Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 août 2018

Souvenirs de lecture... c'est l'été : Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens

Un roman tendre, fort et formidablement bien mené pour faire fi à la différence
et dire oui à la tolérance ! Bel été avec les Sandales Jeunesse 

 

81XzuFNaWSL.jpg

Simon aurait du faire davantage attention ce jour là quand il a consulté ses messages sur l’un des ordinateurs du lycée et qu’il a oublié de refermer sa cession Gmail. Du coup le suivant a tout découvert, fait une capture d’écran et commencer une approche de Simon et un début de chantage. Parce que ce que Martin Addison a découvert sur Simon n’est pas anodin. En lisant ses messages, il sait désormais que Simon est homosexuel et la tentation de tout révéler pourrait bien le démanger si il ne lui arrangeait pas un rapprochement avec la belle Abby de ses rêves.

Ainsi débute ce roman, entre légèreté et réalité parfois difficile à vivre, il nous plonge dans la vie de Simon qui va devoir peu à peu choisir de se dévoiler, poussé par son maître chanteur qui oscille entre le fera, le fera pas et sa propre envie de le partager avec sa famille, ses amis et le reste du monde. Mais  il n’est pas aisé de franchir le pas. Le texte est émaillé de chapitres,  d’échanges de mails entre le mystérieux Blue et Simon qui ignorent pendant une bonne partie du livre qui ils sont réellement. La vie d’un lycéen américain racontée de manière sensible, drôle et passionnante et qui risque fort de vous rendre accro. En  effet ce roman qui alterne sérieux et légèreté est difficile à lâcher d’autant plus que l’auteure sait mener son histoire de manière particulièrement ingénieuse, alternant révélations, coups de théâtre et suspens sur ce qui adviendra et qui sera qui ! Très agréable à lire ce roman est aussi celui d’un jeune homme qui va devoir affronter le regard des autres et assumer son orientation sexuelle poussé par le hasard et qui souligne qu’il est parfois difficile encore aujourd’hui d’assumer ce qui devrait être du domaine de la vie privée et de la normalité (notre monde a encore du travail à réaliser en matière de tolérance). Un roman fort et très réussi à lire et faire découvrir.

 

Jean-Luc  

 

81XzuFNaWSL.jpg

Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens
Becky Albertalli
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) : Mathilde Tamae-Bouhon
Editions Hachette romans, 15 avril 2015, 16,9 €

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Souvenirs de lecture... c'est l'été : L'art de l'ailleurs

Une petite merveille : rien de moins pour votre bonheur et le notre !

 

ART DE L AILLEURS couv.jpg

 

 

Succomber à un titre exceptionnel et laissez vous embarquer ! 

 

Pour appréhender L’art de l’ailleurs vous serez guidés par quatre grandes parties : Apprivoiser le monde ; L’Occident épris d’exotisme ; Révolution de la peinture et voyages immobiles ; Un autre regard sur le monde.

Après l’exposition géniale et son sublime catalogue sur l’Age d’or des cartes marines à la BNF ; ou l’exposition Mappamundi  à l’hôtel des arts de Toulon et son catalogue tout aussi alléchant, ou celle du Musée du Quai Branly, Exhibitions ou l’invention du sauvage, vous pourrez retrouver notamment dans la première partie cette envie de l’homme de découvrir le monde et se l’approprier, d’aller toujours plus loin. Avec quelques illustrations fabuleuses (bon vous connaissez les éditions Palette, ils ne peuvent pas s’empêcher de nous montrer des choses sublimes !) comme la Mappemonde de Psautier XIIIème siècle ; ou le Planisphère de Juan de la Cosa de 1500 … vous pourrez voir comment les hommes des siècles précédents appréhendaient leur monde, le notre aujourd’hui. La vision de l’autre, de l’étranger, les mondes fantastiques, fantasmé, jusqu’aux cartes et monde imaginaires (voire L’île D’Utopie de Thomas More de 1516). L’auteure nous invite ensuite à aller au devant de L’Occident épris d’exotisme : paysages, voyages formateurs, carnets de voyages et au final bien souvent un Orient fantasmé, rêvé qui amène l’Occident à penser le monde à l’imaginer, le façonner, quitte à fabriquer  des images monstrueuses, racistes, fausses avec les expositions coloniales et les exhibitions.

Bien évidemment qui mieux que les artistes pouvaient absorber ces nouveautés, ces tendances, en faire de nouveaux courants, relire, réinventer le présent, le passé,  et construire de nouvelles images vers le future. (Peut-être avez vous eu la chance de voire l’exposition sur Edward Hopperou celle actuelle sur Marc Chagall.

