui de son royaume. Elle la princesse héritière qui doit épouser un homme qui deviendra grâce à cette union le roi, celui qui détient les rênes du pouvoir.
Pourtant Alera est une jeune femme à l’esprit indépendant et l’idée d’épouser Steldor le fils du capitaine de la garde un superbe et arrogant jeune seigneur de la cour ne l’enchante pas vraiment.
L’intrusion de la grande prêtresse cokyrienne et la découverte d’un jeune Cokyrien qui va se révéler être quelqu’un perdu depuis longtemps, va bouleverser le destin tout tracé d’Alera.
Les complots, les secrets, mystères, destins sacrifiés vont peu à peu se dévoiler et nous entrainer dans cette première aventure, qu’on n’a pas au fil des pages envie de lâcher. Les personnages multiples sont bien campés et on s’attache rapidement aux princesses (Alera et sa sœur Miranna) et à leurs garde du corps notamment celui d’Alera, London… Si vous aimez les romans au rythme effréné avec une explosion ou un meurtre à chaque page, vous en serez pour vos frais, ce roman n’est probablement pas pour vous. Non, il faut aimer les mises en places, les descriptions, les petits détails en apparence anodins qui tissent patiemment les bonnes histoires. Ce premier tome, d’un premier roman n’échappe pas à quelques longueurs et pourrait parfois accélérer. Mais les premiers tomes de trilogie posent souvent le problème de la mise en place de l’histoire et de sa complexité. D’autant que c’est plus que réussi ici et on suit avec bonheur cette jeune femme à l’esprit bien trop indépendant pour la place étriquée que lui prépare sa société d’origine.

Un très bon premier tome donc avec bien des questions en suspens et des interrogations pour la suite. Le tome II sera attendu avec plaisir et curiosité pour voir si cette première très bonne impression était la bonne. A découvrir et à suivre donc. 

 

 

Alera Tome I, La légende de la lune sanglante ; Cayla Kluver ; 
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) Nicole Ménage ; 
Editions du MASQUE, collection MSK, 5 janvier 2011, 17,5 €

 

Joseph

Hier tu comprendras

Hier tu comprendras ; Rebecca Stead ; Traduit de l’anglais (américain) : Anne Delcourt ; Editions Nathan, 6 janvier 2011, 13,5 €

 

 

Hier tu comprendras est difficile à raconter. Construit comme une sorte de journal (c’est l’héroïne qui raconte son histoire et s’exprime à la première personne) ; comme un puzzle dont les pièces apparaissent peu à peu, brouillent les pistes et nous amènent au dénouement final en douceur

C’est l’histoire de Miranda qui vit dans un quartier populaire de New York avec sa mère et Richard (« Monsieur Parfait ») l’amoureux de cette dernière (l’hommes qui voudrait bien avoir la clef de l’appartement…)
Jeune adolescente, elle voit peu à peu son univers se transformer. Sal son meilleur ami ne lui adresse plus la parole après la mystérieuse agression dont il est victime par Marcus ; sa mère est sélectionnée pour le jeu télévisé de la Pyramide des 20 000 dollars ; il y a aussi Suzanne, Julia ; l’homme qui rit ; Jimmy le vendeur de sandwich et le mystérieux message enfin, celui qui demande deux services à Miranda : « Je viens pour sauver la vie de ton ami et aussi la mienne ; J’ai deux services à te demander… »
Une histoire d’amitié, de mort annoncée, de la vie quotidienne tissée avec bonheur et malice. Un roman dans lequel on entre en douceur, et qu’on ne lâche plus, se laissant guider par la voix de Miranda. 

Un roman étrange, différent des productions habituelles et des autres sorties du moment. Un réel plaisir de lecture à découvrir. 

 

Jean-Luc

Publié dans #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le tertre des Ames

tertreDecitre.jpg

 

Le Tertre des âmes ; Ludovic Rosmorduc ; Editions BAAM, 5 janvier 2011, 14 €

 

La licorne royale a été mystérieusement tuée. L’arme du crime retrouvée sur les lieux accuse son propriétaire légitime : Héribold le chef des armées, descendant d’une longue lignée de serviteurs fidèles. Comment lui un fidèle parmi les fidèles a-t-il pu perpétrer un acte aussi vil ? Arrêté, celui-ci est condamné à la pendaison, alors que la colère de la foule gronde. Pourtant, au delà de l’attachement, peu se souviennent encore de l’importance de la licorne.

Le vieil ami d’Héribold, Ambroise de Liemmos, proche conseillé du roi,  va alors user de la ruse et de toute son influence pour sauver celui qu’il considère comme son fils d’une mort aussi inutile qu’injustifiée.

Une fois le juge et le roi convaincus, la quête va se mettre en marche. Fort de ses connaissances des textes anciens et des vieilles légendes Ambroise est en effet persuadé que la licorne est l’animal protecteur du royaume et qu’un terrible danger menace celui-ci, que le meurtre de l’animal n’est pas un hasard.
Yorel l’alchimiste, Dungal le géant roux, Vitéric l’albalétrier vont se joindre à Héribold dans sa quête pour trouver une autre licorne.

Créatures fantastiques, magie, pierres magiques d’Armathie, mystères, cités et légendes fabuleuses, îlot du Prédicant Blanc, pendentif de clairvoyance, guilde de arpenteurs de mers…le tout dans un décor médiéval rendu comme si on y était, font de ce premier roman de Ludovic Rosmorduc une pleine réussite. Ses personnages sont cohérents, vivants, on sent la chaire palpiter sous la plume, malicieux, dangereux, inquiétants… A partir du moment où la quête est lancée, plusieurs histoires se construisent en parallèle, se croisent pour notre plus grand plaisir.

Cette quête se lit d’une traite, l’émotion monte de page en page et on le repose au final, heureux et triste à la fois de quitter un bon roman. Le signe d’une réussite ?

 

A lire et découvrir sans tarder.  Les éditions BAAM commencent bien l’année !

 

Joseph