L’ensemble permet un autre regard sur le monde, repousser les frontières, réinventer le paysage…

Un voyage fantastique dans le monde de l’ailleurs, entre réalité, fiction, invention, fantasme et toujours création.

 

Un travail passionnant à lire d’une traite ou à feuilleter au gré des envies, au fil des images qui vous attirent.

 

Jean-Luc

 

 

 

L'art de l'ailleurs ; Hélène Gaudy ; Editions Palette, 25 mai 2013, 24 €

 

ART DE L AILLEURS couv.jpg

Souvenirs de lecture... c'est l'été : Chevalier d'Eon, agent secret du roi

Au coeur de l'été avec les Sandales Jeunesse se replonger dans les complots et les secrets !
Bel été ! 

 

Chevalier dEON_tome-1.jpg

 

 

Versailles, Charles-Geneviève Beaumont, dit le Chevalier d’Eon , se rend à une fête au palais accompagné de ses amis et complices. Ils ont décidé de s’amuser un peu et de profiter des talents d’imitateurs de leur ami pour le déguiser en femme. C’est donc paré comme une jeune femme, dont le déguisement est totalement bluffant qu’il se rend à cette fête. 

Mais très vite la blague tourne à la déroute totale. Le roi Louis XV qui a accepté d’honorer cette soirée de sa présence, repère « la jeune femme » et lance son âme damnée à la conquête de la belle. Piégé, le chevalier se laisse entrainé au Parc-au-Cerf sans se douter de sa destination, ,ni que ce n’est pas Madame de Pompadour qui l’attend mais bien le roi. Là pourtant, la tromperie prend fin car le roi se rend compte bien vite de la supercherie. Ses amis et complices, paniqués ont déjà pris le large, alors que d’Eon joue sa vie face à un Louis XV perplexe mais bluffé par la transformation du chevalier.
Il va alors lui ordonner de rester là dans le plus grand secret et consulter son chef de la police Monsieur de Sartines qui une fois l’enquête menée lui permettra de rentrer dans les services secrets du roi non sans avoir neutralisé ses complices pour une durée indéterminée. Il passe alors sous les ordres du comte de Broglie, lieutenant général des armées du roi et responsable de l’organisation secrète…

Dès le départ, dès les premières descriptions, les premiers dialogues, on est sous le charme. Le ton est donné ! Ce roman est savoureux. On suit avec intérêt et amusement l’évolution de ce jeune noble de province, désargenté et ses mésaventures et aventures jusqu’à la cour de Russie où l’attend la redoutable tsarine Elisabeth.

Il faut absolument vous laisser séduire par ce premier tome des aventures du Chevalier d’Eon. Anne-Sophie Silvestre nous entraine avec bonheur dans les salons de Versailles, au travers de l’Europe jusqu’à Saint-Petersbourg. 

A suivre trois tomes palpitants qui nous plongent dans des aventures historiques et romanesques échevelées ! 

 

Un excellent moment à ne surtout pas manquer. 

 

Jean-Luc

2.jpg

Chevalier d'Eon, agent secret du roi tome 1 - le masque ; tome 2 la Tsarine ; tome 3 la Forteresse ; tome 4 le pacte. 
Anne-Sophie Silvestre ;
Editions Flammarion, 5 janvier 2011 à 2013,  13 €

 

3.jpg

 

9782081286528.jpg

Publié dans #Ados, #romans junior, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Souvenirs de lecture... c'est l'été : La septième fille du diable

L'été parfois de vielles histoires ressurgissent et on s'emballe ! 

 

la septième fille du diable,alain surget,flammarion,sandales d'empédocle jeunesse,claire bretin

 

Un roman d'Alain Surget dont la couverture est illustrée par Rébecca Dautremer !

 

Tout commence dans un cachot en juillet 1346 sur l’île de Guernesey, dans lequel croupit une jeune femme  enceinte en attente de son exécution : elle est  une sorcière.

Puis le temps remonte et on se retrouve neuf ans plus tôt, sur cette île au contact de la vie dure des paysans de cette époque de guerre entre la France et l’Angleterre. Monde de croyances de superstition, de violences extrêmes envers les plus faibles, les plus démunis, mais aussi de ceux jugés comme différents et faisant alliance Diable. Et justement, les religieux du coin et les autorités en ont repéré l’artifex accusé de sorcellerie et d’alchimie, celui qui fait pacte avec le Malin. Ce soir là sur la Lande, Lésia fille de paysans pauvres est entrainé dans cette folie meurtrière et va entrer en contact pour la première fois avec le double de l’homme qui va être assassiné. Mais la haine, la soif de mort du prieur ne s’arrêt pas là : il lui faut le double féminin de l’artifex, la Groac’h, la sorcière qui complète ses pouvoirs.
Et la vie reprend, avec des parents durs comme la terre qu’ils travaillent, désolés certainement d’avoir perdus leurs deux fils aînés et de n’avoir que cette fille qu’il faudra songer à marier tant qu’elle est encore pucelle.

Au hasard des corvées à remplir pour le bailli, Lésia fera la rencontre de Pierre dont elle tombera amoureuse. Mais tout n’est pas simple, la bailli veut la terre de son père, Nils le blond enragé à la chasse à l’artifex, la veut elle. Tant d’ennemis qui finiront par amener à la catastrophe et bouleverser définitivement la vie de celle qui désormais sera Elisa, fille du Diable et qui compte bien leur faire pays à tous.

Alain Surget  nous entraine dans un univers rude, renforcé par le vocabulaire d’époque qu’il emploie dans son récit. Par sa construction et le vocabulaire employé son roman est peut-être donc à conseiller aux bons lecteurs. 

Il nous conte ainsi l’histoire de Lésia, tiraillée entre son envie d’indépendance et son amour pour ses parents, qui l’aiment à leur façon, à celle de l’époque difficile. Et puis, peu à peu utilisant les légendes, les superstitions de la région, il nous entraine peu à peu vers l’irréel, les pouvoirs de la sorcières et la transformation définitive de son héroïne.

 

 

Un très bon premier tome à suivre avec les deux autres passionnants ! 

 

 

Jean-Luc

2.jpg

La septième fille du diable - Tome I, La prophétie ; tome 2 les maudits ; tome 3 le retour ; Alain Surget ; Editions Flammarion, 2010 à 2011,  13 €

 

3.jpg

Souvenirs de lecture... c'est l'été : Graal Noir

« Ceci est le livre de Merlin : entrez dans un monde où le pouvoir commande à la magie »

Bel été magique avec les Sandales Jeunesse

 

1.jpg

  

Christian de Montella  est connu pour son excellente série Graal, entre autre… Sa nouvelle trilogie nous entraine dès les premières lignes dans le feu de l’action, à Caer Lûad château du roi Uther, bruissant de rumeurs annonçant l’exécution du Fils du Diable en personne, fait prisonnier par le frère du roi Maelgwn.

Pourtant deux hommes, un prêtre et un jeune homme fougueux, se mêlent à la foule, bien décidés à jouer les troubles fêtes.

Vous venez d’entrer dans un roman sombre, dur, troublant, où la magie et la folie des hommes et des magiciens vont s’affronter dans une lutte sans merci à la morale et aux règles différentes des nôtres. Cette plongée dans le Moyen-Age est une fois de plus une réussite. L’action est omniprésente et monte en puissance tout au long du roman. Les personnages à la personnalité fouillée, nous permettent d’aller de surprise en surprise, que ce soit Uther le petit roi en passant par sa mère la terrible Gwenwyar ; la Gallois Rouge ; Pamina la magicienne et sa fille ; Gorlois duc de Cornouailles, son épouse Ygerne seigneurs de Tintagel, et leur fille Morgane ; et bien évidemment maître Blaise et son remuant compagnon, un certain Merlin aux pouvoirs en plein éveil !

L’auteur maîtrise parfaitement son sujet et nous entraine dans un tourbillon rythmé par les lectures du livre de Merlin, tenu par maître Blaise, les invocations de Pamina et les rêves de sa fille et bien évidemment l’intervention de la terrifiante Morgane cette redoutable magicienne au désir de femme dans un corps trop étroit de petite fille. (Ces passages sont repérables facilement par un changement de police de caractère).

Merlin qui a grandit si vite (vous découvrirez ses origines dans un des passages de son livre) est en train d’apprendre à maîtriser ses pouvoirs, quel camp va-t-il choisir : le bien ou le mal ? La nature donnée par sa mère où celle de son père ?

Tous les ingrédients du roman médiéval et d’aventure sont réunis ici : vocabulaire approprié, contexte très bien rendu, complots, affrontements sanglants, rivalités, amours impossibles, destins cruels, combats, magie (poisons, passage entre le monde des druides et celui des chrétiens déjà bien installés, envoutements, Kobold, Gnomes du Diable…)

Merlin qui doit rejoindre Brocéliande et la Grande Druidesse Myrghèle qui éveillera la totalité de sa puissance l’année de ses dix-huit ans, parviendra-t-il à détourner les flèches du destin et à maîtriser le sien ?

 

Un excellent roman, passionnant, destiné aux adolescents, un bel objet livre noir, très sombre comme son contenu. 

 

2.jpg

Le désespoir d'Ygerne ; la haine meurtrière de Morgane ; Zéline l'enchanteresse ;
Viviane si jeune ; et Arthur en devenir ...

 

Retrouvez Merlin dans l'enfant des prodiges, le tome II de Graal Noir

 

 

Ban de Bénoïc gravement blessé vient annoncer à Ygerne la mort de Gorlois. Celle-ci comprend alors terrifiée et meurtrie qu’elle a été trompée de la plus ignoble des manières. Morgane est endormie et Ban lui veille et espère. Pourtant terrifiée par sa grossesse et l’impossibilité d’aimer un autre, Ygerne finira par le chasser. Il rentrera chez lui et finira un jour plus tard par se consoler et enfanter Lancelot (mais c’est une autre histoire. Voir du même auteur : Graal).

Alors Engis le serviteur de la reine mère d’Uther, revient pour sauver la reine Ygerne. Son arrivée coïncide avec le réveil de Morgane qui folle de rage en appelle à la Déesse sa Mère pour se venger et tuer sa mère mortelle et le bâtard qu’elle porte désormais en son sein. L’ombre Nozh entre alors en jeu et va semer la terreur au service de sa redoutable maîtresse.

La suite ? Elle est celle d’une fuite pour Ygerne partie pour sauver son enfant ; celle d’une quête pour Merlin parti rejoindre la grande Druidesse en forêt de Brocéliande pour être investi de ses pouvoirs définitifs ; elle sera également la découverte de lieux merveilleux comme l’île des elfes, la lac caché de la fée Zélinde ; de lieux  dangereux et d’être diaboliques (Brocéliande envahie de gnomes du Diable) ; elle est également celle de la folie des hommes, d’un roi perdu qui cherche à échapper en vain à son destin ; et enfin de magie, de sortilèges puissants et du miracle de la vie avec l’arrivée d’un nouveau né confié à de braves gens qui vont l’appeler Arthur !

 

Un roman au souffle puissant, qui laisse peu de répit au lecteur, rebondissant de chapitres en chapitres, de lieux en lieux et d’intrigues en légendes. Un tome II à la hauteur du premier, tout aussi noir et ensorcelant. Une pleine réussite à découvrir de toute urgence. 

3.jpg

Graal Noir Tomes 1, 2, 3 Christian de Montella ; 
Editions Flammarion, 2011 poches 6,1 €, tome 3 : 2011 13 €

09 août 2018

Souvenirs de lecture... c'est l'été : Art et politique

"Les artistes ne se contentent pas de représenter le monde : ils veulent aussi le transformer ! "

 

livre_affiche_191.png

 

 

Ce documentaire richement illustré et commenté, nous invite à découvrir une partie de ce qu’est l’engagement des artistes du bon ou du mauvais côté de la barrière (question de point de vue me direz vous). L’art et la politique entretiennent depuis très longtemps des liens étranges, du genre je t’aime moi non plus. Souvent utilisés comme instruments du pouvoir en place, d’ailleurs pendant très longtemps les artistes officiels n’existent que par le souverain ou l’individu qui contrôle le pouvoir et lui rendent hommage dans des œuvres aujourd’hui très connues.

Après une courte introduction, vous pourrez naviguer entre différents chapitres. Dans « Révolte » les auteurs nous invitent au spectacle du pouvoir, l’art au présent, le gouvernement pour moi tout seul… Dans le chapitre « guerre » vous pourrez vous confronter à un art de persuasion massive ; un petit oui pour un grand non de George Grosz… Vous pourrez découvrir ensuite les chapitre « Révolution » ; « Dictature » ; « Dissidence » ; « luttes » ; « mondialisation ».

Sept partie pour découvrir des œuvres, des artistes, leur temps, leur engagement, avec des explications et des informations claires et précises et des mises en perspectives intelligentes.

Un documentaire richement illustré à découvrir pour tous les passionnés et les néophytes qui sauront y trouver également leur bonheur.

 

Jean-Luc  

 

livre_affiche_191.png

Art et politique
Nicolas Martin, Eloi Rousseau
Editions Palette, 28 août 2013, 24 €

 

dessous_grand1_191.png

 

 

dessous_grand2_191.png

 

 

dessous_grand3_191.png

 

Visuels : éditions Palette. Tous droits réservés ! Clic sur les visuels ! 

Souvenirs de lecture... c'est l'été : Elles ont réalisé leur rêve - 50 portraits de femmes célèbres

LE documentaire absolu ! A lire encore et encore !  

9782732457703FS.gif

 

Il se présente comme un hebdomadaire ou un mensuel de mode que l’on peut trouver dans les kiosques. Il en a le format, la couverture et la mise en page. Mais à l’instar des meilleurs de ses confrères, il est une véritable mine d’informations. Cinquante portraits de femmes qui « ont réalisé leur rêve ».

Ces femmes photographes, actrices, chanteuses, politiques, philosophes, scientifiques… ont marqué l’imaginaire collectif, fait avancer la cause des femmes, fait évoluer notre société contre les préjugés, les intolérances, la bêtise, parfois victimes du monde ou de l’époque dans laquelle elles vécurent ou abandonnant la partie comme Diane Arbus. Icones de la mode, femmes écrivains, philosophe de renoms elles ont toutes en commun d’être femmes et d’avoir du à un moment ou un autre aller contre ce qu’on attendait d’elles, ne pas faire ce que la société imaginait à leur place au risque de choquer, déranger de se faire attaquer, couverture d’ailleurs en citant Kat Moss donne le ton : « je ne suis jamais les tendance… » . Toutes ont su s’imposer, faire bouger les lignes, avancer la cause des femmes et donc de l’humanité. Marie Curie déjà estimait que « les femmes devaient avoir les mêmes droits, et d’ailleurs les mêmes devoirs, que les hommes » et d’après sa fille Irène était d’une intransigeance absolue dans ce domaine. Et Marie Curie c’est la fin du XIXème siècle et la  première moitié du XXème siècle !

On trouve ainsi côte à côte des mannequins, des philosophes, des résistantes, qu’on pourrait être surpris de trouver rassemblées (voir ici) . Pourtant l’alchimie fonctionne. Les textes sont brillants, efficaces (avec des références, des renvois, sites, films, livres…),  la mise en page et les photographies sublimes.

Ce documentaire ne se raconte pas, se feuillette, se dévore, pour y revenir encore et encore au gré des humeurs et des envies de découvertes. A offrir à tous sans distinction de sexe pour grandir et s’ouvrir au monde.

 

 

Jean-Luc

 

9782732457703FS.gif

Elles ont réalisé leur rêve - 50 portraits de femmes célèbres
Philippe Godard, Jo Witek
Editions de la Martinière Jeunesse, 25 septembre 2014, 21,5 €

Publié dans #Ados, #Documentaires, +critique de l'équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02 août 2018

Souvenirs de lecture... c'est l'été : Le royaume des cercueils suspendus

Un roman envoutant, impossible à lâcher pour entrer dans le monde des Bââs. Clic émerveillé ! 

517pjwwzS4L.jpg

 

Le prologue vous fera frémir : la supercherie a été dévoilée et le destin s’est emballé.

Bienvenus dans le monde du peuple Bââs peuple mythique aux coutumes et rituels profondément encrés et pesant même parfois. C’est tout un village, tout un peuple que vous allez suivre dans ce roman, mais plus particulièrement Huang celui par qui le scandale arrive, Xiong, son ami jusque là, étouffé par la haine et la rancœur et les filles Lou-Ki éperdument amoureuse de Xiong pensant que tout peut guérir avec le temps et la belle Leï celle par qui la discorde arrive, celle qui hurle de douleur au début du roman, celle par qui le dénouement viendra aussi.

Dès le départ, Florence Aubry nous entraine dans un univers qui n’est pas le notre et qui se révèle magique. Tout vous fera vibrer : L’ambiance, le paysage qui s’imprime sur la rétine du lecteur, ce monde de légendes, de créatures imaginaires, de divinités, les caractéristiques des hommes du peuple Bââs qu’ils ne peuven utiliser qu’en trois circonstances particulières : la mort d’un proche ; la guerre ; la nécessité de porter secours à un être vivant en danger de mort. Au fil des chapitres la parole passe de héros en héros nous entrainant vers un final étrange et bouleversant, le cœur battant.

Difficile de vous en raconter davantage sans déflorer le plaisir de la lecture, sachez cependant que ce roman particulièrement bien écrit et passionnant mérite bien plus qu’un coup d’œil et devrait vous emporter dans un monde imaginaire et fantastique auquel on pense encore bien longtemps après avoir refermé le roman. A  lire !

 

Jean-Luc 

 

 

517pjwwzS4L.jpg

 

Le royaume des cercueils suspendus
Florence Aubry
Illustration de couverture : Marta Orzel
Editions du Rouergue, collection Epik, 8 octobre 2014, 11 €

Souvenirs de lecture... c'est l'été : Mingus

Mi-homme, mi-lion, Mingus saura-t-il éviter les embûches et sauver ceux qu'il aime ? Pour les grands ados, un roman futuriste inquiétant et étrange. On aime ! 

 61TWb-bUC2L.jpg

 

Keto Von Waberer  a créé un monde qui ressemble au notre, en a bien des caractéristiques mais qui s’ouvre quand nous le découvrons sur des ruines et une cité tentaculaire Megacity dirigée par une sorte de président créature multi-clonée, le Präsi.

Dans cette cité futuriste tout est divisé entre la ville basse et la ville haute réservée aux Aristos et à l’élite. Ceux du haut bénéficient de technologies de pointe, sont bien nourris et les autres en bas et à l’écart de la ville sont privés par la volonté des dirigeants de technologie considérée comme dangereuse. De multiples guerre dont on ne saura rien ont amené à ce monde étrange, étouffant où de petits groupes d’un monde d’avant luttent pour leur survie et pour le pouvoir aussi.

C’est dans ce cadre étrange et futuriste qu’est né Mingus. Fruit des travaux de Léo un génial généticien (fou dirions nous ? ) cette créature mi-homme, mi-lion est le héros de ce roman, celui par qui tout arrive, celui qui cristallise les envies,  les rêves de réincarnation d’un monde nouveau guéri de ses défauts et des erreurs du passé. Accompagné de celle qu’il appellera longtemps petit frère, la belle Nin, ils vont à eux deux nous amener à la rencontre de leur monde, de ses errements, de ses luttes et de toute une série d’hommes et de femmes qui sont en train de perdre espoir dans ce monde quasi stérile et devenu fou à l’image de son Präsi.

Mingus est un roman de science-fiction particulièrement bien écrit, destiné aux très bons lecteurs qui pourront y découvrir les méandres d’un monde du futur qui se dévoile peu à peu jouant des sentiments et de la vie de ses héros. A découvrir et dévorer sans hésiter.

 

 

Jean-Luc   

 

61TWb-bUC2L.jpg 

 

 

 

 

Mingus
Keto Von Waberer
Traduit de l’allemand : Jacqueline Chambon
Illustration de couverture : Thomas Rouziere
Editions du Rouergue, collection épik, 14 janvier 2015, 15,9 €

Souvenirs de lecture... c'est l'été : Sirius

Parce que Stéphane Servant mais surtout parce qu'il est bouleversant et magnifique ! Très gros coup de coeur ! Très bel été avec les Sandales Jeunesse

 

sirius.jpg

Avril et Kid vont vous servir de guide dans un monde qui se meurt, après qu’un mystérieux virus ait rendu les animaux, les plantes et les hommes stériles. Dans ce monde terrifiant certains survivent, en bandes ou seuls et Avril et Kid vont les rencontrer parfois par hasard, parfois parce qu’ils sont à leur recherche.

Dire que Stéphane Servant écrit bien et qu’il a le sens du récit serait un doux euphémisme. Dès les premières pages on retrouve sa patte, ses mots qui savent vous entrainer sans vous forcer vers le récit et vous immerger dans ce monde terrifiant pour vous retrouver au plus près des deux héros et de ceux qu’ils vont rencontrer jusqu’à cette destination rêvée qu’est la Montagne et qui peut-être sera leur salut à tous.

Mais peu importe, ce roman est magnifique, puissant, déroutant parfois mais toujours on retrouve l’ADN de Stéphane, ses obsessions, le lien puissant entre l’homme et la nature même s’ils se maltraitent parfois et se rendent coups pour coups. Un récit dans lequel en fonction de vos lectures vous saurez retrouver des références d’autres grands noms qui avant lui nous ont embarqués dans leurs aventures (on peut penser à Tolkien par exemple avec la ville et ses murailles, sa centrale éventrée… et à bien d’autres encore) … Mais que dire de plus si ce n’est qu’une fois de plus Stéphane Servant tape fort et nous offre certainement le ou l’un des meilleurs romans de la rentrée.

Peu importe que vous préfériez tel ou tel genre littéraire, ne vous laissez pas arrêter par ces barrières inutiles, c’est un grand roman et il faut le lire et le partager avec les ados et les adultes de votre entourage pour voir briller dans leurs yeux étoilés de larmes les constellations de Sirius et les autres. Epoustouflant !

 

Jean-Luc

 

sirius.jpg

Sirius

Stéphane Servant

Editions du Rouergue Jeunesse, collection Epik, 23 août 2017, 16,5 €

Souvenirs de lecture... c'est l'été : L'Eté où je suis devenue jolie - L'Intégrale

Ils sont ressortis en intégrale dans la collection Litt' des éditions Albin Michel Jeunesse et c'est l'occasion de plonger avec les héros de cette trilogie et ce triangle amoureux que nous avons beaucoup aimé ! Bel été avec les Sandales Jeunesse 

eteintegrale.jpg

L'été où je suis devenue jolie : tome 1 :  Un été, une maison de vacances, deux femmes et leurs enfants qui se retrouvent comme tous les étés, rituel immuable depuis la nuit des temps ou presque ! Pourtant cet été est particulier, pour de multiples raisons. Belly l'héroïne celle par la voix de laquelle va se raconter l'histoire a grandi. Et même si elle reste encore la petite pour les autres, elle aura seize ans à la fin de l'été et tout a bien changé, son esprit, son corps et les autres aussi. Son frère Steven prêt pour la fac, leurs deux amis d'enfance Conrad le ténébreux et Jeremiah le flamboyant les fils de l'amie d'enfance de leur mère.

Un été qui débute presque comme les autres, mais qui très vite va montrer ses zones d'ombres, ses dangers. Car en jouant subtilement de flash-back Jenny Han nous entraine dans la vie de Belly, ses souvenirs, son évolution et nous fait grandir avec son héroïne.

Un roman au charme étrange, envoutant, qui nous emmène dès les premières pages à la découverte de son héroïne de ses secrets, de ceux de son entourage, avec un ton inimitable qui rappellera probablement à tous les lecteurs ou lectrices un petit quelque chose enfoui, oublié dans le coin de leur mémoire.

Ce roman est très bien écrit, le rythme de la narration permet d'aller très loin dans la description des personnages complexes et attachants. Cet été raconté par Belly ressemble à un récit initiatique, le passage entre deux âges : vous savez cet entre deux âges de l'adolescence quand le corps et l'esprit se transforment et qu'on n'est plus encore tout à fait un enfant ni vraiment un adulte.

C'est aussi une belle histoire d'amour. De quoi vous régaler pour l'été et emballer votre petit coeur d'artichaut avec un roman aux apparences légères (voir les coquillages de saison en couverture) mais particulièrement réussi sur la transition entre l'enfance et l'âge adulte, sur le temps qui passe...

 

L'été où je l'ai retrouvé : tome 2 :  Belly a grandit. Pourtant comme l’été, la vie s’arrête parfois brutalement. Suzannah est morte et leur vie à tous en a été bouleversée. Perdue au milieu de ses parents, amis, noyés dans leur chagrin, Belly émerge peu à peu et termine sa mutation.
On aborde ce roman comme on retrouve un vieux copain, ou si l’on retrouvait la maison des vacances. Pourtant, tout y a changé, les pièces sont trop grandes, l’ambiance n’est plus la même, la faute à l’absence , à l’absente.
Belly va partir avec Jeremiah à la poursuite de Conrad : que ressent-elle pour lui : Amour ou Haine ? Elle finit par s’y perdre. Et si c’était l’autre, le petit frère, l’ami de toujours qu’elle aimait au final ?
Une belle histoire de nouveau qui nous entraine à la suite des trois protagonistes principaux qui nous dévoilent en partie comment il vont apprendre à faire leur deuil, renouer avec des adultes parfois aussi perdus qu’eux et poursuivre leur route.
Un roman doux amer sur le passage à l’âge adulte et le premier amour, celui de toute une vie ? 

 

L'été devant nous tome 3 :   Le dernier été avec Belly, Conrad et Jeremiah. Conrad est loin, parti, oublié ? Jeremiah et Belly toujours plus amoureux se disputent violemment, finissent par se réconcilier et foncent tête baissée dans un projet fou : se marier dans l’été afin de vivre ensemble à la rentrée. Pourtant, de part et d’autre, des signes, des remarques, des envies divergentes semblent donner raison à l’hostilité de leurs parents et notamment de la mère de Belly. Iront-ils jusqu'au bout ? La fin d’une trilogie belle et sensible avec un triangle amoureux infernal qui nous tient en haleine jusqu’aux dernières lignes. Une très belle trilogie à découvrir en cette dernière partie d’été.

 

Jean-Luc

 

eteintegrale.jpg

L'été où je suis devenue jolie, l'intégrale
Jenny Han
Traduit de l'anglais : Alice Delarbre 
Editions Albin Michel Jeunesse, collection 
litt', 27 juin 2018, 21,9 €

 

30 juillet 2018

Qui suis-je ?

Un roman sensible et fort pour se découvrir et apprendre aussi la tolérance ! Essentiel ! Un grand roman ! Très bel été avec les Sandales Jeunesse

1507-1.jpg

Il s’appelle Vincent Latan et son année de troisième va être une sorte de cauchemar éveillé, vous savez comme parfois on a le sentiment de flotter hors de son corps, d’attendre quelque chose qui ne viendra pas et vous libérera.

Au fil des pages, vous ferez la connaissance de ce jeune adolescent qui se sent différent des bourrins qui souvent l’entourent. De ce premier regard avec le nouveau qui semble sympathique mais qui jamais n’assumera quoique ce soit et qui va bouleverser Vincent en le confortant dans ses choix et en lui permettant de comprendre et accepter ce qu’il est et ce qu’il aime.

Un court roman, qui n’aborde rien de sexuel, qui laisse le lecteur à la lisière des sentiments et des émotions du jeune homme, comme si nous devrions nous en imprégner et les découvrir, les comprendre en même temps que lui.

Bien évidemment on va rapidement détester tout ce qui l’entoure, le heurte, l’empêche d’être lui. Et on se dit que cela ressemble beaucoup trop à la vraie vie et à ce que trop de jeunes garçons ou filles vivent au quotidien au milieu des insultes, des menaces et de l’exclusion.

Un excellent roman, très bien écrit nécessaire dans toutes les bibliothèques et tous les CDI de collèges et lycées entre autre. Superbe de délicatesse et d’intelligence.

 

Jean-Luc

 

1507-1.jpg

 

Qui suis-je ?

Thomas Gornet

Editions Le Rouergue Jeunesse, collection doado, 17 janvier 2018, 9,2 €

Publié dans #Ados, +critique des lecteurs | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Les Extraordinaires - tome 2 : le sablier fumant

Un tome 2 qui tient toute ses promesses et un été lecture qui s'emballe pour une petit tour de Tournibanquet ! Absolument formidable ! 

extraodrinaires1.jpg

Pas facile d’être un Extraordinaire et nos deux amis Ivy et Seb vont le découvrir. Lorsque nous les retrouvons, ils sont en pleine action à peine sorti d’un sac qui n’est rien de moins qu’un des Grand Biens Extraordinaires. Comme d’habitude Seb a envie de vomir et Ivy se tient prête à l’action.

Leur lutte contre la Mormo continue d’autant que Séléna Grimes complote toujours avec de nouveaux alliés, particulièrement dangereux et inquiétants. Au menu cette fois-ci leur tentative pour mettre la main sur la boite de Pandore qui n’est rien de moins qu’un des Grand Biens Extraordinaires.

L’auteure réussit son pari et nous embarque non seulement dans une aventure menée tambour battant, mais elle réussit aussi à approfondir ses personnages, à nous en faire découvrir encore davantage de ce monde magique et merveilleux, rempli de dangers et de découvertes. Grand Mère Sylvie va-t-elle cette fois-ci retrouver la mémoire… le frère et la sœur ne sont pas au bout de leurs surprises, ni de leurs découvertes, et du coup nous non plus et ce n’est pas pour nous déplaire.

Une plongée dans un univers merveilleux qui fourmille de détails et d’inventions de toute sorte, un vrai festival dont on ne se lasse pas. On aimerait tant qu’il y en ait d’autres. Foncez c’est merveilleux !

 

Jean-Luc

 

 

extraodrinaires1.jpg

 

Les Extraordinaires - tome 2 : le sablier fumant

Jennifer Bell

Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) : Cécile Moran

Illustrations de Karl James Mountford

 

D'un clic sur le visuel retrouvez la chronique du tome 1

 

extraordinaires2.jpg

Editions Albin Michel jeunesse, collection Wiz, 2 mai 2018, 15,5 €

Anatomie : Découpes et animations pour regarder le corps à la loupe

Cet été après la plage on examine le corps humain à la loupe !
Bel été découverte avec les Sandales Jeunesse 

131673_couverture_Hres_0.jpg

16 entrées pour découvrir l’anatomie du corps humain : les muscles ; appareil digestif, système circulatoire, appareil respiratoire, système nerveux sur leur charpente que forme le squelette (avec des illustrations en découpe pour les voir et découvrir peu à peu ) ; le système circulatoire ; le cœur ; les cinq sens : la vue avec l’œil, l’odorat et le goût avec le nez et la bouche, l’audition avec l’oreille, le toucher avec la main…

Les textes sont courts, éclairants et efficaces. Les illustrations avec souvent des rabats qui permettent d’aller voir derrière et de découvrir les détails des différents systèmes et réseaux.

Un très bel album, qui permet de réfléchir, de découvrir et d’apprendre de très nombreuses informations.

Un documentaire passionnant et magnifique à offrir et faire découvrir à tous les petits curieux des détails et du fonctionnement du corps humain.

 

Jean-Luc

 

131673_couverture_Hres_0.jpg

 

Anatomie
Découpes et animations pour regarder le corps à la loupe

Hélène Druvert

Editions de la Martinière jeunesse, 20 octobre 2016, 22 €